Prédire l'apparition des larves de cochenilles de San José dans les pommeraies

De nombreux pomiculteurs l'ont constaté ces dernières années, la cochenille de San José (CSJ) peut influer de diverses façons sur la qualité des fruits (figure 1) et le rendement et, à défaut de mesures de lutte, elle peut affecter la vigueur de l'arbre ou même causer sa mort. La biologie de ce ravageur pose des difficultés en matière de répression, mais en plus, la surveillance d'un insecte si petit peut sembler une tâche impossible dans les vergers d'envergure commerciale.

Figure 1. Les dommages provoqués par la cochenille de San José se traduisent souvent par de petites plaques grises sur les pommes, entourées par une décoloration rougeâtre autour de la zone.

Figure 1. Les dommages provoqués par la cochenille de San José se traduisent souvent par de petites plaques grises sur les pommes, entourées par une décoloration rougeâtre autour de la zone.

Le choix du moment de pulvérisation des insecticides contre la CSJ exige une connaissance du moment d'apparition des larves ou du moment où la cochenille est la plus vulnérable. Ces dernières années, le MAAARO a effectué une surveillance de la CSJ à l'aide de pièges à phéromones et des modèles degrés-jour pour optimiser l'épandage d'insecticides estivaux de lutte contre la CSJ.

Cette saison, le premier mâle adulte de CSJ (figure 2) a été pris à la toute fin de la floraison ou au début de la chute des pétales. D'après le cycle biologique de ce ravageur, les larves (figure 3) commenceront à apparaître quelques semaines après la chute des pétales et pendant quatre à six semaines. Un peu comme l'an dernier, le modèle des degrés-jour coïncide avec cela, ce qui place le moment prévu pour la première génération de larves de la CSJ entre les 14 et 16 juin dans les régions les plus précoces et du 20 au 25 juin dans les régions les plus tardives. Selon les prévisions pour l'État de New York et le Michigan, l'apparition de la CSJ dans ces régions est prévue à partir des 12 et 13 juin. Il est important, par contre, de signaler que les modèles de degrés-jour doivent être utilisés en plus de la surveillance visuelle des arbres infestés, de façon à prévoir précisément le moment de l'épandage d'insecticide contre la CSJ.

Figure 2. Mâle adulte de cochenille de San José pris dans un piège à phéromone.

Figure 2. Mâle adulte de cochenille de San José pris dans un piège à phéromone. À remarquer la bande distincte traversant l'abdomen.

Figure 3. Branche de pommier constellée d'une multitude de petites larves mobiles jaunes de cochenille de San José.
Figure 3. Branche de pommier constellée d'une multitude de petites larves mobiles jaunes de cochenille de San José.

Actuellement, le Movento 240 SC (spirotétramate), le Closer SC (sulfoxaflor), le TwinGuard (sulfoxaflor + spinétorame) et le Sivanto Prime (flupyradifurone) sont homologués pour la répression estivale de la CSJ. Même si Closer, TwinGuard et Sivanto ont une action rapide et doivent être pulvérisés lorsque les larves sont actives, Movento agit comme toxique alimentaire systémique et nécessite un certain temps avant de passer dans les tissus de la plante. Par conséquent, l'épandage doit être fait une à deux semaines avant l'apparition des larves, habituellement entre la chute des pétales et la première pulvérisation de couverture, avec un surfactant non ionique de pénétration. Quel que soit le produit utilisé, puisque l'apparition des larves peut s'étendre sur des semaines à la fois, procéder à un suivi par un deuxième épandage14 jours plus tard.

Le succès, en matière de répression de la CSJ, commence par la prévention. Voici quelques points clés dont tenir compte dans un programme de lutte efficace :

  • Dresser une carte locale de la pression exercée par la CSJ et la comparer avec les évaluations de rendement. Cibler les traitements sur les zones à risque dans le verger.
  • Une fois établie, la CSJ peut être très difficile à éradiquer. Recourir à un programme de lutte ciblé étalé sur toute la saison pendant plusieurs années pour garantir l'efficacité des mesures de lutte.
  • Élaguer les pommiers afin de supprimer les branches infectées, d'éclaircir le couvert végétal et faciliter la pénétration des insecticides.
  • L'huile de dormance peut être très efficace en ciblant les cochenilles immatures avant qu'elles ne se forment une couche cireuse protectrice. Toutefois, dans ce cas, le choix du moment opportun et un recouvrement intégral sont indispensables.
  • Utiliser un modèle de DJ avec le repère biologique du 1er mars ou la première capture d'adultes (température de base 10° C) et effectuer le dépistage visuel des arbres infestés afin d'appliquer les produits de lutte au moment optimal pour cibler l'apparition des larves mobiles.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca