Rappel sur les carences nutritives

À mesure que nous nous avançons vers les cycles de production culturale de l'automne et de l'hiver, le moment est idéal pour revoir certains éléments de base sur les carences nutritives.

Peu importe le moment du cycle cultural, les problèmes de nutrition peuvent être difficiles à dépister. Le bon côté est qu'il est facile de les différencier des maladies et des ravageurs, en se basant sur quelques observations clés :

  • si le dommage est uniforme et s'étend à l'ensemble de la culture, c'est probablement un problème nutritif;
  • si le dommage est localisé et plus aléatoire, c'est très probablement un problème de maladie ou de ravageur.

Les indices clés de certaines carences nutritives sont faciles à déceler, moyennant une surveillance périodique et devraient être connus; il suffit d'un rappel de temps à autres. Nous donnons ci-après une liste des indicateurs clés et une illustration infographique pratique.

  • Mobilité des nutriments : En cas de carence, les nutriments mobiles passent vers les nouvelles pousses, mais les nutriments immobiles seront piégés dans les anciennes pousses. Une analyse rapide du siège des dommages peut vous aider à cerner les coupables éventuels.
  • Croissance freinée : Si les plants semblent plus courts que la normale à l'échelle de la récolte, cela peut être un signe de carence en azote (N) ou en phosphore (P), particulièrement si les anciennes pousses ont également l'air jauni. Dans le cas des plantes individuelles ou groupes de plantes, la croissance freinée est plus probablement due à des maladies. Recherchez des systèmes racinaires rabougris ou des pousses desséchées ce peut-être un signe de la pourriture noire des racines (Thielaviopsis) ou de la pourriture pythienne.
  • Chlorose internervale : Veines vert foncé sur les feuilles et tissu foliaire de vert pâle à jaune? Il semble que ce serait une carence en magnésium (Mg), en cuivre (Cu), en fer (Fe) ou en manganèse (Mn). Le magnésium doit être présent d'abord dans les feuilles inférieures puisque c'est un nutriment mobile. Le cuivre, le fer et le manganèse sont immobiles et il faut donc s'attendre à voir au départ la chlorose dans les feuilles les plus jeunes. Bien sûr, à mesure que la carence progresse, vous pouvez vous attendre à l'observer dans la majorité des feuilles.
  • Pourtours des feuilles : Si le pourtour de la marge extérieure des feuilles d'une plante a un aspect jaune, pourpre, rouge, ou brun, il peut s'agir d'une carence en potassium ou en calcium. Cela peut aussi être un signe de phytotoxicité à un pesticide ou à un fongicide; il faut donc revoir soigneusement vos registres de pulvérisation.

Figure 1. Indicateurs courants de carence nutritive .

Figure 1. Indicateurs courants de carence nutritive.

N'oubliez pas que nombre de carences ne sont pas aussi simples que de prime abord. Les interactions entre matières nutritives peuvent être favorables (synergiques) ou négatives (antagonistes). Les interactions synergiques entre nutriments peuvent aider l'un des nutriments ou les deux à être davantage absorbés par la plante. Pour la plupart, les carences interviennent en raison d'interaction antagoniste entre nutriments, où ils se font mutuellement concurrence pour être absorbés (figure 2).

Figure 2. Le graphique de Mulder illustre les interactions positives et négatives entre les nutriments des plantes.

Figure 2. Le graphique de Mulder illustre les interactions positives et négatives entre les nutriments des plantes.

Les interactions négatives peuvent se produire de l'une des deux façons suivantes. Dans la première, l'excès d'un nutriment peut bloquer les autres dans les sites d'absorption des racines de la plante, entraînant une carence parce que le nutriment ne peut se rendre au site d'absorption. Dans le second cas, le nutriment excédentaire est présent en quantités suffisamment élevées pour modifier le pH du support de croissance, rendant l'autre élément nutritif non assimilable par la plante.

Dans bien des cas, l'un des éléments nutritifs en excès peut entraîner un déséquilibre de plusieurs autres. À titre d'exemple, un excès de potassium (K) peut entraîner (figure 3) :

  • une plus grande assimilabilité du fer (Fe) et du manganèse (Mn)
  • une baisse de l'assimilabilité de l'azote (N), du phosphore (P), du magnésium (Mg), du calcium (Ca) et du bore (B).

Figure 3. Graphique de Mulder modifié pour excès en potassium. Cela réduit l'assimilabilité et peut entraîner des carences en azote, potassium, magnésium, calcium et bore.

Figure 3. Graphique de Mulder modifié pour excès en potassium. Cela réduit l'assimilabilité et peut entraîner des carences en azote, potassium, magnésium, calcium et bore.

Ce n'est que l'un des points les plus importants du présent article. Il est essentiel de connaître le pH du support de croissance afin que les éléments nutritifs puissent être assimilés par la plante. Si vous pulvérisez trop loin de la plage cible pour votre culture et pour le média, les éléments nutritifs seront convertis en formes non assimilables par la plante, votre solution d'engrais se transformant ainsi en gaspillage très coûteux! Un pH entre 5,5 et 6 peut également aider à contrer les maladies comme la pourriture noire (Thielaviopsis) et la pourriture pythienne.

Bibliographie :

  • Guide de la culture des fleurs et des plantes d'ornement en serres, publication 370 du MAAARO.
  • More reasons for soil testing. Service d'extension de MSU.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca