Dépérissement soudain du pommier dans les vergers de l'Ontario : ce que nous observons en 2017

Les premiers signalements de morts subites de jeunes pommiers remontent à 2016, peu de temps après le débourrement, et se sont poursuivis jusqu'à la récolte. En général, ce sont les pommiers Gala sur porte-greffe M.9 âgés de 3 à 8 ans qui semblent les plus touchés. Cependant, des symptômes ont également été observés sur d'autres cultivars comme Honeycrisp, Ambrosia, Golden Delicious, Empire, Mutsu et le porte-greffe M.26. Le dépérissement soudain des arbres s'est poursuivi en 2017 avec très peu de réponses et quelques problèmes supplémentaires compliquant la situation.

Ce qui suit décrit les causes courantes de la mort subite des pommiers cette saison : Phytophthora, la brûlure bactérienne et le dépérissement soudain des pommiers.

Pourriture du collet, de la couronne et des racines causée par Phytophthora

Les pluies diluviennes survenues dans de nombreuses régions cette année ont saturé les sols, créant des conditions idéales pour le développement de l'agent pathogène Phytophthora (plusieurs espèces). Les symptômes de la pourriture de la racine, du collet et de la couronne causés par les diverses espèces de Phytophthora risquent de se répandre chez les arbres fruitiers au cours de l'automne et de l'année prochaine, en raison du temps frais et humide que nous avons connu.

Phytophthora spp. regroupe des organismes de type champignon qui privilégient les conditions humides et sont souvent appelés « moisissures aquatiques ». Ils produisent des spores qui « nagent » dans les sols saturés pour atteindre les racines. Phytophthora tend à causer davantage de problèmes si les arbres poussent dans des sols humides et lourds, des sols qui retiennent l'eau pendant de longues périodes ou si un temps humide prolongé maintient des conditions de sol détrempé persistantes.

Pour diagnostiquer la pourriture provoquée par Phytophthora, il est préférable d'enlever le sol autour du collet et des racines des arbres infectés ou dépérissants. Les producteurs doivent rechercher des signes de chancre. Lorsqu'on prélève l'écorce de la zone touchée, on peut observer un tissu rouge-orangé délimité par une marge noire ou sombre la séparant des tissus blancs et sains (figure 1). Le tissu rouge-orangé peut s'étendre aux racines, qui deviennent fragiles et pauvres en racines nourricières.

Figure 1. Pourriture de la racine et de la couronne causée par Phytophthora sur un porte-greffe M.9.

Figure 1. Pourriture de la racine et de la couronne causée par Phytophthora sur un porte-greffe M.9.

Les arbres infectés peuvent dépérir lentement pendant plusieurs années ou mourir en moins de quelques semaines après l'apparition des premiers symptômes, selon leur taille et leur état de santé. Les producteurs doivent surveiller la vigueur des arbres pendant plusieurs saisons et détecter des signes de croissance réduite des racines et des fruits de petite taille. À mesure que la maladie progresse, les arbres infectés produisent souvent des feuilles jaunes chlorotiques, dont l'aspect rappelle celui de feuilles carencées en fer.

Si vous soupçonnez une infection phytophthoréenne, envoyez un échantillon des racines ou des tissus du collet ou de la couronne à un laboratoire de diagnostic phytosanitaire pour obtenir une identification précise et une confirmation.

Lutte

La plupart des arbres en croissance active peuvent tolérer un certain degré de pourriture des racines, du collet et de la couronne. Toutefois, les arbres jeunes et fragilisés ou les arbres à croissante lente sont les plus vulnérables, en particulier pendant une saison humide comme 2017.

Il n'existe aucun remède lorsque la maladie s'est établie. Il n'y a pas grand-chose que l'on puisse faire pour sauver un arbre qui dépérit. Cependant, pour prévenir l'infection des arbres sains à proximité, les produits homologués suivants peuvent être utilisés :

  • Aliette WG - application foliaire; se déplace vers le haut et vers le bas dans l'arbre.
  • Ridomil Gold 480SL - traitement par arrosage du sol - arbres non en production; se déplace seulement vers le haut.

Il faut consulter et suivre l'étiquette de ces fongicides avant de les utiliser. Il convient de noter que Ridomil Gold 480SL n'aura d'effet que sur Phytophthora et n'a aucun effet sur d'autres agents pathogènes comme Phomopsis, Cytospora ou les bactéries qui causent la brûlure bactérienne. Avant d'appliquer du Ridomil, il est important de vérifier que Phytophthora est l'agent responsable du dépérissement, en envoyant des échantillons d'arbres en déclin à des fins d'analyse dans un laboratoire de diagnostic phytosanitaire.

Autres mesures de lutte à considérer :

  • Si vous plantez un nouveau verger, choisissez un champ offrant un bon drainage et un sol aussi léger que possible. Si le sol est lourd ou retient l'eau pendant longtemps, envisagez l'installation d'un système de drainage souterrain.
  • Si la plantation se fait dans un sol mal drainé, choisissez des porte-greffes avec une certaine résistance à Phytophthora comme G.30, CG.6210 et G.16. Évitez les porte-greffes plus sensibles comme M.26, M.7 et MM.106.
  • Inspectez minutieusement les racines, le collet et le greffon des jeunes pommiers pour vous assurer de ne planter que des arbres sains.
  • Puisque le pathogène est infectieux lorsque les sols sont saturés pendant longtemps, une irrigation bien gérée et bien planifiée permettra d'éviter de saturer le sol, que ce soit par irrigation au goutte-à-goutte ou sur frondaison, ce qui permettra de réduire la propagation.
  • Prenez soin de dégager les débris qui pourraient s'introduire dans le filet protecteur à la base du tronc pour éviter qu'ils ne retiennent l'humidité près du tronc et n'offrent un site de choix à Phytophthora pour s'installer et se propager.

Brûlure bactérienne

En 2016, la brûlure bactérienne a sévi dans de nombreux vergers de la province. L'incidence de cette infection poursuit son développement dans certaines parcelles. L'infection des porte-greffes peut directement provenir de drageons racinaires infectés. Quand le porte-greffe est infecté de cette façon, la mort de l'arbre survient souvent assez rapidement. Les bactéries peuvent aussi se déplacer lentement vers le porte-greffe par translocation interne à partir de la canopée. Cette infection peut prendre un certain temps avant de présenter des signes ou les arbres peuvent paraître peu vigoureux avant de dépérir complètement.

La brûlure du collet et des porte-greffes se produit souvent au niveau du sol, juste au-dessous du point de greffe. Il est parfois difficile de la distinguer de la pourriture du collet causée par Phytophthora. L'infection prend la forme de lésions sombres, gorgées d'eau et violettes avec des pourtours qui deviennent surélevés ou fendillés. Quand on soulève l'écorce, on aperçoit des stries rouge-brun sur les tissus internes de la zone atteinte.

La brûlure du porte-greffe a un impact très marqué sur la croissance et la vigueur de l'arbre. Les feuilles sont clairsemées et jaunes (figure 2). Les branches peuvent également paraître orange comparativement aux arbres sains, et les fruits en développement (le cas échéant) sont souvent petits et cireux.

Figure 2. Brûlure bactérienne sur un porte-greffe M.9.

Figure 2. Brûlure bactérienne sur un porte-greffe M.9.

Lutte

Quand le porte-greffe est infecté, il y a tout lieu de craindre la mort de l'arbre, surtout si celui-ci est jeune. Si la brûlure bactérienne est confirmée, supprimez l'arbre, y compris les racines, pour éviter la propagation des bactéries aux arbres sains à proximité. Laissez le tissu infecté sécher au milieu de la rangée avant de l'enlever.

Maintenez un bon programme de gestion de la floraison au cours des années suivantes, car il peut y avoir des chancres dans le verger. Pour plus de renseignements, reportez-vous à l'article intitulé Lutte contre les maladies des pommiers. Deuxième partie : du prébouton rose à la chute des pétales dans le numéro d'avril 2017 du le pomiculteur.

La brûlure bactérienne s'attaque plutôt à des porte-greffes sensibles comme M.9 et M.26. Les porte-greffes plus résistants incluent M.7 et plusieurs appartenant aux séries Genève et Vineland.

Dépérissement soudain du pommier

Bien que la pourriture phytophthoréenne et la brûlure bactérienne sont probablement la cause de nombreux problèmes de dépérissement des arbres, un certain nombre de vergers de l'Ontario ont vu des morts d'arbres sans rapport avec ces deux maladies. L'analyse d'échantillons soumis au laboratoire de diagnostic phytosanitaire de l'Université de Guelph a révélé la présence de divers agents pathogènes, surtout du genre Phomopsis et Cytospora (chancre de la pourriture noire). Ces organismes ne sont toutefois que de faibles champignons pathogènes opportunistes qui peuvent infecter les arbres blessés, stressés et affaiblis. Toutefois, ce qui a d'abord causé l'affaiblissement de ces arbres demeure un mystère.

Ce phénomène n'est pas unique à l'Ontario. Des symptômes similaires ont été observés dans de nombreuses autres régions pomicoles du nord-est du continent. Kari Peter de l'Université de l'état de la Pennsylvanie a nommé cette condition Sudden Apple Decline (SAD) (dépérissement soudain du pommier), en raison du déclin soudain des pommiers entre l'apparition des premiers symptômes et la mort de l'arbre.

Dans une même parcelle, les arbres morts ou en dépérissement se trouvent souvent mêlés avec des arbres sains, sauf qu'ils ont tendance à être regroupés par 4-10 arbres (figure 3). On peut voir un chancre pourpre au point de greffe qui s'étend vers le haut du tronc (figure 4). Contrairement à ce qui est souvent observé avec la brûlure bactérienne ou Phytophthora, le porte-greffe et le système racinaire paraissent en bonne santé sous le point de greffe.

Les feuilles des arbres affectés prennent d'abord une teinte jaune pâle, puis deviennent rapidement pourpres ou rougeâtres juste avant la mort de l'arbre.

Figure 3. Arbres morts (au centre) ou en train de dépérir (à l'extrême droite) dans une parcelle comportant aussi des arbres sains (à l'extrême gauche).

Figure 3. Arbres morts (au centre) ou en train de dépérir (à l'extrême droite) dans une parcelle comportant aussi des arbres sains (à l'extrême gauche).

Figure 4. Tissus nécrosés au point de greffe s'étendant vers le haut du tronc couramment rencontrés chez les pommiers atteints du syndrome de dépérissement soudain.

Figure 4. Tissus nécrosés au point de greffe s'étendant vers le haut du tronc couramment rencontrés chez les pommiers atteints du syndrome de dépérissement soudain.

Qu'est-ce qui pourrait causer ce dépérissement soudain?

  • Dommages associés à la température - Avec les hivers froids que l'Ontario a connus en 2014 et en 2015, les agents pathogènes qui infectent l'arbre par les blessures hivernales peuvent causer des symptômes visibles au cours de la saison suivante et même causer le dépérissement de l'arbre. Les arbres maintenant âgés de 3 à 6 ans étaient nouvellement plantés ou encore très jeunes au cours des hivers 2014/2015 et, par conséquent, extrêmement vulnérables aux blessures causées par le froid durant ces périodes de froid intense.
  • Dommages associés à des ravageurs - La brûlure bactérienne et Phytophthora n'ont pas été détectés dans ces vergers. Il est possible qu'un autre agent pathogène (virus, bactéries, champignons) que l'on n'a pas encore identifié puisse être impliqué. Comme on l'a mentionné plus haut, les champignons pathogènes des genres Phomopsis, Cytospora et l'espèce Botryosphaeria obtusa (chancre de la pourriture noire) ont été détectés dans presque tous les vergers. Bien que ces agents pathogènes aient probablement contribué au déclin des arbres, ils ont vraisemblablement causé plutôt une infection secondaire en s'introduisant dans une blessure préexistante. Dans certains cas, des infestations d'insectes xylophages (perceurs de bois) ont été observées dans les arbres touchés. Mais leur présence n'a pas été signalée dans tous les vergers où du dépérissement soudain a été observé.
  • Lésions associées à des herbicides - On ne s'est pas beaucoup attardé, en Ontario, aux dommages causés par les herbicides à la base des jeunes pommiers, puisque ce type d'étude doit s'échelonner sur plusieurs années. En effet, les effets des herbicides peuvent passer inaperçus pendant des années après les traitements; il peut donc être très difficile, dans un verger commercial, d'établir qu'ils seraient la cause du phénomène. Les applications d'herbicides demeurent toutefois susceptibles de causer des blessures aux jeunes pommiers et d'accroître leur sensibilité aux infections secondaires.
  • Choix du site ou du cultivar - Beaucoup se sont demandé si le dépérissement soudain des pommiers pouvait être associé au choix du site ou à la replantation. En Ontario, le phénomène a été signalé dans toutes les régions productrices de la province sur des superficies de vergers nouvelles et existantes. De plus, seuls certains cultivars dans les parcelles étaient généralement atteints. Le fait que les arbres atteints étaient surtout des Gala/M.9 laisse croire qu'il s'agit plutôt d'un problème lié à la combinaison cultivar/porte-greffes. Cependant, dans d'autres régions du nord-est du continent, les problèmes sont survenus avec d'autres cultivars et d'autres porte-greffes.

Il n'y a pas malheureusement pas de réponse précise à ce problème pour le moment. Avec la tendance croissante vers les plantations à densité élevée et la mise en production de pommiers dès la deuxième ou troisième année, on peut s'attendre à une augmentation des facteurs de stress pour les jeunes pommiers. Il est cependant fort probable que le syndrome du dépérissement soudain du pommier dépende d'un ensemble de facteurs associés à différents stress : sécheresse? blessures dues au froid? herbicide? maladie de la replantation? l'ensemble de ces stress? À ce stade-ci, il faudra encore des recherches pour répondre à ce genre de questions.

Lutte

Il est difficile de répondre à cette question sans connaître la cause du dépérissement de l'arbre. La meilleure chose à faire est de réduire les stress que subissent les pommiers et d'éliminer si possible les sources potentielles d'inoculum.

  • Envisager l'irrigation, surtout dans le cas des porte-greffes M.9.
  • Respecter un programme de fertilité adéquat durant toute l'année, fondé sur les analyses foliaires et de sol.
  • Peindre les troncs des jeunes arbres en blanc ou utiliser des protecteurs d'arbres pour prévenir les lésions du sud-ouest.
  • Dans le cas d'une nouvelle plantation dans un verger existant, décaler les rangs afin d'éviter de planter les nouveaux pommiers directement au même endroit que les anciens arbres et faire analyser le sol pour détecter la présence de nématodes et évaluer la fertilité avant la plantation.
  • Élaguer dès que possible les branches infectées par la brûlure bactérienne afin de prévenir la propagation aux porte-greffes.
  • Les vergers établis à proximité des boisés risquent d'être plus vulnérables aux maladies qui entraînent la formation de chancres. Protéger les arbres durant les périodes où la maladie peut apparaître afin de prévenir les infections.
  • Éliminer les arbres morts ou en voie de mourir durant la saison de dormance afin de réduire les sources d'inoculum à l'intérieur du verger. Brûler les pommiers ou déchiqueter les débris d'élagage à l'aide d'une débroussailleuse.
  • Retirer les fruits momifiés qui restent dans les arbres, car ils peuvent héberger l'agent pathogène responsable de la pourriture noire.

Restez informés. Il y aura certainement de nouveaux développements sur ce sujet puisque les intervenants du nord-est du continent travaillent en collaboration pour trouver des réponses.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca