Lutte contre la drosophile à ailes tachetées en 2017

Encore en 2017, la drosophile à ailes tachetées (DAT) demeure un problème pour les producteurs de petits fruits Nous avons trouvé des DAT plus tôt et à des pressions plus élevées que dans les années précédentes, de sorte que les producteurs de petits fruits ont eu la mauvaise surprise de récolter des fruits non commercialisables. Au Michigan, l'activité du ravageur a été inhabituellement précoce, car les prises dans les pièges augmentent environ deux à trois semaines plus tôt que par les années précédentes. La semaine se terminant le 14 juillet, le Michigan a connu une forte hausse des prises de DAT, soit trois fois plus que les années précédentes. Les augmentations de population prévues à la fin de juillet et au début d'août sont maintenant réalité. En Ontario, nous observons les mêmes tendances. Cette semaine, les effectifs continuent d'augmenter et dans de nombreux endroits, il y a plus de 10 mouches par piège. Qu'est-ce que cela signifie pour les producteurs de petits fruits de l'Ontario?

Les producteurs commerciaux de petits fruits devront agir plus tôt, et de façon soutenue, pour protéger leurs récoltes. Les producteurs de fraises qui sont encore à récolter des variétés tardives comme la Malwina peuvent trouver des DAT dans leurs fruits et devront prendre des mesures de lutte contre la DAT (figure 1). La lutte sera difficile, en raison du couvert épais. Les framboises d'été où, habituellement, on évite une infestation grave de la DAT chez les fruits précoces, courent également un risque. Maintenez la lutte contre la DAT dans ces cultures afin de protéger les fruits voisins.

Figure 1. Dommage de la DAT dans les fraisières

Figure 1. Dommage de la DAT dans les fraisières

Compte tenu du temps humide que nous avons connu, il pourrait être difficile de procéder à des épandages périodiques; il est donc important de garder les champs aussi propres que faire se peut. Ramassez les fruits propres aux deux jours si possible et éliminez du champ les fruits non commercialisables. Enfouissez chaque jour à une profondeur d'au moins 30 cm les fruits non commercialisables ou solarisez-les en les couvrant avec un sac de plastique et en refermant les bords hermétiquement. Occupez-vous rapidement des rebuts, ne les laissez pas exposés plus d'une journée. Envisagez de rénover les fraisières tôt afin de protéger vos cultures précoces. Planifiez dès maintenant votre programme de pulvérisation; vérifiez les homologations de produits pour 2017 sur notre site Web. Planifiez dès maintenant pour préparer une bonne rotation avec des classes multiples. Utilisez assez d'eau, et à une pression suffisante, pour garantir une couverture adéquate et ayez recours à du matériel de pulvérisation qui permet une couverture efficace.

Surveillance de la DAT

Nous menons cette année de petits programmes de surveillance à 10 emplacements dans l'ensemble de la province. Pour confirmer la présence de DAT dans vos propres cultures, et déterminer l'efficacité de votre programme de pulvérisation, vous pouvez procéder par vous-mêmes à une surveillance de la DAT en effectuant le test à l'eau salée ou le test du sac de plastique.
Pour le test à l'eau salée, vous devrez dissoudre une partie de sel dans 16 parties d'eau (1/4 de tasse de sel dans 4 tasses d'eau). Placez environ une centaine de fruits d'apparence saine dans une assiette peu profonde et versez l'eau saline sur les fruits jusqu'à les couvrir complètement. Écrasez légèrement les fruits avec un pilon à pommes de terre. Attendez de 10 à 15 minutes et ensuite, vérifiez si vous voyez des larves flotter à la surface. Les larves de DAT sont petites, blanches, se terminent en pointe aux deux extrémités et peuvent mesurer de 1 à 4 mm de longueur. Vous aurez peut-être besoin d'une loupe pour déceler les très petites larves. Il est impossible de distinguer les larves de DAT de celles d'autres drosophiles, mais si vous utilisez des fruits mûrs sains et fermes dans les essais, et non des fruits trop mûrs, il surgira probablement de larves de la DAT. Parfois, d'autres ravageurs, par exemple la trypète des cerises ou la mouche du bleuet, peuvent se retrouver dans les fruits. Ces larves sont plus grosses que celles de la DAT et une de leurs extrémités n'est pas en pointe.

Comme solution de rechange au test de l'eau salée pour repérer les larves, vous pouvez utiliser le test du sac de plastique, idéal pour les producteurs très occupés. Il suffit de placer des fruits sains dans un sac de plastique, de le sceller et de le mettre dans un endroit chaud, par exemple un appui de fenêtre, pendant quelques heures. La chaleur fera sortir du fruit les larves. Les larves auront l'apparence de petits fils blancs sur la surface du fruit ou à l'intérieur du sac. Utilisez ces deux méthodes pour votre propre programme de surveillance et gagnez le ravageur de vitesse!


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca