Nouvelles cartes de prévision de la brûlure bactérienne pour 2017

Le ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario dressera de nouveau des cartes de prévision de la brûlure bactérienne au cours de la période 2017 de floraison des pommiers et des poiriers d'après le modèle Cougarblight. Ces cartes ont pour but d'aider les producteurs de pommes et de poires à prendre des décisions éclairées en matière de lutte contre la brûlure bactérienne. Le risque est basé sur l'entrée dans le modèle Cougarblight de prévisions météorologiques sur sept jours pour 67 emplacements de diverses régions de la province. Les résultats de Cougarblight sont ensuite cartographiés et affichés sur le site Web du MAAARO.

Nouveau en 2017 : Cette année, il y aura une page Web distincte pour les pommes et les poires (en anglais et en français).

Les cartes sont animées et offriront un défilement des prévisions sur sept jours de la brûlure bactérienne d'après les prévisions météo de ces sept jours. Les cartes de prévision de la brûlure bactérienne seront mises à jour et affichées trois fois par semaine (lundi, mercredi et vendredi) jusqu'à la fin de la floraison. Une nouvelle fonctionnalité sur les cartes permettra aux utilisateurs de modifier le zoom des cartes, de les repositionner aux endroits de leur choix et d'interrompre et redémarrer le défilement.

Comme dans tout modèle, le niveau de risque est un guide général et les conditions environnementales pourraient, dans le cas de votre verger, être plus propices à l'infection par la brûlure bactérienne que ce qu'indiquent les cartes. Tous les producteurs sont invités à exécuter le modèle Cougarblight ou Maryblyte à l'aide des données générées dans leur verger, pour obtenir des prévisions plus précises.

Hypothèses. Pour évaluer le niveau de risque, on suppose que des fleurs sont ouvertes dans le verger et que la rosée ou la pluie humidifiera les fleurs, ce qui est nécessaire pour qu'il y ait infection par la brûlure bactérienne. S'il n'y a pas de fleurs ouvertes ou que les fleurs ouvertes ne sont pas humidifiées, il n'y aura probablement pas d'infection. Toutefois, il suffit qu'il y ait un peu de rosée pour entraîner la bactérie de la brûlure bactérienne dans la fleur ouverte et qu'il y ait infection.

Comment se servir des cartes. Deux cartes seulement seront produites cette année : une pour la « brûlure bactérienne constatée l'an dernier dans le voisinage » et l'autre pour la « brûlure bactérienne constatée l'an dernier dans le verger et maintenant active dans votre voisinage ». Pour utiliser les cartes, il faut que l'une des deux catégories soit attribuée au verger d'après l'état de la brûlure bactérienne dans le verger l'an dernier et cette année.

  1. La brûlure bactérienne a été constatée dans le verger l'an dernier et est maintenant active dans le voisinage (utiliser la 1re carte intitulée : Pommes - Brûlure bactérienne active dans les pommes en 2017).
  2. La brûlure bactérienne a été constatée dans voisinage l'année dernière (utiliser la 2e carte intitulée : Pommes - Brûlure bactérienne constatée l'an dernier dans le voisinage).

Si la situation de l'an dernier relative à la brûlure bactérienne n'est pas connue, il est préférable d'attribuer la catégorie « Brûlure bactérienne constatée l'an dernier dans le voisinage » et de suivre la 2e carte sur la page Web. Une fois qu'une catégorie a été attribuée au verger, localiser la région de celui-ci sur les cartes de prévision de la brûlure bactérienne et suivre les cartes animées pour connaître le risque associé aux dates sur la carte. Les cartes animées vont se modifier en fonction de l'évolution des risques durant la prévision étalée sur sept jours; il faut donc bien les examiner. Une brève interprétation des risques sera affichée au-dessus des cartes à chaque mise à jour.

Interprétation des risques. Les risques suivants (légende) ont un codage couleur dont voici la signification :

  • Faible (vert) : Indique qu'il y a peu de risque de brûlure bactérienne. L'humidification des fleurs au cours de ces conditions de température n'a pas entraîné de nouvelles infections dans les années antérieures.
  • Prudence (orange) : L'humidification des fleurs dans ces conditions de température n'entraînera probablement pas d'infection, sauf pour les fleurs situées à quelques mètres d'un chancre actif. La possibilité augmente si le temps se réchauffe et devient plus humide. Il faut suivre attentivement les prévisions météorologiques. Si vous n'utilisez pas de produits antibiotiques, il faut procéder à la protection des fleurs par d'autres moyens un à deux jours avant l'arrivée d'une période à risque élevé. Poursuivez les épandages de protection jusqu'à ce que le risque d'infection retombe sous le seuil « élevé ».
  • Élevé (violet) : Dans ces conditions de température, on a constaté de graves éclosions de brûlure bactérienne. Les vergers où l'on a observé récemment la brûlure bactérienne sont particulièrement vulnérables. Le risque de dommages graves dus à l'infection augmente au cours des derniers jours de la première période de floraison et à la chute des pétales, où la floraison bat son plein. L'infection est courante, mais plus dispersée, si les fleurs tardives sont humidifiées au cours des périodes où le risque est élevé. La gravité potentielle de l'infection augmente en cas de risque élevé pendant plusieurs jours de suite.
  • Extrême et exceptionnel (magenta) : Certaines des éclosions de brûlure bactérienne les plus destructrices se sont produites dans des conditions de température optimales, suivies par une humidification des fleurs. Les vergers où il n'y a jamais eu de brûlure bactérienne sont aussi à risque sous ces conditions. Ces infections sont souvent à l'origine de graves dommages dans les vergers, particulièrement pendant la floraison primaire ou lorsque sont présentes de nombreuses fleurs secondaires.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca