Répression de la pourriture amère dans les pommes

La pourriture amère de la pomme est une grave maladie provoquée par un champignon pathogène, Colletotrichum fioriniae (autrefois, C. acutatum). Cette maladie a été à l'origine d'importantes pertes dans les régions pomicoles qui ont connu des conditions de fortes chaleur et humidité, par exemple dans certains États du Sud des États-Unis et en Amérique centrale et Amérique du Sud. Cette maladie n'était pas par le passé un problème important pour les pomiculteurs ontariens. Toutefois, quelque chose a changé récemment et on constate davantage de pourriture amère dans certains vergers ontariens depuis quelques années.

La maladie devient une épidémie par temps de chaud à très chaud au début de la saison de croissance, accompagné par une période pluvieuse s'étendant jusqu'à l'été. Connaître la maladie est un premier pas important pour lutter contre celle-ci. Le pathogène peut infecter les fruits à n'importe quel moment de la saison de croissance, aussi tôt qu'à la floraison et jusqu'à la récolte. Toutefois, les symptômes, souvent, n'apparaissent que vers le milieu ou la fin de la saison, après une période de temps chaud ou très chaud accompagnée de pluie ou d'un orage. L'infection initiale se présente sous forme de petites taches grises ou brunes, qui grandissent rapidement pour devenir des dépressions circulaires de brun clair à brun foncé sur les fruits infectés (figure 1). Le temps chaud hâte le processus de pourrissement. Par temps humide, des masses de spores de couleur saumon apparaissent à la surface du fruit infecté, ce qui permet de porter un diagnostic sûr. Ces spores peuvent ensuite être emportées par la pluie vers d'autres fruits, provoquant d'autres infections et entraînant le pourrissement d'autres pommes. Si les spores tombent sur d'autres fruits juste avant ou pendant la récolte, ces fruits peuvent être infectés et de petites lésions de pourriture amère se développeront lentement pendant l'entreposage au froid. Ces petites taches commenceront à grandir en moins de quelques jours, à mesure que le fruit se réchauffera. Tandis que les lésions sur le fruit grossissent, une pourriture caractéristique en forme de V progresse vers le cœur (figure 2), mais cela ne se produit pas toujours et ce n'est peut-être pas le symptôme le plus fiable pour diagnostiquer la maladie.

Figure 1. La pourriture amère se présente sous forme de pourrissement circulaire enfoncé portant des masses de spores de couleur saumon produites près du centre de la lésion.

Figure 1. La pourriture amère se présente sous forme de pourrissement circulaire enfoncé portant des masses de spores de couleur saumon produites près du centre de la lésion.

Figure 2. Les lésions causées par la pourriture amère se développent en V et progressent vers le cœur.

Figure 2. Les lésions causées par la pourriture amère se développent en V et progressent vers le cœur.

La pathogène peut hiverner dans les fruits momifiés infectés laissés sur l'arbre ou sur le sol du verger ainsi que dans les chancres colonisés provoqués par d'autres pathogènes, par exemple la brûlure bactérienne ou la pourriture noire. On a signalé davantage de cas de pourriture amère dans les vergers également affectés par la brûlure bactérienne, probablement parce que le pathogène survit dans les chancres de la brûlure bactérienne et se propage plus tard aux fruits au cours de la saison de croissance.

La lutte contre la pourriture amère passe par de bonnes procédures d'assainissement du verger. L'élimination des vieux chancres, ainsi que des fruits momifiés laissés sur les arbres à la suite de l'éclaircissage chimique permettra de supprimer les principales sources éventuelles de la maladie. Le paillage ou l'élimination des fruits infectés du sol du verger réduira également la présence d'inoculât et le risque de propagation de la maladie. Certains fongicides homologués pour la lutte contre la tavelure du pommier et autres maladies estivales peuvent offrir une certaine protection contre le champignon de la pourriture amère. Par contre, nous n'en savons encore que trop peu sur la lutte contre la pourriture amère en Ontario. Il faut plus de recherche sur l'efficacité et le moment d'application des nouveaux fongicides, la protection des fruits destinés à l'entreposage et les autres solutions éventuelles pour lutter contre la pourriture amère.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca