Dérive de pesticides - Vous ne pourrez pas dire que vous ne le saviez pas

Des renseignements sur la dérive des pesticides? Il est facile d'en trouver et il y en a beaucoup. J'ai une archive de 29 articles rédigés par le personnel du ministère de l'Agriculture de l'Ontario allant de 1999 à 2014. Il y a tellement d'information, en fait, qu'on a parfois l'impression que tout a déjà été dit. Voici quatre thèmes courants - voyez si vous les reconnaissez :

  • La carotte : Ce thème dégage les avantages d'une absence de dérive, par exemple de meilleures relations entre voisins, une réduction des incidences environnementales et une économie en pesticides non gaspillés.
  • Le bâton : Les experts en assurance ou les organismes de réglementation offrent des données statistiques ou des études de cas mettant en garde contre le temps perdu et les répercussions financières, juridiques et d'assurance de la dérive.
  • Le cœur : Ceux qui sont touchés par la dérive font sortir leur frustration et les répercussions affectives et financières, ou les accusés parlent de conflit, d'irritation et de se sentir insultés du fait d'être accusés.
  • Les faits : Les spécialistes techniciens y vont de leurs calculs, de leurs méthodes et de leurs modèles sur la façon de maintenir la pulvérisation là où elle doit aller et parlent de vitesse du vent, de buses et de pression.

Et toutes ces ressources ne sont pas que dans l'écrit! Il y a des vidéos sur Internet, des présentations en direct et des diaporamas archivés, des ateliers pratiques et des démonstrations, des fiches techniques gouvernementales, des dépliants de marketing et des applications pour téléphone intelligent. Et pourtant, chaque année, en mai ou juin, les plaintes de dérive recommencent, imperturbablement. Pour ceux qui se demandent pourquoi, voici quelques scénarios possibles :

  • Il est possible que les producteurs, occupés comme ils sont, oublient quelques bonnes pratiques essentielles, avec tout ce qui se produit à la ferme.
  • Il est possible que les épandeurs, qui font l'effort d'interroger et de comprendre ces ressources, ne sont pas le public cible.
  • Nombre de responsables de l'épandage s'endorment dans une fausse sécurité parce qu'ils ont conduit leur engin sur tant d'acres, pendant tant d'heures, pendant tant d'années, isolés dans la cabine d'un tracteur/pulvérisateur.
  • Il se peut qu'il y ait d'énormes ruptures de lien si la terre est louée par une personne, à un agriculteur qui n'est pas là, qui fait pulvériser ses champs par des opérateurs de pulvérisateur à la commande, qui ne savent pas ce qui se trouve dans le champ ou aux environs.
  • Ou, peut-être, mais peut-être seulement, même le meilleur opérateur d'épandeur peut jouer de malchance.

Et qui blâmer lorsqu'il y a dérive? On entend parler de pulvérisations en grande culture endommageant des exploitations horticoles, mais il n'y a pas que cela. Les pulvérisations en horticulture et en grande culture peuvent dériver dans les zones résidentielles, les secteurs environnementaux délicats et les uns sur les autres. Les exploitations commerciales peuvent connaître la dérive vers des exploitations biologiques. Une seule exploitation peut même connaître une dérive de combinaisons chimiques incompatibles sur ses propres terrains!

La communication entre voisins peut faire une énorme différence, tant pour empêcher la dérive que pour gérer l'incident si cela se produit. Voici deux façons de percevoir la même situation - quelle sera la plus facile à résoudre?

  1. Un producteur de blé conduit son pulvérisateur à 20 miles par heure par forts vents et est accusé par un agent du MEACC, au nom d'un « type à la tomate en colère » qui se plaint toujours de quelque chose. La séance au tribunal est le 5.
  2. Sarah frappe à la porte de Kevin et lui dit que quelque chose ne va peut-être pas avec sa récolte - peut-il venir jeter un coup d'œil? Elle a (à juste titre) communiqué avec le MEACC pour recueillir des échantillons, au cas où, mais elle demande s'ils peuvent en discuter pour voir ce qui est arrivé et comment régler la question et empêcher que cela ne se reproduise.

Lorsqu'il y a un visage et un nom, il est beaucoup plus facile de trouver des solutions! Cela ne signifie pas que personne n'avait tort ou que l'argent ne devrait pas changer de mains, mais le dialogue rend tout plus rapide, plus facile et moins émotif. Et ça fonctionne dans les deux sens - la victime potentielle de la dérive peut se faire connaître à l'auteur potentiel de cette dérive aussi facilement que l'inverse. Les deux parties tirent avantage de se tenir mutuellement informées, lorsque la pulvérisation se déroule, et s'informer de l'état de toute culture sensible.

Ainsi, l'essentiel du présent article n'est pas d'empêcher la dérive, ni de savoir quoi faire si vous soupçonnez que c'est arrivé. Tout cela a été dit et vous trouverez ci-après quelques ressources clés que vous pouvez consulter. L'objet du présent article est d'être au courant de la dérive, d'ouvrir les voies de communication entre ceux qui partagent des limites et savoir où obtenir les bons renseignements si cela est nécessaire.

Dans l'intervalle, faites connaître cet article. Apprenez-en davantage si vous pouvez. Présentez-vous à votre voisin.

Ressources (en anglais seulement):

  • Article - Comprend quatre vidéos et une fiche technique sur ce qu'est la dérive, comment la prévenir et que faire en cas de soupçon.
  • Diaporama Power Point (un et deux) - Éléments de base de la dérive et mesures d'atténuation.
  • Exposé Power Point avec narrateur - Dérive et obstacles végétaux.
  • Article - Comprend une vidéo et une fiche technique sur les inversions de surface et la dérive.
  • Article - Pulvérisation dans le vent.
  • Vidéo - Le moment de la journée peut influer sur le risque de dérive.
  • Vidéo - Qualité de la pulvérisation (taille des gouttelettes) et rapport avec la dérive.
  • Articles (un et deux) - Réduire la vitesse de déplacement et utiliser d'autres moyens d'augmenter l'efficacité.
  • Article - Buses de réduction de la dérive.
  • Présentation Power Point - Sélection des buses et faible dérive.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca