Les producteurs de fruits et de légumes doivent-ils s'inquiéter à propos des mauvaises herbes résistantes?

Ce n'est pas d'hier que les producteurs de fruits et de légumes doivent lutter contre des insectes et des maladies résistant aux pesticides. Le problème de la résistance aux herbicides n'est aucunement différent. Ces temps-ci, il est beaucoup question de la résistance au glyphosate en grande culture, mais on entend très peu parler des mauvaises herbes résistantes en horticulture. Les producteurs de fruits et légumes doivent-ils s'inquiéter? En un mot : OUI!

En fait, les premiers cas de mauvaises herbes résistantes au glyphosate ont été constatés dans des vergers et non pas dans des cultures tolérantes au glyphosate. De par le monde, on a recensé 31 espèces de mauvaises herbes (11 graminées et 20 latifoliées) qui sont résistantes au glyphosate.

Actuellement, il y en a quatre en Ontario :

  • grande herbe à poux
  • vergerette du Canada
  • petite herbe à poux
  • amarante rugueuse

On a relevé dans les quatre espèces des populations à résistances multiples au glyphosate et aux herbicides du groupe 2, par exemple Prism, Pinnacle, Upbeet et Classic, pour ne nommer que ceux-là.

Dans la production fruitière et légumière, les cas les plus préoccupants de résistance aux herbicides sont les suivants :

  • espèces de digitaire pourpre résistant à tous les herbicides contre les graminées;
  • dans toute la province, espèces d'amarante résistant aux herbicides des groupes 5 et 7, notamment Sencor, Gesagard et Lorox;
  • vergerette du Canada, résistant au Gramoxone et au glyphosate;
  • dans toute la province, morelle noire de l'Est, résistant aux herbicides du groupe 2.

Et maintenant, que faire?

  • Continuer de recourir aux pratiques de lutte intégrée contre les mauvaises herbes.
  • Utiliser en rotation, en séquence ou en mélange, les modes d'action de plusieurs herbicides aux spectres de lutte contre les mauvaises herbes se chevauchant;
  • Procéder à l'épandage du taux recommandé d'herbicide selon un calendrier d'application approprié pour lutter contre les espèces de mauvaises herbes les plus difficiles à combattre dans le champ;
  • Inspecter les champs après l'épandage d'herbicide pour vérifier l'efficacité des mesures de répression. Ne pas permettre aux mauvaises herbes de se reproduire par ensemencement ou prolifération végétative;
  • Faire immédiatement évaluer les mauvaises herbes suspectes pour savoir si elles sont résistantes.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca