Dispositifs de protection contre le gel

Les bourgeons se développent rapidement et sont une semaine à l'avance comparativement à l'an dernier. Avec cette floraison plus hâtive, le gel devient plus préoccupant. Du prébouton rose à la postfloraison, les bourgeons de fleurs sont le plus vulnérables lorsque le pourcentage de bourgeons détruits atteint 10 % à -2 °C et 90 % à -4 °C (tableau 1). À mesure que la floraison se poursuit, il se peut qu'on n'ait pas l'infrastructure en place pour protéger la culture ou que l'assurance ne couvre pas toutes les superficies. On trouvera ci-dessous la liste des dispositifs de protection le plus efficaces contre le gel, mais ces derniers sont ceux qui exigent la plus grosse infrastructure. En cas de gel, on peut rechercher des méthodes pour faciliter la prévention des dommages dus au gel. On trouvera aussi une liste de certaines solutions de dernier recours qui ne sont peut-être pas les plus efficaces ou les plus économiques, mais qu'il est bon de connaître.

Tableau 1 : Temp�ratures printani�res critiques en �C pour les pommes
  Pointe argent Pointe verte Débourrement avancé Prébouton rose Bouton rose Bouton rose avancé Première floraison Pleine floraison Postfloraison
10 % de bourgeons détruits
-9,4
-7,8
-5,0
-2,8
-2,2
-2,2
-2,2
-2,2
-2,2
90 % de bourgeons détruits
-16,7
-12,2
-9,4
-6,1
-4,4
-3,9
-3,9
-3,9
-3,9

Les dispositifs les plus efficaces

  • Les éoliennes sont très efficaces pour protéger du gel en présence d'une couche d'inversion les nuits sans vent, car elles permettent de mélanger l'air chaud plus en hauteur avec l'air froid plus bas. Les inversions de température peuvent être associées à des écarts allant jusqu'à 5 à 10°C entre la température au niveau du sol et celle qu'on observe à une hauteur de 20 m. Pour en savoir davantage sur l'utilisation des éoliennes, consulter la fiche technique du MAAARO.
  • L'irrigation sur frondaison (figure 1) a été un dispositif de protection efficace contre le gel dans les cultures de fraises en Ontario ainsi que dans les vergers de pommiers dans l'État de Washington, mais cette méthode n'est pas couramment utilisée à cette fin en Ontario. L'irrigation sur frondaison protège la culture en libérant de la chaleur latente lorsque l'eau passe de liquide à l'état solide, un peu de la même manière que la vapeur peut brûler la main lorsqu'elle se condense en liquide. Il faut être prudent avec l'irrigation sur frondaison étant donné qu'on doit s'assurer de libérer suffisamment d'eau. La quantité d'eau qui doit être appliquée à l'heure par acre dépend de la vitesse du vent et de la température. On doit s'assurer de disposer d'un approvisionnement d'eau suffisant pour continuer à irriguer jusqu'à ce que la glace commence à fondre. Pour plus d'information sur l'irrigation sur frondaison comme dispositif de protection contre le gel, consulter la fiche technique du MAAARO.
  • On peut aussi protéger la culture en ayant recours à l'irrigation par rang. Cela fonctionne comme l'irrigation sur frondaison par le changement d'état liquide à solide, avec la libération de chaleur latente. Il se peut que cela ne soit pas aussi efficace que l'irrigation sur frondaison, mais il y a moins de risque que la culture gèle si elle manque d'eau.

Figure 1. Irrigation sur frondaison

Figure 1. Irrigation sur frondaison

Derniers recours

  • Les hélicoptères agissent comme les éoliennes en mélangeant l'air en présence d'une couche d'inversion, ce qui réchauffe l'air au niveau de la culture. L'inconvénient à utiliser un hélicoptère est le coût de location qui s'élève à des centaines de dollars l'heure.
  • Des chaufferettes ou des feux dans le verger peuvent être utilisés pour augmenter la température autour de la culture. Cela peut être assez inefficace puisque la chaleur va monter immédiatement et le tout risque d'avoir finalement peu d'effet sur la hausse de température au niveau de la culture.

Produits pulvérisés

Certains produits à pulvériser offriraient une protection contre le gel, comme le zinc et le fongicide Pristine. De nombreuses allégations anecdotiques semblent appuyer l'efficacité de ces produits, mais il en existe en fait peu de preuves obtenues dans le cadre d'essais scientifiques au champ. Il existe aussi des produits anti-desséchants qui offriraient une protection contre les dommages dus au gel. Toutefois, ces dommages surviennent en raison d'une déshydratation interne des cellules végétales et ne sont pas reliés à la transpiration qui est précisément ciblée par les agents anti-desséchants.

  • Le fongicide Pristine agit en inhibant la chaîne de respiration des mitochondries au niveau du complexe b/c1, ce qui améliore la tolérance des plants aux basses températures. Dans des essais au champ réalisés par David Rosenberger et son équipe à Cornell, on a établi que le nombre de semences était plus élevé dans les arbres traités avec Pristine, mais l'utilisation de ce produit ne procurait pas d'avantages en matière de rendement. Pour plus d'information sur cet essai, consulter le site suivant (en anglais) : www.northeastipm.org/neipm/assets/File/TFWG-Rosenberger-Pristine-Frost.pdf.
  • Le zinc agit en inhibant la bactérie de nucléation de la glace et peut être appliqué la nuit précédant le gel prévu. La glace fond à 0 °C mais l'eau ne gèle pas nécessairement à 0 °C. Si l'eau est pure partout, elle ne gèlera pas jusqu'à ce que les températures soient vraiment basses. En présence de particules étrangères comme les bactéries de nucléation de la glace, la glace peut commencer à se former à des températures supérieures,mais sous zéro. À des températures supérieures à -5 °C, les bactéries de nucléation provoquent la formation de glace sur les surfaces des plantes. L'utilisation du zinc se justifie théoriquement par le fait que ce dernier serait lié à l'inhibition des bactéries et empêcherait la glace de se former à des températures juste au-dessous de zéro. Les preuves relatives à l'efficacité du zinc à cette fin sont non concluantes et limitées.
  • Promalin peut être utilisé sous forme de produit pulvérisé contre le gel et il agit en favorisant la production de fruits parthénocarpiques (fruits sans graines). L'inconvénient de ce type de fruits est leur taille et leur durée de conservation limitée.

Références


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca