Faire une citronnade - Conseils de gérance des fongicides chez la tomate dans le cadre d'une réglementation en évolution

Il semble qu'il y ait eu récemment une résurgence de projets ou d'instances de modification de la réglementation antiparasitaire touchant les producteurs en grande culture, et les producteurs de tomate ne font pas exception. Actuellement, on réévalue un certain nombre de produits utilisés dans la culture de la tomate, notamment mancozèbe, les néonicotinoïdes et le Lannate, ainsi que l'Ethrel, mais le principal projet auquel pensent les producteurs de tomate de champ est le projet de modification concernant l'utilisation du chlorthalonil (Bravo, Echo). Le résultat final de cet examen n'est pas encore connu, mais il est probable que des changements importants seront apportés aux étiquettes du chlorthalonil.

Le chlorthalonil est le fongicide de choix pour les producteurs de tomate. Les données provenant d'essais au campus de Ridgetown établissent sa valeur. Le chlorthalonil, souvent, fait tout aussi bien pour lutter contre l'alternariose, la tache septorienne et à la pourriture des fruits due à l'anthractnose que les fongicides de substitution, tout en offrant une protection contre le mildiou, ce que n'offrent pas nombre de fongicides ciblés ou spécifiques. C'est un ingrédient actif de bonne valeur pour la lutte contre les maladies de la tomate et le risque de développement d'une résistance est faible. Par contre, si les changements envisagés sont adoptés, le nombre d'applications du chlorthalonil autorisé sera considérablement réduit.

Ainsi, avez-vous songé à la façon dont vous allez vous adapter? Être obligé de modifier vos pratiques en raison de la réglementation et des mesures d'exécution peut susciter toute une gamme de réactions, de la contrariété et à la frustration et même à la colère. Par contre, après le choc initial, peut-être voudrez-vous prendre quelques citrons, vous faire une citronnade et consacrer votre énergie à réévaluer votre programme de fongicides.

Il existe un changement simple dont tenir compte pour la présente saison de croissance, soit recourir à l'épandage de fongicides de début de saison. Compte tenu que les tomates de champ ont une grande valeur, il est tentant de protéger à n'importe quel prix votre investissement et de pulvériser des fongicides préventifs bien avant la fermeture du couvert et la nouaison. Par contre, en revenant à ce qui est fondamental et en considérant le triangle des maladies (figure 1) et les conditions environnementales requises pour que les pathogènes d'une malade fongique réussissent à infecter la récolte (tableau 1), il est apparent que le risque de maladies fongiques et de mildiou dans les premières semaines de la saison de croissance est assez faible. En juin, les périodes de rosée sont relativement brèves et ce n'est pas très mouillé ou humide dans le couvert des tomates en développement.

Si vous avez procédé à l'épandage de chlorthalonil en début de saison (c.-à-d. avant le début de la nouaison), il pourrait être temps de reconsidérer cette pratique. Au campus de Ridgetown, nous sommes parvenus à une très bonne répression de l'anthracnose si les épandages de fongicides commencent au début de la nouaison et nous n'avons observé aucun cas d'alternariose, de tache septorienne ou de mildiou tant qu'il n'y a pas eu fermeture du couvert. Nos observations concordent avec la science concernant les conditions environnementales requises pour le développement des pathogènes.

Cesser les épandages très hâtifs de fongicides préventifs pourrait vous aider à gagner du temps et à économiser et vous seriez plus à même de vous adapter à la nouvelle réglementation prévue, qui limite le nombre d'épandages de chlorthalonil dans les cultures de tomate de champ.

Tableau 1. Maladies communes des feuilles et du fruit de la tomate de champ en Ontario et conditions environnementales qui favorisent leur développement (adapt�es de Compendium of Tomato Diseases & Pests, 2e �dition, APS Press)
Maladie Agent causal Conditions environnementales favorisant le développement
Alternariose Alternaria solani
Alternaria tomatophila
Température optimale 24 à 29° C + temps pluvieux ou longues périodes de forte rosée
Tache septorienne Septoria lycopersici Température optimale 20 à 25° C + humidité relative élevée et longues périodes de rosée
Anthracnose du fruit

Colletotrichum coccodes

Other Colletotrichum species

Température optimale 20 à 24° C + humidité libre
Mildiou Phytophthora infestans Température optimale 18 à 24° C + humidité relative élevée, temps pluvieux, brouillard ou longues périodes de rosée

Figure 1. Le triangle des maladies - les maladies des plantes résultent de l'interaction entre un hôte vulnérable, un pathogène virulent et un environnement favorable.

Figure 1. Le triangle des maladies - les maladies des plantes résultent de l'interaction entre un hôte vulnérable, un pathogène virulent et un environnement favorable.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca