Lutte contre la pourriture amère de la pomme

La pourriture amère s'est manifestée récemment dans quelques vergers et est sur le point de devenir une maladie grave dans certains vergers de pommes de l'Ontario. Cette maladie est causée par un champignon pathogène, Colletotrichum fioriniae (anciennement C. acutatum). Cette maladie peut devenir épidémique lorsque des périodes particulièrement chaudes sont accompagnées de périodes intermittentes de pluie, comme cela a été le cas pendant la saison de croissance 2017. Les spores de ce pathogène peuvent infecter les fruits en tout temps dès la floraison jusqu'à la récolte. Toutefois, les symptômes se manifestent souvent à la mi-saison et même tardivement après des périodes de temps chaud accompagnées de pluie ou d'orages.

L'infection apparaît d'abord sous forme de petites taches grises, rougeâtres ou brunes (figure 1) qui se transforment rapidement sur les fruits infectés en pourritures circulaires brun pâle à brun foncé, plus grosses et enfoncées (figure 2). À mesure que ces lésions grossissent, une pourriture caractéristique en forme de V peut s'étendre vers le cœur (figure 3); cela ne se produit pas toujours et il ne s'agit peut-être pas du symptôme le plus fiable pour diagnostiquer la maladie. Les températures relativement chaudes accélèrent le pourrissement jusqu'à ce que le fruit devienne ratatiné et complètement pourri. Les fruits très pourris tombent souvent de l'arbre prématurément. Par temps humide, des masses de spores de couleur crème ou saumon se développent à la surface du fruit pourrissant, ce qui est très caractéristique de la maladie (figure 4). Ces spores peuvent ensuite être transmises à d'autres fruits par les éclaboussures de pluie, ce qui répand l'infection. Si les spores atterrissent sur le fruit juste avant ou durant la cueillette, l'infection peut se produire et de petites lésions de pourriture amère apparaîtront lentement dans l'entrepôt réfrigéré (figure 5). Il arrive souvent que quelques petits organes producteurs de spores noires se développent durant la réfrigération. Ces petites lésions commenceront à grossir dans les jours qui suivent le départ des fruits de l'entrepôt.

Figure 1. La pourriture amère se manifeste au début sous forme de petites taches grises, rougeâtres ou brun pâle sur les fruits.

Figure 1. La pourriture amère se manifeste au début sous forme de petites taches grises, rougeâtres ou brun pâle sur les fruits.

Figure 2. La pourriture amère se développe sous forme de lésion circulaire enfoncée.

Figure 2. La pourriture amère se développe sous forme de lésion circulaire enfoncée.

Figure 3. Les lésions causées par la pourriture amère se développent en V et progressent vers le cœur.

Figure 3. Les lésions causées par la pourriture amère se développent en V et progressent vers le cœur.

Figure 4. Par temps humide, des masses de spores de couleur crème ou saumon se développent dans les lésions enfoncées de pourriture amère.

Figure 4. Par temps humide, des masses de spores de couleur crème ou saumon se développent dans les lésions enfoncées de pourriture amère.

Figure 5. De petites lésions grises de pourriture amère avec de petits organes de fructification noirs peuvent apparaître lentement durant la réfrigération des fruits.

Figure 5. De petites lésions grises de pourriture amère avec de petits organes de fructification noirs peuvent apparaître lentement durant la réfrigération des fruits.

L'agent pathogène peut survivre durant l'hiver sous forme de fruit momifié sur l'arbre ou le sol du verger. Il peut aussi coloniser des chancres causés par d'autres agents pathogènes comme ceux de la brûlure bactérienne ou de la pourriture noire. On a signalé récemment une présence accrue de pourriture amère dans des vergers ayant aussi été atteints par la brûlure bactérienne, probablement en raison de l'agent pathogène qui aurait survécu dans les chancres de la brûlure bactérienne et qui se serait propagé aux fruits plus tard durant la saison de croissance.

La lutte contre la pourriture amère se fait par un bon assainissement du verger. Le retrait des anciens chancres de brûlure bactérienne et de pourriture noire, ainsi que les autres chancres, réduira le potentiel d'une source hivernante de cette maladie dans les vergers. La pose de paillis ou l'élimination des fruits infectés du sol du verger aideront aussi à réduire les quantités d'inoculum et les risques de propagation de la maladie.

Les fongicides Granuflo-T et Thiram, Allegro et Pristine sont homologués pour lutter contre la pourriture amère dans les vergers de pommiers ontariens. Toutefois, certains fongicides homologués pour la lutte contre la tavelure du pommier et d'autres maladies estivales peuvent offrir une certaine protection contre l'infection par le champignon responsable de la pourriture amère. Les traitements de fongicides devraient être effectués tous les 10 à 14 jours durant les mois chauds de l'été. Les intervalles entre les pulvérisations devraient cependant être raccourcis à 7 jours si les précipitations sont fréquentes. Il est conseillé, si possible, de prévoir un traitement de fongicide efficace juste avant une pluie ou un orage pour protéger les fruits des spores disséminées par les éclaboussures. Toujours utiliser en alternance des produits de famille différente afin de réduire les risques d'apparition de résistance. Certaines données semblent confirmer que les pulvérisations de chlorure de calcium pourraient aussi protéger les fruits. Dans une étude récente réalisée en 2016 par le MAAARO, des applications de chlorure de calcium (CaCl2) tous les 10 à 14 jours auraient supprimé l'incidence de pourriture amère et réduit considérablement le nombre de lésions par fruit à la récolte. Le CaCl2 ne semblait pas endommager les pommiers ni augmenter le taux de calcium dans les fruits ou les feuilles lors de la récolte.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca