Présence d'oïdium (blanc) dans le houblon en Ontario

Au cours de la semaine dernière, de l'oïdium (blanc) a été observé sur des cônes et des feuilles de plusieurs variétés de houblon dans la parcelle expérimentale de la station de recherche de Simcoe. Bien que l'oïdium ait été un problème historique dans le houblon cultivé dans le nord-est de l'Amérique du Nord et qu'il continue d'être une maladie importante dans le Nord-Ouest Pacifique, nous n'avions pas connu de problèmes majeurs avec cette maladie depuis le regain de l'industrie ontarienne du houblon au cours de la dernière décennie. L'an dernier, nous avons diagnostiqué un petit nombre d'infections par l'oïdium sur des feuilles de houblon vers la fin de la récolte (pour plus d'information, voir le blogue de ONspecialtycrops [en anglais seulement]). Cette année, la maladie a été détectée beaucoup plus tôt qu'en 2014, et c'est également la première fois qu'on l'observe sur des cônes dans le sud-ouest de l'Ontario. Les producteurs de houblon devraient inspecter leurs champs pour vérifier les signes de maladie.

Fig. 1 : Oïdium sur des feuilles et des cônes de houblon

Fig. 1 : Oïdium sur des feuilles et des cônes de houblon. Observez la moisissure blanche caractéristique, d'apparence poudreuse sur les spores.

L'oïdium (blanc) est causé par un champignon qui est assez différent de celui qui cause le mildiou dans le houblon (qui n'est en fait pas vraiment un champignon; voir l'article sur la différence entre l'oïdium et le mildiou). C'est pourquoi la plupart des produits appliqués pour lutter contre le mildiou ne seront pas efficaces contre l'oïdium. De plus, l'oïdium n'a besoin que d'une humidité élevée et non d'eau libre pour infecter les plants, de sorte que la maladie peut se propager sans que le temps soit pluvieux. Cette espèce d'oïdium est spécifique au houblon et à ses proches parents; il ne s'agit pas de la même espèce responsable de l'oïdium chez d'autres cultures comme les raisins, les concombres ou les fraises.

L'oïdium peut se manifester d'abord sur les feuilles sous forme de taches jaune pâle qui finissent par former des colonies de spores blanches d'apparence poudreuse. En revanche, les lésions causées par le mildiou produisent des spores pourpre foncé. Les lésions de mildiou prennent aussi la forme de sporulation uniquement sur le revers des feuilles, alors que les lésions dues à l'oïdium forment des sporulations sur les deux côtés des feuilles.

Fig. 2 : Lésions causées par l'oïdium sur des feuilles de houblon

Fig. 2 : Lésions causées par l'oïdium sur des feuilles de houblon

L'oïdium affectera aussi les cônes de houblon, lesquels peuvent aussi produire des spores blanches d'apparence poudreuse (comme sur la photo au début de cet article). Toutefois, les sporulations ne sont pas toujours bien visibles. À mesure que les tissus des cônes meurent, ils peuvent devenir rouge-brun et les symptômes peuvent être difficiles à discerner de ceux du mildiou ou de l'alternariose des cônes du houblon, qui est courante dans le houblon endommagé par le vent ou ayant subi d'autres blessures mécaniques. Dans la parcelle de Simcoe, l'alternariose des cônes est aussi présente, mais elle semble limitée aux extrémités des bractées, donnant une apparence rayée aux cônes, alors que les signes d'oïdium sont plus étendus dans tout le cône.

Fig. 3 : Cônes de houblon infectés par l'oïdium (à gauche) et par l'alternariose des cônes du houblon (à droite)

Fig. 3 : Cônes de houblon infectés par l'oïdium (à gauche) et par l'alternariose des cônes du houblon (à droite). Observez les rayures et l'absence de spores d'oïdium sur les cônes infectés par Alternaria.

En Ontario, plusieurs fongicides sont homologués pour la maîtrise complète ou partielle de l'oïdium; cependant, bon nombre d'entre eux ont de très longs délais d'attente avant récolte (DAAR) et ne peuvent donc pas être appliqués à l'approche de celle-ci. Voici les produits qui sont homologués contre l'oïdium dans le houblon :

  • MilStop et Sirocco (bicarbonate de potassium ; maîtrise partielle; DAAR : 0 jour)
  • Pristine (boscalide + pyraclostrobine; maîtrise complète, et maîtrise partielle du mildiou; DAAR : 46 jours)
  • Purespray Green Oil (huile minérale; maîtrise partielle; interrompre l'utilisation au stade de développement des inflorescences femelles)
  • Quintec (quinoxyfène; maîtrise complète; DAAR : 21 jours)
  • Vivando (metrafenone - maîtrise partielle; DAAR : 14 jours)

La plupart de ces produits sont utilisés à titre préventif. Les producteurs doivent donc savoir que les traitements seront efficaces surtout pour prévenir la propagation aux tissus non infectés plutôt que pour réduire les infections existantes.

Les pulvérisations risquent de ne pas être efficaces contre les infections déjà présentes sur les cône, à l'approche de la récolte. En présence d'infections importantes sur les cônes, envisagez une récolte hâtive, ce qui pourrait réduire la propagation de la maladie et les dommages aux cônes.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca