Les effets de l'hiver sur les arbres fruitiers

Les extrêmes de température ont récemment préoccupé les fruiticulteurs, qui se sont grandement interrogés pour savoir dans quelle mesure ce climat allait affecter les arbres fruitiers. La résistance au froid est un processus étonnant et en comprenant ce qu'il est et comment il fonctionne, on arrive à expliquer pourquoi elle montre de si grandes variations.

Ce qu'est la résistance au froid :

C'est la capacité des tissus végétaux de supporter des températures froides extrêmes. C'est un processus physiologique complexe qui commence au début de l'automne et se poursuit jusqu'au débourrement au printemps.

Ce qui se produit :

Les températures progressivement plus froides de l'automne signalent aux tissus du plant de faire passer l'eau de l'intérieur de leurs cellules aux espaces entre ces dernières. Une partie de cette eau est perdue par la transpiration, mais ce qu'il en reste dans l'espace intercellulaire gèle éventuellement en formant des cristaux de glace. Les cristaux formés dans cet espace n'endommagent pas la cellule, mais ceux qui se forment à l'intérieur de celle-ci entraînent sa mort en en détruisant les membranes.

À quelle vitesse :

L'accumulation de la résistance au froid est un processus lent, et à mesure que les températures refroidissent, les tissus sont plus résistants au froid. La résistance maximale est atteinte au milieu de janvier.

Facteurs qui affectent la résistance au froid :

La résistance au froid est affectée par divers facteurs dont la santé des arbres, les températures, les espèces ou les cultivars, l'anatomie des plantes et l'éclaircissage.

Santé des arbres - Les arbres qui sont les plus vulnérables aux blessures à la suite d'une soudaine chute de température sont ceux qui n'ont pas la vigueur adéquate, ou qui sont trop vigoureux. Le maintien d'arbres sains par des pratiques de gestion optimales peut favoriser la résistance au froid - il faut donc éviter : le stress dû à l'humidité, la surexploitation, l'excès d'irrigation et les applications excessives d'engrais en fin de saison, l'émondage à la fin de l'automne ou immédiatement avant des chutes de température, ou l'élagage d'arbres sensibles en hiver (p.ex. abricotiers, pêchers et nectariniers). Les arbres récemment élagués peuvent être plus sensibles aux dommages causés par de basses températures au milieu de l'hiver, aussi il faut éviter de les tailler immédiatement avant les chutes de températures et retarder l'intervention sur vos arbres les plus productifs jusqu'à ce que le risque de grand froid soit passé. Ces pratiques peuvent rendre les arbres plus vulnérables aux températures froides.

Températures - La résistance au froid d'un végétal varie selon l'intensité ou la durée de l'épisode froid, du moment où il est survenu, de la rapidité avec laquelle les températures ont chuté, de la durée pendant laquelle le temps froid s'est maintenu et des températures qui ont précédé cet épisode froid. C'est pourquoi chaque épisode froid est relativement unique et un arbre peut être affecté différemment par différents épisodes froids.

Chaque arbre a une température minimale qu'il peut supporter. Les températures entre -25 °C et -28 °C préoccupent de nombreux arboriculteurs (surtout dans la prune asiatique ou japonaise, la pêche ou la nectarine). Sous des températures de -29 °C et moins, tous les producteurs sont inquiets. Des dommages répandus causés par des froids extrêmes ne surviennent pas souvent, les dernières fois rappelons l'industrie fruitière du Michigan qui avait été frappé en 1993-94, quand le mercure était tombé sous les -29 °C. En Ontario, il faut remonter jusqu'en février 1918, où les températures avaient atteint -29 °C à Harrow, et en décembre 1980, où l'on a enregistré -26 °C à la station de Vineland.

Quand les arbres fruitiers se rapprochent de leurs besoins en froid, ils continuent d'être résistants tant que les températures demeurent relativement froides. À la fin de l'hiver, quand leurs besoins en froid ont été satisfaits, les arbres commencent à perdre leur aptitude à se réacclimater. Ils peuvent alors être plus sensibles aux blessures par l'hiver à la suite de périodes tempérées au milieu et à la fin de l'hiver; c'est souvent alors que les blessures par l'hiver surviennent. Cet hiver a connu une alternance de temps chaud et de temps froid, et bien que les arbres n'aient pas encore atteint leurs besoins en froid, ils semblent commencer à sortir en partie de leur dormance profonde.

Si les températures sont restées constamment basses les jours précédant le gel les arbres devraient n'avoir que des dommages minimes, même par temps froid. Les arbres sont mieux en mesure de se réacclimater si les températures reviennent graduellement à la " normale " après du temps doux, mais des chutes soudaines de températures de 6 °C (20 °F) et plus peuvent entraîner la destruction par l'hiver. Parmi les pires conditions mentionnons plusieurs journées au-dessus du point de congélation, suivies d'un coup de froid où les températures baissent sous les -17,8 °C.

Espèces/Cultivars - La résistance au froid varie selon les espèces ou les cultivars. Les arbres cultivés près des limites nordiques de leurs zones climatiques (p. ex. pêchers et nectariniers, pruniers), sont en général moins résistants au froid que les arbres situés au centre de leurs zones climatiques (p. ex. les pommiers et certains poiriers). Les cultivars comme le pêcher Loring sont moins résistants au froid que le Redhaven et le Harrow Diamond par exemple.

Anatomie des plantes - Différentes parties de l'arbre présentent différents niveaux de résistance au froid. Souvent les boutons floraux sont plus sensibles à la destruction par le froid. Par exemple, les boutons floraux des pêchers gèlent et meurent à -25 °C, mais l'arbre ne subit des dégâts qu'à une température inférieure à -29 °C.

Combien de temps faut-il aux végétaux pour se réacclimater après une vague de chaleur?

Les végétaux peuvent se réacclimater au froid, mais il leur faut plus de temps s'ils ont perdu leur résistance au froid. Bien que la résistance puisse être complètement perdue après quelques jours chauds, le processus inverse est beaucoup plus lent, la résistance ne progresse que d'un degré ou deux par jour de temps froid.

Quels sont les symptômes de la destruction par l'hiver?

Ces symptômes comprennent des bourgeons morts, des dommages aux racines, la craquelure de l'écorce, le fendillement du tronc, des dommages aux fourches, cœur noir, dommages aux boutons floraux, échaudage et dommages aux racines. La plupart de ces symptômes sont difficiles à diagnostiquer jusqu'à ce que les températures repassent le point de congélation et que les tissus dégèlent. Certains symptômes de destruction par l'hiver n'apparaissent qu'avec la venue de temps très chaud au début de juin; les arbres dont les troncs sont endommagés peuvent développer normalement des feuilles et des fleurs, mais ils s'effondrent quand les troncs endommagés ne permettent pas à l'humidité de monter dans l'arbre qui est stressé.

Quelles sont les recherches effectuées sur la résistance au froid des arbres fruitiers?

Il reste beaucoup à apprendre sur la résistance au froid des arbres fruitiers. Les chercheurs examinent des méthodes de mesures plus précises de la résistance au froid des pommiers et des cerisiers doux (http://news.cahnrs.wsu.edu/2012/09/20/wsu-researchers-create-more-accurate-cold-hardiness-measure-for-apples-sweet-cherries/). La Commission ontarienne de commercialisation des fruits tendres, KCMS et l'Université Brock ont reçu du financement du PCAA pour mener des recherches et évaluer la résistance au froid des bourgeons des pêchers. À ce jour, on recueille des données et on les analyse afin de savoir à quelles températures le froid devient mortel pour les différentes variétés de pêches dans les diverses régions de l'Ontario.



Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca