Connaître les vers de terre

Je ne sais pas trop comment nos stagiaires d'été expliquent leur emploi d'été aux amis et à la famille. Depuis quelques années, nous leur faisons d'abord dénombrer les populations de vers de terre (ou « lombrics ») dans les parcelles de cultures-abris. C'est un travail salissant et un peu fastidieux, mais qui fait rapidement ressortir les effets des diverses pratiques de gestion sur la vie dans le sol. Chaque année, les stagiaires me posent des questions et cela m'amène à consulter les publications pour en savoir plus sur les vers.

« Feu vert » au fumier, à bas les sels

L'épandage de fumier ou autres amendements organiques peut rapidement augmenter la population de vers de terre, qui peut ainsi doubler ou même tripler en une saison. Les vers de terre sont sensibles aux concentrations élevées d'ammoniac des sels, de sorte que certains lisiers liquides peuvent réduire les populations, quoique pour une brève période seulement.

« Les tubes digestifs de la Terre »

C'est ainsi qu'Aristote les désignait.Darwin, dans une modération toute victorienne, les appelait « la charrue de dame Nature ». Il ressort de la recherche que, dans un sol sain et actif, environ 5 % de l'horizon A du sol, en fait la terre végétale, passe chaque année par l'intestin des vers. Ainsi, ces deux auteurs avaient raison.

Sculpteurs de déjections

Les vers de terre absorbent le sol dans leur corps, laissant derrière eux leurs déjections. Ces déjections se composent du sol, enrichi d'éléments nutritifs et de bactéries. Les déjections n'ont pas toutes le même aspect. Elles peuvent être globulaires, pâteuses comme une boue, se présenter en forme de longues colonnes verticales ou en piles ou sous une forme ressemblant à des boulettes.

À table!

Les vers de terre sont omnivores, c'est-à-dire qu'ils mangent toutes sortes de choses, des résidus de plantes jusqu'aux restes éventuels d'animaux. Les lombrics peuvent également supporter une faim considérable et une perte d'eau allant jusqu'à 70 % du poids corporel, de sorte que ceux que vous voyez secs sur le pavé pourraient très bien reprendre vie.

Et question sexe?

Le printemps est une période occupée pour la majorité des vers de terre. Même s'ils sont hermaphrodites, dans la majorité des cas, ils ont besoin d'un autre vers pour fertiliser les œufs. Vous verrez souvent des lombrics communs allongés sur la surface du sol. Ils secrètent une gaine muqueuse qui les retient solidement ensemble. Lorsqu'ils ont tous deux libéré leur sperme, ils secréteront un peu plus de mucus pour former le cocon des œufs. Le vers commun se reproduit lentement, déposant habituellement un à deux œufs à la fois, pour un total peut-être de 10 par an. Au printemps, si vous observez de petits vers de couleur blanche et qui n'ont que quelques millimètres de longueur, il s'agit probablement de vers nouveau-nés.

Quel âge atteignent-ils?

Les vers de terre peuvent vivre très longtemps, leur cycle est de 10 à 12 ans, mais dans les champs, ils tendent à ne vivre qu'une ou deux saisons en raison des prédateurs et d'autres facteurs, par exemple le matériel aratoire.

Figure 1. Racines de plantes utilisant les tunnels des vers

Figure 1. Racines de plantes utilisant les tunnels des vers

Figure 2. Tunnel de ver gainé de résidus de plantes

Figure 2. Tunnel de ver gainé de résidus de plantes


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca