Si vous pensez lavande

Puisque plusieurs cultivars de lavande entament leur floraison dans le Sud de l'Ontario, j'ai pensé qu'il serait bon d'offrir un bref rappel sur la façon de fixer le moment de la récolte et sur les pratiques de récolte. Le moment de la récolte dépend de l'utilisation finale du produit.

Bouquets et bourgeons

Pour de nombreux produits touchant les bourgeons ou les fleurs entières (p. ex. bouquets floraux et bourgeons), le meilleur moment pour récolter est celui où les premiers bourgeons commencent à ouvrir sur la majorité des fleurs. C'est à ce moment que les bourgeons et les tiges sont pleinement formés, mais où les pétales des fleurs n'ont pas commencé à mourir et à brunir. Plus la récolte retarde, plus il y aura de pétales morts, de sorte que le produit sera moins commercialisable. Les bourgeons auront quand même encore une bonne odeur plus tard pendant la période de floraison, mais seront plus utiles dans des produits où ils ne sont pas visibles, par exemple coussins et sachets.

Figure 1. Lavande en floraison à 25-33 % environ, près de la fin de la récolte optimale du bouquet et des bourgeons. À remarquer les pétales secs bruns sur certaines fleurs les plus avancées.

Figure 1. Lavande en floraison à 25-33 % environ, près de la fin de la récolte optimale du bouquet et des bourgeons. À remarquer les pétales secs bruns sur certaines fleurs les plus avancées.

Dans le cas des bouquets de fleurs et produits où il faut des bourgeons, la première étape est de récolter la plus grande longueur possible de tiges. Les tiges récoltées comprendront habituellement une paire de feuilles au bas, qui peuvent être enlevées après séchage, à la main ou à l'aide du matériel de nettoyage des bourgeons. Les bouquets font habituellement 2,5 cm (1 po.) de diamètre, tenus serrés. Si le diamètre est plus gros, il est possible que le séchage ne soit pas assez rapide pour empêcher le développement de champignons dans le bouquet. Ils doivent être liés à l'aide d'une bande élastique. S'ils sont liés avec un matériau non souple, les fleurs peuvent tomber du bouquet à mesure que les tiges sèchent et rétrécissent. Ces bouquets doivent être déplacés dans une zone sèche, chaude et bien ventilée dès que possible et suspendus la tête en bas pour être mis à sécher.

À moins de dire expressément aux clients que les produits ne doivent pas servir en cuisine, veuillez considérer que tous les bouquets peuvent servir à l'alimentation et les traiter en conséquence. Il se peut qu'un client achète un bouquet de fleurs séchées et, ensuite, décide de cueillir les bourgeons pour s'en servir en cuisine. Les bouquets doivent être suspendus dans une zone propre, où il n'y a pas d'animaux ou quoi ce soit susceptible de contaminer les bourgeons. Tenir compte du fait que les bourgeons ne seront pas lavés avant l'utilisation, ne seront sans doute pas cuits et que le séchage ne peut aucunement éliminer les menaces en matière de salubrité des aliments. Tout au long du processus post-récolte, dépister et corriger toutes les sources éventuelles de contamination, par exemple matériel sale, mains non lavées et zones de travail non sanitaires. Pour obtenir des conseils sur les pratiques précises permettant de garantir un produit sécuritaire, écrire par courriel aux spécialistes de la salubrité des aliments du MAAARO à foodsafety@ontario.ca ou composer le numéro du Centre d'information agricole : 1-877-424-1300.

Huile essentielle

En ce qui a trait à la distillation d'huile, la qualité de l'huile et la quantité atteignent un sommet à la floraison ou immédiatement après (c.-à-d. lorsque la moitié des fleurs se sont ouvertes ou commencent à vieillir). La qualité baissera ensuite progressivement, mais on peut encore distiller une huile de bonne qualité même après la fin de la période de floraison. Cela constitue un avantage pour les exploitations agrotouristiques où il faut que la lavande soit dans le champ aussi longtemps que possible avant d'être récoltée. Certaines variétés peuvent perdre leurs bourgeons facilement après la floraison, de sorte que le rendement en huile peut aussi diminuer après le pic de la floraison. La qualité de l'huile baissera plus rapidement si le temps est humide ou très humide, ce qui peut provoquer la pourriture des bourgeons dans le champ, après la floraison.

Il ressort de nos recherches qu'il vaut mieux récolter les bourgeons de lavande avec une certaine longueur de tige. Les tiges aident à aménager une voie de pénétration de la vapeur dans l'ensemble des tissus pendant la distillation et à récupérer davantage d'huile. Habituellement, une longueur d'environ 20 cm (8 po.) de tige suffit. Les producteurs doivent parvenir à un équilibre entre la rapidité de la récolte et les facteurs de qualité de l'huile; ce n'est donc pas quelque chose qui exige des mesures parfaites. Cela équivaut habituellement à environ le tiers de la largeur d'une main sous les fleurs, en cas de récolte manuelle. S'il faut distiller le produit longtemps après la récolte, il faudra mettre les fleurs en bouquets et les faire sécher de la façon décrite ci-dessus pour les bouquets et bourgeons. Il faudra des tiges plus longues afin qu'elles puissent être liées adéquatement en bouquets. Il vaut mieux éviter de cueillir trop de feuilles sur les tiges parce qu'elles réduiront légèrement la qualité de l'huile.

Sécher les fleurs pendant quelques heures dans le champ avant la distillation permettra de distiller davantage de fleurs par lot en raison de la moindre teneur en humidité des tiges, mais cela n'est pas nécessaire. Il vaut mieux distiller les fleurs le jour même de la récolte pour réduire la dégradation du matériel végétal. Si les fleurs doivent être entreposées pendant une journée ou deux, il est nécessaire de les conserver dans un réfrigérateur. S'il faut les entreposer plus longtemps, elles doivent être séchées en bouquets, où elles peuvent rester pendant des mois sans trop de détérioration de l'huile. S'il s'agit seulement d'une semaine ou deux avant la distillation, il est possible de laisser les fleurs dans le champ jusqu'à ce que vous soyez prêt à récolter, ce qui réduira les besoins en main-d'œuvre, mais pourrait affecter légèrement la qualité.

Peu importe le moment où les fleurs sont récoltées, il vaut mieux élaguer les plants peu de temps après la récolte, si vous la main-d'œuvre nécessaire (c.-à-d. une à deux semaines suivant la récolte). Cela donnera à la plante le maximum de temps pour se rétablir et croître avant l'hiver. Si vous laissez les plantes produire de nouvelles pousses avant l'élagage, vous allez stresser les plants, qui sont déjà stressés par la récolte, en les obligeant à produire de nouvelles pousses deux fois dans un délai de quelques semaines. Les plants doivent également être engraissés et arrosés immédiatement après la récolte pour favoriser les nouvelles pousses. Si les plans sont vraiment hauts sur tige et qu'il vous faut procéder à un élagage prononcé pour leur rendre une forme adéquate, il se peut que cela doive être retardé de quelques semaines pour s'assurer que le plant est suffisamment sain pour se rétablir d'un élagage ras. Environ le tiers de la pousse verte de l'année, à l'exception des tiges florales, doit être enlevé dans un élagage normal. Si la nouvelle pousse est vigoureuse vers le milieu ou la fin d'août, un autre élagage léger peut être nécessaire pour ramener les plants à la forme arrondie.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca