La lutte contre les maladies fongiques de la vigne pendant le reste de la raison 2017

Les pluies fréquentes, les fortes rosées, le brouillard, le ciel couvert et les températures modérées, autant de facteurs qui ont favorisé les infections par le mildiou et l'oïdium de la vigne. Les fongicides à effet strictement protecteur ne peuvent résister aux fortes pluies que nous avons connues cette année. La densité du couvert empêche le déplacement de l'air qui permettrait d'assécher le feuillage et le fruit et nuit également à une bonne répartition des produits de pulvérisés.

Il est important de s'assurer de faire la distinction entre le mildiou et l'oïdium de la vigne. Les spores du mildiou ont une texture très floconneuse, tandis que l'oïdium de la vigne a l'apparence d'une couche de farine ou de poudre de talc. La plupart du temps, le mildiou se trouve sur le revers des feuilles, tandis que l'oïdium peut se trouver autant sur l'avers que sur le revers des feuilles.

Figure 1 : Sporulation blanche cotonneuse de mildiou sur les feuilles.

Figure 1 : Sporulation blanche cotonneuse de mildiou sur les feuilles.

Figure 2 : Sporulation blanche cotonneuse de mildiou sur les fruits.

Figure 2 : Sporulation blanche cotonneuse de mildiou sur les fruits.

Figure 3 : Sporulation d'oïdium de la vigne en couches de blanches à grises sur les feuilles.

Figure 3 : Sporulation d'oïdium de la vigne en couches de blanches à grises sur les feuilles.

Figure 4 : Sporulation d'oïdium de la vigne en couches de blanches à grises sur les fruits.

Figure 4 : Sporulation d'oïdium de la vigne en couches de blanches à grises sur les fruits.

Pour la majorité, les fongicides systémiques ont tendance à susciter une résistance. Pour réduire ce risque, la meilleure stratégie est d'éliminer le plus possible les spores avant de procéder à la pulvérisation d'un produit susceptible de provoquer une résistance. Ces traitements ne peuvent inverser l'infection qui s'est produite, mais réduiront au moins le nombre de nouvelles infections.

Si le mildiou pose un grave problème, procédez à un épandage de produits contenant de l'acide phosphoreux (Aliette, Confine, Phostrol ou Rampart) (il s'agit de l'ordre alphabétique, et non d'un ordre d'efficacité - ils offrent tous la même mesure d'éradication, mais peu de protection), mélangés, dans le réservoir, à un produit systémique ou systémique local pour prolonger la protection.

Si c'est l'oïdium de la vigne qui pose un grave problème, procédez à l'épandage de MilStop/Sirocco, d'huile Pure Spray Green Spray, de Vegol ou Cueva pour éradiquer la croissance superficielle. Après cet épandage, procédez à la pulvérisation d'un produit systémique ou systémique local pour assurer la protection. Ne mélangez pas dans le réservoir MilStop/Sirocco avec des correcteurs de pH, de l'huile ou des produits non compatibles avec des solutions légèrement alcalines. Ne procédez pas à l'épandage de l'huile Pure Spray Green Spray dans les 14 jours suivant l'utilisation de Captan, Maestro, Folpan, Ambush, Perm-Up, Pounce ou de produits sulfurés ou si les températures dépassent 25° C.

Dans les essais effectués sur plusieurs années, la résistance des bourgeons au froid était davantage liée à la gravité de la maladie foliaire (mildiou ou oïdium de la vigne) qu'à la quantité de lésions sur les tiges.

Un fait encourageant est que le fruit n'est plus vulnérable, six semaines après la chute de la coiffe. Toute nouvelle sporulation que vous observez sur le fruit est le résultat d'infections qui se sont produites antérieurement. Il demeure très important de continuer à protéger le feuillage. Il faut des feuilles saines pour que le fruit puisse mûrir et elles contribuent à aider la vigne à s'acclimater à l'hiver. La règle d'or est qu'il faut environ un mètre carré de surface foliaire pour faire mûrir un kilo de fruits. Cela veut dire de 10 à 15 feuilles faisant la photosynthèse (ce qui exclut, par grappe, les quatre à cinq feuilles de base qui ne sont pas exportatrices nettes de sucre à la véraison). L'autre point à considérer est que les infections sévères de cette année signifient qu'il y aura davantage de spores hivernant et une forte pression de la maladie l'an prochain.

Même si le fruit n'est plus vulnérable aux infections par le mildiou ou l'oïdium de la vigne, il est essentiel de protéger les feuilles, particulièrement compte tenu de toutes les infections aux environs.

Il y a à l'occasion dans certains vignobles des infections par des spores de Botrytis. Elles sont probablement le résultat de l'activation d'infections qui se sont produites au cours de la floraison (période où le temps était extrêmement humide), par des blessures, par exemple la grêle ou les meurtrissures aux fruits. En règle générale, les fruits meurtris lors de l'enlèvement des feuilles ne présentent pas de signe d'infection, mais plutôt sèchent et tombent. Le fait d'avoir des fruits sporulés dans le vignoble augmentera la pression de la maladie. Sur les nombreuses années de recherche concernant la pourriture aigre, j'ai constaté que les bicarbonates (MilStop/Sirocco) semblent provoquer l'assèchement des fruits infectés par Botrytis, de sorte que cela pourrait être une solution si vous choisissez un produit pour lutter contre l'oïdium de la vigne en plus de vos pulvérisations habituelles contre Botrytis.

Les fruits meurtris par l'enlèvement des feuilles commenceront à brunir et à se ratatiner en l'espace d'une journée. Finalement, ils se dessècheront.

Il est également important d'exposer les grappes par l'élimination des feuilles, particulièrement les années ou la pression de la maladie est forte, même si un dénudage complet de la zone de fructification n'offre aucun avantage du point de vue de la lutte contre la maladie. Si les grappes sont tassées les unes sur les autres, il est avantageux de les éclaircir pour en favoriser le séchage et une meilleure pénétration des pulvérisations. Souvent, l'infection à Botrytis commence au milieu de la grappe ou dans des grappes très rapprochées.

Le fruit devient vulnérable à une pénétration directe par les spores de Botrytis lorsqu'il atteint 8° Brix; il est donc important de procéder à l'épandage d'un produit contre le Botrytis à la véraison pour garantir une excellente couverture de toutes les faces de la grappe. Si le temps humide perdure, il faudra peut-être un autre épandage de fongicide deux semaines plus tard, si l'infection demeure. Il faut s'assurer de procéder à une rotation entre familles de produits chimiques, car les utiliser sur les infections sporulées augmente le risque de résistance. Nous ne disposons pas d'un vaste arsenal contre le Botrytis et n'avons pas les moyens de perdre l'un ou l'autre de ces produits!

Figure 5 : Infection à Botrytis sporulée.

Figure 5 : Infection à Botrytis sporulée.

Figure 6 : Blessure due à l'enlèvement des feuilles.

Figure 6 : Blessure due à l'enlèvement des feuilles.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca