Réflexions sur les fongicides utilisés pour lutter contre les maladies en début de saison

Il devient de plus en plus compliqué de choisir un programme de lutte contre les maladies pour toute la saison en raison des nouveaux produits et prémélanges sur le marché, des enjeux liés à la résistance et de l'apparition de nouveaux ravageurs. Il peut donc être assez difficile de se démêler dans tout ça. On trouvera ci-dessous quelques suggestions qui pourraient servir de point de départ pour la saison 2014.

La lutte contre la tavelure du pommier peut commencer avant même l'apparition de tissu vert en vue de réduire la quantité d'inoculum présente dans le verger cette saison. L'application d'urée à raison de 45 kg/ha (mélangé avec 1000 L d'eau / /ha) ou le déchiquetage des feuilles tombées avec une débroussailleuse sont deux méthodes pratiques et peu coûteuses qui permettent d'atténuer la pression de la tavelure. Idéalement, ces mesures devraient être prises avant l'apparition du bouton vert, mais cela peut aussi être relativement efficace si cela est fait un peu plus tard.

L'efficacité des pulvérisations de produits à base de cuivre à cette période de l'année pour réduire la propagation de l'inoculum responsable du feu bactérien provenant des chancres qui ont survécu à l'hiver a souvent fait l'objet de débats. Tout compte fait, son efficacité dépend de la façon dont les traitements sont appliqués et de la température après l'application. Le cuivre crée un milieu hostile à la surface de l'écorce et des bourgeons de l'arbre qui empêche ces organismes de s'y établir, ou de se répandre dans les fleurs avec les éclaboussures de pluie ou les insectes. Ainsi, il doit être appliqué avec de grands volumes d'eau pour assurer un recouvrement suffisant.

Dr. Dave Rosenberger de l'Université Cornell recommande que la pulvérisation de produits à base de cuivre soit effectuée à 0,63 cm à 1,27 cm (¼ à ½ po) de la pousse verte, car elle peut provoquer un fort roussissement du fruit. De plus, pour que les pulvérisations à base de cuivre soient efficaces, on recommande de traiter tous les arbres du bloc. Les arbres non traités, et même les variétés non sensibles, constituent un refuge pour les bactéries qui peuvent facilement être transportées par les vecteurs que sont les insectes.

Les pulvérisations de produits à base de cuivre appliquées sur les tissus verts peuvent aussi offrir une protection contre la tavelure du pommier lorsqu'elles sont effectuées avant la libération des spores. Ces traitements ne doivent toutefois pas remplacer ou reporter la première application des fongicides à action préventive contre la tavelure.

Les pulvérisations en préfloraison avec les fongicides à action préventive contre la tavelure, comme les EBDC (mancozèbe, métirame) ou le captan se sont avérées efficaces pendant de nombreuses années. Étant donné que la tavelure peut se manifester en présence de tout tissu vert, il est important d'avoir recours à un programme de pulvérisation à intervalles rapprochés dès le stade du bouton vert. Il est important de garder en mémoire, toutefois, qu'il s'agit de fongicides de contact qui n'offrent pas d'efficacité après l'infection et ne présentent pas d'activité antisporulante. Cela signifie que si les traitements sont effectués dans des conditions peu favorables, soit par temps venteux, dans une rangée sur deux, ou si le produit est lessivé par la pluie, le risque d'infection à la tavelure est augmenté.

Il est également important de prendre note que l'EBDC et le captan ne sont pas efficaces contre l'oïdium. Pour être efficace, la lutte contre l'oïdium doit commencer tôt en saison, au stade de débourrement avancé. Envisager d'utiliser un agent anticryptogamique comme le soufre, pour les premières pulvérisations à moins que les températures soient supérieures à 25 °C ou que de l'huile soit appliquée. Dr. Rosenberger recommande des applications de soufre à raison de 3 à 5 kg/ha, mélangé en cuve avec une demi-dose de mancozèbe et une demi à pleine dose de captan, selon la grosseur de l'arbre et la pression de la maladie. Le mélange mancozèbe/captan combattra la tavelure, alors que le soufre atténuera l'oïdium.

Lorsque les nouvelles pousses deviennent abondantes dans le verger, c'est le moment d'introduire dans le programme de lutte les fongicides systémiques, comme les inhibiteurs de stérols, les inhibiteurs de succinate déshydrogénase ou strobilurines. Ceci est particulièrement important du stade du prébouton rose au stade du calice afin de prévenir l'infection secondaire par la tavelure et protéger le verger contre l'oïdium.

Les inhibiteurs de succinate déshydrogénase utilisés tôt en saison (Fontelis, Luna Tranquility et Pristine) sont homologués pour la maîtrise de la tavelure, de l'oïdium et de la rouille. Ces produits sont plus efficaces lorsqu'ils sont placés entre le stade du prébouton rose et la première pulvérisation en couverture. Toutefois, surtout avec Luna Tranquility (qui est un prémélange avec Scala), il est préférable d'utiliser ces fongicides avant le stade du calice puisqu'ils n'agissent que de manière satisfaisante à modérée contre la rouille, si cette dernière est préoccupante. La rouille est en effet souvent très difficile à maîtriser sur les feuilles après le stade du calice en raison de la croissance rapide des pousses.

Les recommandations antérieures concernant les mélanges en cuve des inhibiteurs de stérols et des strobilurines avec des fongicides à action préventive s'appliquent aussi aux inhibiteurs de succinate déshydrogénase, afin d'assurer une bonne gestion de la résistance. On doit aussi faire preuve de vigilance avec les formulations qui contiennent de l'huile minérale, lesquelles peuvent causer des dommages dans certaines conditions si elles sont utilisées en combinaison avec du captan.

Les strobilurines (Flint, Sovran et Pristine) et les inhibiteurs de stérols (Nova et Inspire Super) sont également homologués pour la maîtrise de la tavelure, de l'oïdium (maîtrise partielle seulement dans le cas d'Inspire Super) et de la rouille. Toutefois, de la résistance à ces deux groupes de fongicides a été observée dans des populations de tavelure en Ontario; on croit qu'une résistance de moindre importance pourrait être présente dans des populations d'oïdium, mais d'autres analyses doivent être effectuées pour le confirmer. Pour cette raison, les strobilurines et les inhibiteurs de stérols ne devraient être utilisés que dans les vergers où se trouvent des populations de tavelure sensibles et devraient toujours être mélangés en cuve avec un fongicide à action préventive. Dans les cas où les strobilurines sont efficaces, il est préférable de les utiliser au stade du calice ou à la première pulvérisation en couverture afin d'éviter d'y avoir recours lorsque la pression de la tavelure est plus préoccupante. Toutefois, les fongicides inhibiteurs de stérols ne sont pas efficaces contre la tavelure du fruit et ne devraient pas être utilisés après la floraison.

L'une des principales mesures en matière de gestion de la résistance est d'utiliser en alternance des produits de différents groupes chimiques. Cela ne se limite pas à changer uniquement de produit. Les fongicides sont regroupés en fonction de leur mode d'action, c'est-à-dire d'après le mécanisme selon lequel le produit exerce un effet sur la maladie. Par exemple, tous les produits du groupe 3 possèdent le même mode d'action; par conséquent, ce sont presque les mêmes mécanismes qui sont en cause si l'on utilise n'importe quel produit de ce groupe. Dans les fongicides prémélangés, on doit tenir compte des deux groupes en présence pour les toutes les rotations :

  • Pristine (groupes 7 et 11) ne peut pas être utilisé en rotation avec Flint ou Sovran (groupe 11), OU Fontelis ou Luna Tranquility (groupe 7).
  • Luna Tranquility (groupes 7 et 9) ne peut pas être utilisé en rotation avec Fontelis ou Pristine (groupe 7), OU Scala, Vangard ou Inspire Super (groupe 9).
  • Inspire Super (groupes 3 et 9) ne peut pas être utilisé en rotation avec Nova (groupe 3), OU Scala, Vangard ou Luna Tranquility (groupe 9).

La figure suivante indique les fongicides qui pourraient être utilisés dans le cadre d'un programme de lutte contre la tavelure, l'oïdium et la rouille tout en permettant une excellente gestion de la résistance, à la condition de respecter les rotations parmi les groupes de fongicides à risque plus élevé (soit les inhibiteurs de stérols, les inhibiteurs de succinate déshydrogénase, les strobilurines).

La figure suivante indique les fongicides qui pourraient être utilisés dans le cadre d'un programme de lutte contre la tavelure, l'oïdium et la rouille tout en permettant une excellente gestion de la résistance

Texte version


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca