Pulvérisations de produits à base de cuivre en début de saison

L'efficacité des pulvérisateurs de produits à base de cuivre en cette période de l'année pour réduire la propagation de l'inoculum de la brûlure bactérienne en provenance des chancres qui ont passé l'hiver a souvent fait l'objet de débats. Tout compte fait, son efficacité dépend de la façon dont les traitements sont appliqués et de la température après l'application. Le cuivre crée un milieu hostile à la surface de l'écorce et des bourgeons de l'arbre qui empêche ces organismes de s'y établir, ou de se répandre dans les fleurs avec les éclaboussures de pluie ou les insectes. Ainsi, il doit être appliqué avec un pulvérisateur et de grands volumes d'eau pour assurer un recouvrement suffisant. Les bactéries qui provoquent la brûlure bactérienne sont dispersées dans l'ensemble du verger avant la floraison, au moment des premières infections. De façon générale, l'apport de bactéries vers la surface de l'écorce atteint un maximum aux stades du prébouton rose et du bouton rose du pommier qui peut se produire quelque temps après l'apparition des pointes vertes, une fois le cuivre appliqué. À cette étape, les résidus du cuivre seront réduits par les conditions météorologiques, notamment les fortes pluies. Par conséquent, il est important de noter que le cuivre n'élimine pas la nécessité du traitement à la streptomycine à la floraison, mais peut réduire les bactéries ayant passé l'hiver.

Dave Rosenberger de l'Université Cornell recommande que la pulvérisation de produits à base de cuivre soit effectuée à 0,63 cm ou 1,27cm (¼ à ½ po) de la pousse verte, car elle peut provoquer un fort roussissement du fruit. Pour cette raison, il faudra sans doute éviter les pulvérisations de produits à base de cuivre sur les cultivars de grande valeur, telle que la Honeycrisp. De plus, pour que les pulvérisations à base de cuivre soient efficaces, on recommande de traiter tous les arbres du bloc de verger. Les arbres non traités, et même les variétés non sensibles, constituent un refuge pour les bactéries qui peuvent facilement être transportées par les vecteurs que sont les insectes.

Les pulvérisations de produits à base de cuivre qui traitent les tissus verts peuvent aussi offrir une protection contre la tavelure du pommier, soit l'équivalence de celle fournie avec un taux réduit de (~3 kg/ha) de mancozèb, selon David Rosenberger. Certaines preuves suggèrent, selon la recherche entreprise par Kerik Cox de l'Université Cornell, que l'utilisation annuelle du cuivre sur les pointes vertes peut aider à supprimer la tavelure du pommier résistante aux IMD (c,-à-d. Nova, Nustar, Inspire), mais davantage de travail est nécessaire avant de le confirmer. De façon générale, les résidus de cuivre peuvent protéger les tissus verts contre l'infection par la tavelure, lorsqu'ils sont appliqués avant que les spores soient libérées. Ceci ne devrait pas, cependant, être employé comme pulvérisateur de rechange pour le premier recouvrement de fongicides à action protectrice contre la tavelure.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca