Scolyte du pêcher

Le scolyte du pêcher (Phloeotribus liminaris), un percetige qui s'attaque aux essences de l'espèce Prunus (pêcher, cerisier et prunier), semble poser problème dans certains vergers du Niagara en 2016 (Figure 1). Ce ravageur est présent dans la plupart des États et provinces fruiticoles de l'Est de l'Amérique du Nord.

Les perce-tige (plusieurs espèces) s'attaquent habituellement aux arbres stressés. Le scolyte adulte perce des trous dans l'écorce et le bois des tiges, des branches et des troncs des arbres infestés. Les femelles aménagent sous l'écorce de petits tunnels, habituellement parallèles au grain du bois. Au cours de leur développement, les larves quittent le tunnel principal et forment des galeries qui rayonnent à partir de ce tunnel. Certaines personnes décrivent ces galeries comme " ressemblant à des mille-pattes " et je crois que c'est une bonne description. En enlevant l'écorce des arbres infestés par les perce-tige, on peut voir les galeries dissimulées sous l'écorce. Les larves se nourrissent de l'aubier, remplissant les galeries de chiures et, si elles sont en grand nombre, elles peuvent finir par ceinturer un arbre. Les signes les plus évidents de la présence de perce-tige sont de petits trous et la gomme qui s'écoule des lésions de pénétration (figure 2). Les lésions de pénétration n'aboutissent pas toutes à des galeries. Les arbres sains secrètent une résine collante qui soit tuera l'insecte, soit entravera ses efforts.

Figure 1. Scolyte du pêcher, Phloetribus liminaris.

Figure 1. Scolyte du pêcher, Phloetribus liminaris. Photo : James D. Young, USDA APHIS PPQ, Bugwood.org

Figure 2. Dommage provoqué par les perce-tiges sur un pêcher.

Figure 2. Dommage provoqué par les perce-tiges sur un pêcher. Photo : Hannah Fraser, MAAARO

Les blessures sont différentes de celles provoquées par le scolyte du bois, groupe apparenté aux perce-tige que nous étudions cette année dans les pommeraies de l'Ontario. Le scolyte du bois perce des galeries directement à travers l'écorce et dans le bois, habituellement à une lenticelle. Les femelles creusent dans le bois des galeries plutôt grandes et, dans le processus, repoussent des particules ressemblant à de la sciure, qui ressortent par le trou d'entrée et peuvent prendre l'apparence d'un cure-dents. La femelle du scolyte du bois transporte un champignon qui se propage dans la galerie; c'est de cela dont se nourrit le couvain de larves (non du bois). Si l'arbre est sain, souvent, il se rétablira d'une infestation légère. Le scolyte du bois s'attaquera également aux fruits à noyau.

À l'œil non averti, les perce-tige et les scolytes sont très semblables. Les deux sont de petits insectes de brun à noir mesurant de 2 à 4 mm de longueur. Nous ne disposons pas de renseignements suffisants sur les tendances locales de vol de ces insectes. Il n'y a pas de produits homologués à pulvériser et même s'il y en avait, ils semblent peu efficaces. La clé pour éviter et atténuer les effets de l'infestation est de maintenir les arbres en santé. Il faut élaguer les branches infectées et supprimer promptement les arbres morts ou mourants, brûler ou déchiqueter les débris pour éliminer les sites de ponte/sortie.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca