Lutte contre les maladies des pommiers. Quatrième partie : les biofongicides

Bien que les biofongicides soient surtout utilisés en production biologique, ils peuvent s'avérer utiles aussi en production conventionnelle. Voici quelques avantages associés à l'utilisation de ces produits dans les programmes de lutte conventionnelle contre les maladies :

  • potentiel plus faible de résistance des ravageurs;
  • protection durant les périodes de faible risque d'infection, ce qui permet de réserver l'utilisation de produits plus efficaces pour des périodes critiques;
  • choix dans les rotations visant à gérer l'apparition de la résistance aux produits d'usage courant;
  • délais de sécurité après traitement plus courts, utiles durant les périodes où l'activité est plus intense dans le verger (ex. : pour l'éclaircissage manuel, l'élagage);
  • délais d'attente avant cueillette plus courts permettant de procurer une maîtrise partielle jusqu'au jour de la cueillette, ce qui aide à réduire les problèmes d'entreposage;
  • toxicité potentiellement plus faible pour les organismes non ciblés.

Habituellement, les biofongicides ne procurent pas le même degré de maîtrise que les pesticides d'usage courants avec une indication de maîtrise partielle des ravageurs sur l'étiquette. La lutte peut cependant être améliorée lorsqu'on utilise ces produits en combinaison avec d'autres pratiques culturales, notamment les cultures de couverture, l'assainissement des vergers, des mesures pour améliorer la santé des pommiers et une gestion de la frondaison.

Bien que de nombreux agents biofongicides soient formulés, emballés et appliqués de manière très semblable aux fongicides d'usage courant, la matière active qu'ils contiennent est très différente. Ils possèdent des modes d'action uniques et spécialisés qui les rend plus vulnérables à de nombreux facteurs biologiques et environnementaux.

Voici quelques-unes des difficultés qui peuvent être associées à l'utilisation de ces produits :

  • nécessité d'augmenter la fréquence des traitements requis pour maîtriser les ravageurs en raison du mode d'action plus lent que les pesticides d'usage courant;
  • peut procurer une maîtrise partielle, mais non complète des ravageurs;
  • plus chers que les pesticides d'usage courant; maîtrise d'un moins grand nombre de ravageurs.

Les renseignements suivants portent sur des biofongicides homologués pour la production de pommes. En connaissant les exigences précises relatives à ces produits, on peut améliorer leur efficacité. Consulter l'étiquette pour plus de détails.

Blossom Protect (Aureobasidium pullulans)

  • Homologué pour lutter contre la brûlure bactérienne.
    • Produit efficace sur la côte Ouest, mais ne semble pas aussi efficace sous les conditions de la côte Est.
  • Souches vivantes de levure Aureobasidium pullulans et solution tampon d'acide citrique mélangées avant l'application.
    • La solution tampon d'acide citrique abaisse le pH dans les inflorescences, ce qui inhibe la croissance et la multiplication des bactéries de brûlure bactérienne quand elles entrent dans les fleurs.
    • Un pH inférieur permet aussi aux souches vivantes de levure de coloniser les mêmes zones des fleurs, bloquant le site d'infection et utilisant les mêmes éléments nutritifs que les bactéries responsables de la maladie.
  • Peut être appliqué jusqu'à 5 fois par saison, sauf dans les cas suivants :
    • Dans le cas des cultivars vulnérables, dont Golden Delicious, Idared et Jonagold, se limiter à 2 applications seulement.
    • Les applications tardives peuvent aussi aggraver la roussissure, surtout au moment de la nouaison; par conséquent, ne pas utiliser ce produit après le stade de la chute des pétales ou contre les fleurs en « queue de rat ».
    • Lorsque les conditions sont particulièrement humides, limiter l'utilisation de ce produit en raison des risques de roussissure.
  • Les levures doivent coloniser les inflorescences ouvertes avant que la bactérie responsable de la brûlure bactérienne infecte les fleurs, d'où l'importance d'une application hâtive.
    • Si possible, recourir à un modèle de prévision (ex. : Cougar Blight ou MaryBlyt) pour effectuer les traitements 2 ou 3 jours avant l'infection.
    • En l'absence de modèle de prévision, appliquer à une floraison à 10 %, 40 %, 70 % et 90 %.
    • Quand le produit est utilisé en alternance avec d'autres produits, le moment idéal du traitement est en début floraison afin que la bactérie responsable soit déjà établie et que le produit puisse ainsi procurer une protection durant les périodes où les risques d'infection sont plus faibles. Cette manière de procéder permettra en retour de garder les antibiotiques pour les périodes critiques d'infection qui surviennent à un moment plus avancé de la floraison.
  • La dose recommandée dépend de la hauteur de l'arbre : pour chaque mètre de hauteur, mélanger 5,25 kg du composant A (levure) dans 500 L d'eau et ajouter 0,75 g du composant B (solution tampon).
    • Appliquer 500 L de solution à l'hectare pour chaque mètre de hauteur d'arbre.
  • Ne pas mélanger en cuve ni appliquer dans les 2 jours suivant ou précédant l'utilisation de streptomycine, kasugamycine (Kasumin), captan (Supra Captan, Maestro), dodine (Syllit), strobilurines (Flint, Sovran, Pristine) ou de fongicides à base de cuivre, puisque ceux-ci sont toxiques pour les levures.

Double Nickel (Bacillus amyloliquefaciens)

  • Homologué pour la maîtrise partielle de la brûlure bactérienne.
    • Efficace contre la brûlure des pousses ainsi que durant l'été.
  • La matière active, Bacillus amyloliquefaciens, est une bactérie que l'on retrouve dans l'environnement habituellement en association avec des organes végétaux.
  • Ses multiples modes d'action, incluant la colonisation des poils racinaires absorbants qui empêche l'établissement de l'agent pathogène (dans le cas des agents qui vivent dans le sol), ainsi que la production de composés qui perturbent la production des parois cellulaires chez les agents pathogènes.
  • La formulation des bactéries peut être utilisée sans risque avec les produits à base de cuivre.
    • Certains essais ont montré que Double Nickel et Cueva sont plus efficaces lorsqu'ils sont utilisés ensemble que seuls (et avec un risque minimal de roussissure).

    Serenade OPTI (Bacillus subtilis)

    • Homologué pour la maîtrise partielle de la brûlure bactérienne, de la tavelure du pommier et de l'oïdium.
      • Présente une efficacité équivalente à 50 % de celle de la streptomycine, selon le chercheur George Sundin, du Michigan State University.
    • La matière active est une souche de fermentation de Bacillus subtilis.
    • Bien que la bactérie colonise les organes végétaux, son action antibactérienne et antifongique provient surtout des composés biochimiques produits par la bactérie durant la fermentation.
      • Interrompt la germination des spores, perturbe la croissance de la membrane cellulaire et inhibe la fixation de l'agent pathogène aux tissus végétaux.
    • Pour une maîtrise partielle de la brûlure bactérienne, commencer les applications en début de floraison (1 à 5 %) au commencement d'une période de réchauffement et faire suivre d'une pulvérisation de streptomycine 2 ou 3 jours plus tard si les températures continuent d'être propices à l'infection des fleurs.
    • Pour une maîtrise partielle de la tavelure et de l'oïdium, commencer les applications au stade de la pointe verte ou quand les conditions favorisent l'apparition de la maladie. Répéter les traitements à intervalles de 7 à 10 jours.
      • Utiliser en alternance avec d'autres fongicides homologués quand la pression exercée par la maladie est élevée.
    • Selon certaines recherches, Serenade serait le pesticide biologique le plus sûr pour le fruit, en ce qui a trait à la roussissure.

    Buran (poudre d'ail)

    • Homologué pour la maîtrise partielle de la tavelure du pommier et de l'oïdium.
    • La matière active du produit inhibe la germination des spores fongiques à la surface des végétaux et nuit à la croissance du mycélium fongique.
    • Efficacité peu après l'infection
      • Planifier les traitements pour qu'ils aient lieu après de fortes pluies ou des périodes prolongées de mouillage au moment où l'efficacité des fongicides préventifs risque d'être diminuée.
    • Pour que le produit soit efficace, il est nécessaire de répéter les applications et d'assurer un recouvrement complet.
    • Le produit est facilement lessivé par la pluie.

    Regalia Maxx (extrait de Reynoutria sachalinensis)

    • Homologué pour la maîtrise partielle de l'oïdium, de la pourriture amère, de la moucheture et des taches de suie.
    • La matière active est un extrait de la renouée de Sakhaline qui déclenche les mécanismes naturels de défense des végétaux en inhibant le développement de certains agents pathogènes (résistance systémique induite).
    • Étant donné la plage cible propre à la maladie visée et le délai d'attente avant récolte de 0, ce produit s'applique idéalement à la fin de la saison juste avant la cueillette.
    • Le produit est plus efficace quand il est appliqué avant l'apparition des symptômes de la maladie.
    • Utiliser la dose supérieure et appliquer à intervalles plus courts lorsque les conditions sont propices à l'apparition de la maladie.
    • Il peut être nécessaire de répéter les traitements.

    Purespray Green Spray Oil (huile minérale)

    • Homologué pour la maîtrise partielle de l'oïdium.
    • À titre de fongicide, le produit exerce à la fois un effet curatif et protecteur, procurant l'élimination des infections établies de manière bénigne ainsi qu'une protection modeste pendant une courte période de temps.
    • Peut être lessivé et son efficacité est considérablement réduite par aussi peu que 5 mm de pluie.
    • Le produit doit recouvrir les spores d'oïdium pour être efficace, d'où la nécessité d'un recouvrement complet.
    • Les huiles peuvent causer des blessures aux végétaux. Suivre attentivement les précautions mentionnées sur l'étiquette.
      • Ne pas utiliser dans les 48 heures entourant un épisode de gel ou quand les températures dépassent 25 ?C.
      • En raison de risques de phytotoxicité, il y a de nombreuses restrictions relatives à l'utilisation de produits à base d'huile comme captan et les produits soufrés.

    Liens connexes


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca