Réflexion sur l'élagage de précision en 2014

En mars dernier, dans le cadre du Cornell Apple Summit sur la gestion de précision de la charge de récolte, nous avons appris des techniques pour parvenir de manière plus précise à une charge de récolte permettant d'atteindre les objectifs de rendement fixés. En 2013, deux de ces techniques ont fait l'objet d'essais au champ : l'élagage de précision en mars, et en mai l'utilisation du modèle de croissance du jeune fruit en vue de prédire le nombre de jeunes fruits qui vont tomber à la suite de l'éclaircissage chimique. Les deux techniques ont permis de recueillir des données intéressantes pour améliorer les décisions de gestion concernant la charge fruitière.

Après une grosse récolte dans la plupart des régions en 2013, il pourrait y avoir moins de boutons à fruits en 2014. Bien sûr, cela dépend de nombreux facteurs, dont le cultivar, l'âge et la santé de l'arbre, et les conditions climatiques de l'an dernier. L'élagage de précision peut encore être utile cette année; en fait, il pourrait être plus important de le faire plus tôt, avant toute forme d'élagage.

La première étape consiste à déterminer le nombre de boutons à fruits nécessaires pour obtenir le rendement souhaité. Voici un tableau qui compare trois systèmes couramment utilisés en Ontario. Dresser un tableau semblable pour chacun des blocs.

Système de verger Système de verger Système de verger Système de verger
Objectif de rendement
1 500 boiss. /acre
1 000 boiss. /acre
800 boiss. /acre
Densité de peuplement
1 000 arbres/acre
622 arbres/acre
145 arbres/acre
Espacement entre les arbres
335 cm x 121cm (11 x 4 pi)
426 cm x 152cm (14 x 5 pi)
609 cm x 457cm (20 x 15 pi)
Rendement par arbre
1,5 boiss./arbre
1,6 boiss./arbre
5,5 boiss./arbre
Fruits par arbre (compte de 100)
150 fruits/arbre
160 fruits/arbre
550 fruits/arbre
Branches par arbre
24
12
12
Fruits par branche
6-7
13-14
44-46
Boutons à fruits requis *
12-14
26-28
88-92

*Comprend un facteur d'assurance de 2 pour assurer que suffisamment de boutons se forment. Ce facteur varie selon le cultivar (ex. : 2,5 pour Honeycrisp, Jonagold; 2,0 pour Empire, McIntosh : 1,8 pour Gala).

L'étape suivante consiste à examiner attentivement les boutons à fruits dans chaque bloc. À la mi-hiver, il est plus difficile de distinguer les boutons à fruits des bourgeons à feuilles. Examiner plutôt la structure des dards, aux endroits où les pommes ont été cueillies l'année précédente. Apporter quelques bourgeons à l'intérieur et les trancher : avec une bonne loupe, on pourra distinguer les parties florales.

Si le potentiel de charge de récolte est peu élevé, élaguer un arbre témoin et compter le nombre de bourgeons après. Ajuster au besoin l'élagage pour laisser une plus grande zone fructifère.

Si le potentiel de charge de récolte est élevé, enlever davantage de grosses branches porteuses de bourgeons à fruits. C'est lorsqu'on la charge au stade de dormance qu'on obtient les plus gros fruits. L'énergie est alors dirigée vers le grossissement des fruits plutôt que sur leur quantité. Il est toujours gagnant de réduire la charge de récolte par l'élagage.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca