Ce que vous nous avez dit sur la lutte contre les oiseaux dans vos vignobles

Cet hiver, Grape Growers of Ontario a organisé des ateliers sur la lutte contre les oiseaux dans les vignobles à Kingsville, St Catharines et Bloomfield.

À cette occasion le MAAO a effectué des sondages à l'aide de la technologie i-Clicker, un dispositif sans fil qui enregistre les réponses aux questions posées aux participants. Les participants et les animateurs d'atelier en apprennent ainsi plus sur la dynamique du groupe et ce, de façon confidentielle. Bien que 65 personnes aient assisté aux ateliers, seule une personne par exploitation devait répondre aux questions, soit quarante-neuf (49) exploitations. Voici quelques-uns des résultats :

La taille des exploitations allait de moins de 25 acres (40 % des participants) à plus de 200 acres. Les participants représentaient au total 3 000 acres, soit 20 pour cent de l'ensemble du secteur.

On leur a montré 4 photos de la même grappede 82 raisins. Sur une photo, 6 pour cent des raisins avaient été enlevés (soit 5 raisins, une absence difficile à reconnaître); sur les autres photos, on avait enlevé respectivement 12, 18 et 24 pour cent des raisins. On visait ainsi à démontrer qu'il n'était pas facile d'évaluer les pertes causées par les oiseaux en regardant simplement une grappe. Pour cette même raison, il est très possible que les producteurs sous-estiment ces pertes. Nous avons demandé aux participants de quantifier les pertes qu'ils subiraient dans leur exploitation en l'absence de mesures de lutte contre les oiseaux; ils ont répondu que dans ce cas les pertes causées par les oiseaux seraient de 20 pour cent, mais qu'avec les mesures qu'ils prenaient elles s'élevaient à 10 pour cent. Ce sont donc encore des pertes considérables.

Nous avons demandé aux participants s'ils se servaient de filets pour protéger leurs récoltes ordinaires, à l'exception de la production destinée à la production de vin de glace. Comme on pouvait s'y attendre, les petits producteurs étaient proportionnellement plus nombreux à protéger leurs vignobles à l'aide de filets. Cependant, en superficie, 14 pour cent des vignobles étaient protégés par des filets, soit un septième du total. Intuitivement, ce chiffre peut paraître élevé, mais à ma connaissance, il n'existe pas de données statistiques sur la superficie de vignobles couverte par des filets. Il semblerait donc que plus de 2 000 acres de vignobles soient ainsi protégés dans la province. Dans leur très grande majorité, les producteurs ont déclaré que le coût constituait le principal obstacle à l'installation de filets sur de plus grandes superficies. Cependant, en très grande majorité également (93 pour cent), ils ont déclaré que le nombre d'acres protégés par des filets resterait le même ou s'accroîtrait au cours des prochaines années.

On a posé une question sur l'utilisation effaroucheurs acoustiques. Certains participants n'en possédaient aucun, et les plus gros producteurs en avaient plus de 15. Enemble, les participants étaient propriétaires de 200 effaroucheurs acoustiques; comme ils représentaient une superficie d'environ 3 000 acres, on peut supposer qu'il y a environ un tel dispositif pour 15 acres. De nouveau, si l'on suppose qu'il existe au total 15 000 acres de vignobles en Ontario, on peut penser que l'ensemble du secteur a environ 1 000 effaroucheurs acoustiques. Les producteurs semblaient considérer que ces dispositifs donnaient des résultats, et 75 pour cent d'entre eux déclaraient qu'ils étaient quelque peu efficaces, efficaces ou très efficaces. Environ 15 pour cent des répondants ont déclaré que les effaroucheurs acoustiques étaient efficaces au début de la saison et moins après.

Comme les lecteurs savent que le MAAO reçoit les plaintes visant l'utilisation (ou l'abus) des effaroucheurs acoustiques, nous avons posé la question suivante : on ne doit pas faire fonctionner les effaroucheurs acoustiques dans l'obscurité, mais nous recevons de nombreuses plaintes à cet effet; si l'agent local chargé de l'application du règlement communiquait avec les producteurs qui font fonctionner ces dispositifs la nuit et prenait des dispositions au besoin, seriez-vous en faveur d'une telle démarche? Nous avons été surpris de constater que 70 pour cent des participants avaient répondu oui ou peut-être.

Après les filets et les effaroucheurs acoustiques, les producteurs ont déclaré que les fusils de chasse, les effaroucheurs électroniques et les pistolets constituaient les autres outils de lutte les plus efficaces, à peu près à égalité, suivis des effaroucheurs visuels.

Lorsque le sondage ci-dessus a été terminé, Ian Frensch de C. Frensch Ltd, Beamsville, un fournisseur de matériel de lutte contre les oiseaux, m'a parlé de divers sujets ayant trait à ce domaine. Au nom d'Ian et en nom nom, je remercie Grape Growers of Ontario d'avoir organisé ces ateliers, ainsi que les vignobles hôtes et Brock de nous avoir reçus. Nous en avons beaucoup appris les uns des autres sur la lutte contre les oiseaux.

 


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca