Pourritures du fruit dans les poivrons et piments

Les piments et poivrons cultivés en plein champ sont vulnérables à un certain nombre de ravageurs et de désordres susceptibles de provoquer des pourritures du fruit, ce qui peut compliquer la lutte contre les diverses pourritures. Le présent article décrit les principaux éléments à connaître pour mieux comprendre les différents ravageurs et les désordres physiologiques des poivrons et piments ainsi que les facteurs qui contribuent à l'apparition des pourritures du fruit.

Pourriture molle bactérienne

  • Causée par Pectobacterium (auparavant appelé Erwinia) et d'autres bactéries.
  • Peut causer des pourritures avant et après la récolte.
  • L'agent pathogène ne peut pas pénétrer les surfaces extérieures intactes des fruits, mais il peut s'attaquer au pétiole du fruit, au calice ainsi qu'aux tissus endommagés ou internes du fruit.
  • Des températures tièdes et humides favorisent les infections.
  • Une fertilisation riche en azote peut accroître la sensibilité des fruits à la pourriture molle bactérienne.
  • Ces agents pathogènes sont très répandus dans le champ, et peuvent se propager rapidement sur les mains des travailleurs, les outils, les contenants servant à la récolte, le matériel de la chaîne d'emballage, les réservoirs ainsi que par les déplacements des insectes et leur alimentation.
  • Essayer de réduire au minimum les blessures aux tissus qui peuvent faciliter l'introduction des bactéries responsables de la pourriture molle; il s'agit entre autres des blessures causées par les insectes, les échaudures, la pourriture apicale, les fissures de croissance, d'autres maladies, la grêle, l'abrasion causée par les particules de sol, les travaux dans les champs, etc.
  • Le pourrissement après la récolte est davantage probable si le fruit est humide au moment de la récolte.
  • Assécher le fruit récolté par une combinaison de procédés de séchage et de rafraichissement à l'air.
  • Refroidir les poivrons et piments avant l'expédition et l'entreposage; maintenir une chaîne de froid afin d'éviter la condensation.

Pourriture molle bactérienne

Pourriture molle bactérienne

Anthracnose

  • Causée par plusieurs espèces de champignon du genre Colletotrichum.
  • Se manifeste sous une vaste plage de températures.
  • Le fruit devient plus vulnérable en mûrissant.
  • Produit des microsclérotes; la rotation avec des cultures autres que les solanacées pendant au moins trois ans réduit les risques.
  • Des fongicides sont offerts contre cette maladie (tableau 1); ils doivent être utilisés de manière préventive (les fruits de toute taille peuvent être infectés).

Anthracnose

Anthracnose

Tableau 1: Fongicides utilisés contre l'anthracnose dans les poivrons et piments de plein champ
Nom du groupe
(no du groupe)

Nom commercial
(nom courant)
Dose Remarques
DMI
(groupe 3)
Inspire
(difénoconazole)
512 mL/ha
(207 mL/ac)
DAAR : 0 jour. Ne pas faire plus de 2 applications consécutives de fongicides du groupe 3. DSAT : 12 h. a,b
SDHI
(groupe 7)
Aprovia
(benzovindiflupyr)
500-750 mL/ha
(202-304 mL/ac)
DAAR : 1 jour. Ne pas faire d'applications consécutives de fongicides du groupe 7. DSAT : 12 h. a,b
AP/PP
(groupe 9/12)
Switch 62.5 WG
(cyprodinil/ fludioxonil)
775-975 g/ha
(314-395 g/ac)
DAAR : 0 jour. Ne pas faire plus de 2 applications consécutives de fongicides du groupe 9 ou du groupe 12. DSAT : 12 h. a,b
QoI
(groupe 11)
Cabrio EG
(pyraclostrobine)
560-840 g/ha
(227-340 g/ac)
DAAR : 0 jour. Ne pas faire d'applications consécutives de fongicides du groupe 11. DSAT : 12 h. b
QoI/DMI
(groupe 11/3)
Quadris Top
(azoxystrobine/ difénoconazole)
625 mL/ha
(253 mL/ac)
DAAR : 1 jour. Ne pas appliquer au cours des 21 jours qui suivent le repiquage. Ne pas faire d'applications consécutives de fongicides du groupe 11 ou du groupe 3. DSAT : 12 h. a,b
pesticides inorganiques
(groupe M1)
Copper 53W
(sulfate de cuivre)
4 kg/ha
(1.6 kg/ac)
(1,6 kg/ac) DAAR : 2 jours. DSAT : 48 h.

a = Ne pas utiliser sur des superficies traitées avec ce produit la saison précédente.
b = Voir l'étiquette concernant les restrictions sur la remise en culture et les rotations.
DAAR = délai d'attente avant récolte; DSAT : délai de sécurité après traitement

Brûlure phytophthoréenne

  • Causée par Phytophthora capsici (oomycète)
  • Cause la pourriture des racines et du collet et la pourriture des fruits.
  • L'inoculum survit dans le sol pendant de nombreuses années.
  • Les fortes pluies et l'irrigation intensive, de même que l'humidité élevée favorise l'apparition de la maladie; se manifeste souvent d'abord dans les zones affaissées ou plus humides du champ et se propage à partir de là.
  • Le fruit peut être infecté par la tige ou par la peau (souvent à l'extrémité du fruit où l'eau et les spores peuvent s'accumuler ou à l'endroit où le fruit touche le sol).
  • Persiste dans le sol; une rotation excluant les cultures-hôtes pendant au moins trois ans peut réduire les risques (une rotation plus longue est même préférable).
  • Les fongicides sont plus ou moins efficaces (voir tableaux 2a et 2b); certains produits exercent seulement un effet sur les infections foliaires et non sur les infections qui affectent les racines ou le collet.
  • Certains cultivars présentent une tolérance limitée.
  • Peut se propager dans l'eau et par les déplacements de sol (ex. : circulation dans les champs); peut contaminer les sources d'eaux de surface servant à l'irrigation.

Brûlure phytophthoréenne

Brûlure phytophthoréenne

Tableau 2a : Fongicides utilisés pour lutter contre Phytophthora sur les poivrons et piments cultivés en plein champ
Group Name
Nom du groupe
(no du groupe)
Nom commercial
(nom courant)
Dose Remarques
phosphonates
(groupe 33)
Confine Extra
(sels monopotassiques et dipotassiques de l'acide phosphoreux)
5-10 L/ha
(2-4 L/ac)
Contre la brûlure foliaire phytophthoréenne. Ne procure qu'une maîtrise partielle. DAAR : 1 jour.
Peut être appliqué par pulvérisation foliaire ou chimigation par rampe d'aspersion. Voir les directives de l'étiquette concernant les mélanges en cuve et la tolérance des cultures.
amides de l'acide carboxylique
(groupe 40)
Forum
(diméthomorphe)
450 g/ha
(182 g/ac)
Ne procure qu'une maîtrise partielle. DAAR : 0 jour. Ne pas faire d'applications consécutives de fongicides du groupe 40. DSAT : 12 h. b
amides de l'acide carboxylique + pipéridyle-thiazole-isoxazolines (groupe 40 + U15) Orondis Ultra A +
Orondis Ultra B
(mandipropamide + oxathiapiproline)
600 mL/ha (243 mL/ha) + 175-350 mL/ha
(71-142 mL/ac)
Contre la brûlure foliaire phytophthoréenne. Ne procure qu'une maîtrise partielle. DAAR : 1 jour. Ne pas faire d'applications consécutives de fongicides du groupe 40 ou du groupe U15. Ne pas faire d'applications foliaires s'il y a eu application au sol la même saison. DSAT : 12 h. a,b
benzamides
(groupe 43)
Presidio
(fluopicolide)
220-292 mL/ha
(89-118 mL/ac)
Ne procure qu'une maîtrise partielle. DAAR : 2 jours. Mélanger en cuve avec Revus pour cibler la brûlure phytophothoréenne. Ne pas faire plus de 2 applications consécutives de fongicides du groupe 43. DSAT : 12 h. a,b
agents microbiens
(groupe 44)
Serenade SOIL
(Bacillus subtilis)
2,7-14 L/ha
(1,1-5,7 L/ac)
Ne procure qu'une maîtrise partielle. DAAR : 0 jour. Application au sol. Voir les directives concernant l'application sur l'étiquette.
QxI et amides de l'acide carboxylique
(groupes 45/40)
Zampro
(amétoctradine/
diméthomorphe)
1 L/ha
(0,4 L/ac)
Ne procure qu'une maîtrise partielle. DAAR : 4 jours. Pour une efficacité accrue, il est recommandé d'ajouter un adjuvant ayant des propriétés d'étalement et de pénétration. Ne pas faire d'applications consécutives de fongicides du groupe 40 ni du groupe 45. DSAT : 12 h. b

a = Ne pas utiliser sur des superficies traitées avec ce produit la saison précédente.
b = Voir l'étiquette concernant les restrictions sur la remise en culture et les rotations.
DAAR = délai d'attente avant récolte; DSAT : délai de sécurité après traitement

Plantules de poivrons et de piments en serre

Plusieurs traitements préventifs sont également homologués pour la production de plantules de poivrons et de piments en serre.

Tableau 2b : Fongicides utilisés contre Phytophthora pour les plantules de poivrons et de piments (en serre)
Nom du groupe
(no du groupe)
Nom commercial
(nom courant)
Dose Remarques
amides de l'acide carboxylique (groupe 40) Revus
(mandi-propamid)
600 mL/ha
(243 mL/ac)
Ne procure qu'une maîtrise partielle. Faire une application par bassinage immédiatement avant le repiquage. Ne pas faire d'applications consécutives de fongicides du groupe 40. DSAT : 12 h.
agents microbiens
(groupe 44)
Double Nickel 55
(Bacillus amylolique-faciens)
25-250 g dans 100 L d'eau. Voir l'étiquette pour des précisions sur l'application. Contre Phytopthora (dans le sol). Ne procure qu'une maîtrise partielle. Faire des traitements préventifs aux plantules dans la serre avant le repiquage. Des traitements subséquents peuvent être faits à raison de 100-500 g/ha (40-202 g/acre) par irrigation goutte-à-goutte ou pulvérisation directe à intervalles de 2 à 4 semaines, après le repiquage. Retour dans le champ permis une fois que les résidus de pulvérisation sont secs.
non classé
(groupe NC)
Mycostop
(Streptomyces)
Refer to label for rates and application details. Voir l'étiquette pour des précisions sur le dosage et l'application. Ne procure qu'une maîtrise partielle. Application au sol ou par bassinage. Utiliser la dose inférieure pour le premier traitement après la levée.
DSAT = délai de sécurité après traitement

Gale bactérienne

  • Causée par un certain nombre d'espèces du genre Xanthomonas.
  • Transmise par la semence; survie limitée sur les résidus végétaux dans le sol.
  • Peut produire des lésions sur le feuillage et le fruit.
  • Les lésions sur le fruit peuvent être envahies par des agents pathogènes secondaires responsables de pourritures.
  • Les lésions foliaires peuvent entraîner une défoliation du plant; les fruits exposés sont plus vulnérables aux échaudures et aux pourritures secondaires.
  • Risque de transmission durant le repiquage; nettoyer et désinfecter régulièrement les chariots contenant les alvéoles de plants de repiquage ainsi que le matériel utilisé pour le repiquage; les travailleurs devraient se désinfecter souvent les mains ou changer de gants.
  • L'humidité élevée et les températures tièdes sont propices à l'apparition de l'infection; les précipitations avec vent peuvent causer des blessures aux plants et provoquer le déplacement des bactéries, aggravant ainsi l'éclosion.
  • Faire des rotations en évitant les cultures vulnérables (tomate, poivron, piment); éliminer les mauvaises herbes de la famille des solanacées.
  • Quelques cultivars sont tolérants à certaines lignées de l'agent pathogène.
  • Des bactéricides sont offerts sur le marché (tableau 3), mais il se peut qu'ils ne soient pas économiquement rentables.

Gale bactérienne

Gale bactérienne

Tableau 3 : Bactéricides contre la gale bactérienne pour les poivrons et piments cultivés en plein champ
Nom du groupe
(no du groupe)
Nom commercial
(nom courant)
Dose Remarques
antibiotiques hexopyranosyl
(groupe 24)
Kasumin 2L
(kasugamycine)
0,5 L dans 100 L d'eau avec un volume suffisant pour assurer un recouvrement complet. Voir l'étiquette pour connaître les doses maximales. Ne procure qu'une maîtrise partielle. DAAR : 1 jour. Peut être mélangé en cuve avec Kocide 2000. Ne pas faire plus de 2 applications consécutives. DSAT : 12 h.
agents microbiens
(groupe 44)
Serenade Opti
(Bacillus subtilis)
0,6-1,7 kg/ha
(0,24-0,69 kg/ac)
Ne procure qu'une maîtrise partielle. DAAR : 0 jour. Appliquer à intervalles de 7 à 10 jours. Utiliser en alternance avec des bactéricides ayant un mode d'action différent.
pesticides inorganiques
(groupe M1)
Coppercide WP
(hydroxyde de cuivre)
2,25-3,25 kg/ha
(0,91-1,32 kg/ac)
DAAR : 1 jour. Appliquer à intervalles de 7 à 14 jours.
pesticides inorganiques
(groupe M1)
Kocide 2000
(hydroxyde de cuivre)
2,52-3,2 kg/ha
(1-1,3 kg/ac)

DAAR : 2 jours. Appliquer à intervalles de 7 à 10 jours. DSAT : 48 h.
pesticides inorganiques
(groupe M1)
Parasol WG
(hydroxyde de cuivre)
2.25-3.25 kg/ha
(0.91-1.32 kg/ac)

DAAR : 2 jours. Appliquer à intervalles de 7 à 10 jours. DSAT : 48 h.
pesticides inorganiques
(groupe M1)
Cueva
(octanoate de cuivre)
solution à 0,5 %-2 % (v/v), appliquée à raison de 470-940 L de solution/ha (190-380 L de solution/acre) DAAR : 1 jour. Appliquer à intervalles de 5 à 10 jours. DSAT : 4 h.

DAAR = délai d'attente avant récolte; DSAT : délai de sécurité après traitement

Nécrose apicale

  • Trouble très courant chez les poivrons et piments qui se manifeste à l'extrémité apicale du fruit.
  • On croit que la nécrose apicale apparaît lorsque des conditions stressantes (comme la sécheresse ou la chaleur) surviennent après une période de croissance rapide.
  • Les variations dans l'apport d'eau ou des problèmes qui perturbent l'absorption d'eau et des éléments nutritifs durant les périodes de demande élevée pourraient être des déclencheurs de la nécrose (sectionnement des racines par les instruments aratoires, autres dommages aux racines, sol compacté).
  • L'application excessive d'azote a été associée à la nécrose apicale.
  • Les tissus endommagés par la nécrose apicale sont vulnérables aux invasions par des organismes causant les pourritures secondaires.
  • L'épandage de calcium n'est habituellement pas efficace; il faut plutôt remédier aux problèmes associés à l'absorption de l'eau et des éléments nutritifs.
  • Bien planifier l'irrigation, le cas échéant.
  • Certains cultivars sont plus vulnérables à ce trouble; se renseigner auprès d'autres producteurs ou du représentant en semences.

Nécrose apicale

Nécrose apicale

Échaudure

  • Se produit lorsque le poivron ou piment est exposé à un ensoleillement intense, surtout si le fruit avait été précédemment protégé du soleil par le feuillage.
  • Peut ressembler à la nécrose apicale, mais l'échaudure ne se retrouve que sur la face du fruit faisant directement face au soleil.
  • Les tissus meurtris peuvent être envahis par des organismes responsables de pourritures secondaires.
  • Certains cultivars ont plus de feuillage et offrent ainsi une meilleure protection aux fruits contre l'exposition directe au soleil.
  • Procurer aux plants de bonnes conditions de croissance (humidité adéquate, éléments nutritifs requis; atténuation du compactage du sol).
  • Prévenir les maladies susceptibles d'entraîner la défoliation, le flétrissement ou le rabougrissement des plants.

Échaudure

Échaudure

Et d'autres encore...

La liste de problèmes pouvant causer la pourriture du fruit chez les poivrons et les piments est longue. La pourriture blanche et la pourriture grise peuvent s'ajouter au lot au cours des saisons humides. Les insectes peuvent contribuer à former des blessures dans les fruits, permettant ainsi l'entrée des organismes responsables des pourritures, et ils peuvent aussi propager les champignons et bactéries causant des pourritures lorsqu'ils s'alimentent, qu'ils pondent leurs œufs et qu'ils se déplacent dans les fruits et d'un fruit à l'autre. Lorsqu'on visualise un fruit atteint de pourriture molle, on peut facilement s'imaginer que même les insectes qui ne se nourrissent pas de poivrons ou piments pourraient très facilement propager la bactérie responsable en se déplaçant dans le champ.

Pourritures du fruit

Pourritures du fruit

Les insectes nuisibles à cette culture seront abordés dans un prochain article, notamment :

  • la pyrale du maïs;
  • les pentatomes (indigènes et la punaise marbrée);
  • la punaise terne;
  • la mouche du piment;
  • le charançon du poivron;
  • et d'autres.

La sauterelle dans le fruit du poivron

La sauterelle dans le fruit du poivron

Autres causes de blessures sur le fruit du poivron et piment :

  • la grêle;
  • les fissures de croissance;
  • les ouvertures naturelles sous la partie supérieure du fruit;
  • les blessures mécaniques (au cours de la récolte, de la taille);
  • les particules du sol.

Le désherbage est également une mesure importante pour réduire les pourritures chez le piment et le poivron (ainsi que les autres ravageurs de ces cultures), car les mauvaises herbes peuvent être des hôtes secondaires des agents pathogènes et des insectes nuisibles.

Les pourritures qui affectent les poivrons et piments sont favorisées par la chaleur et l'humidité. On ne peut rien faire contre la pluie, mais on doit cultiver les poivrons et piments dans des sols bien drainés en évitant les zones affaissées qui retiennent trop longtemps l'humidité. Planifier attentivement l'irrigation, le cas échéant. Bien surveiller aussi l'humidité du sol, étant donné que le sol varie à l'intérieur d'une superficie irriguée. Vérifier attentivement les fuites. Une zone mouillée dans un champ peut déclencher divers troubles qui se répandront par la suite.

Il est évident qu'il n'existe pas de solutions faciles pour lutter contre les pourritures du fruit dans les poivrons et piments. Il faut tenter de maîtriser le plus d'éléments possible et puis se croiser les doigts...


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca