Maintenir le sol en place

Le printemps peut être un passage difficile pour le sol consacré à l'agriculture. Les cultures-abris ont peut-être couvert le sol tout l'hiver, mais lorsque la culture est plantée, il reste très peu de couverture dans nombre de systèmes de cultures fruitières et légumières. Le sol a été allégé par le travail du sol, compacté par la circulation et le feuillage n'offre pas encore beaucoup de protection. Les champs à lits couverts le plastique canalisent l'eau, de sorte qu'environ le tiers seulement du champ reçoit des précipitations. La météo récente fait que les rangées intérieures sont détrempées, de sorte qu'il y a fort risque que le sol soit emporté ou érodé. Souvent, les tournières ou les rangées de circulation prennent vraiment l'essentiel du supplément d'eau et de sol.

Le problème est que le sol s'érode et emporte avec lui les matières nutritives, et peut-être aussi les pesticides. Les matières nutritives comme l'azote et le phosphore participent aux problèmes de qualité de l'eau. Le sol qui se dépose peut devoir être gratté et enlevé, s'il est emporté vers une route ou un chemin, et les zones érodées peuvent devoir être remblayées. Tout cela est coûteux en argent et peut être aussi en rendement.

Les cultures-abris sont une solution qui peut aider à maintenir le sol en place et à réduire les pertes dues à l'érosion. L'avantage accessoire est que la culture-abri peut aider à augmenter la traction et la capacité de charge en conditions humides.

Solutions qui peuvent aider :

  1. Tournières - plantez de simples cultures-abris comme l'avoine, l'orge, le blé ou le seigle. L'avoine est moins tolérante à de nombreux herbicides. Sur les champs en pente, envisagez d'ensemencer les tournières en permanence pour réduire les dommages dus à l'eau s'accumulant à ces endroits.
  2. Entre les rangées en plasticulture - cela dépend de l'herbicide (le cas échéant) qui a été utilisé. Choisissez des cultures-abris à pousse basse, si possible, comme le trèfle, l'ivraie, pour réduire la nécessité de tondre. L'ivraie tend à mieux tolérer de nombreux herbicides.
  3. Entre les rangées de cultures vivaces comme le raisin - le radis ou l'ivraie aideront à porter le matériel de récolte et à réduire l'azote résiduel.

Pour en savoir plus sur la tolérance des espèces de cultures-abris aux herbicides rémanents, consultez le Cover Crop Field Guide du Midwest Cover Crop Council (en anglais seulement).

Vous avez beaucoup investi, tant dans votre sol que dans les matières nutritives que vous y avez ajoutées : il est donc logique de maintenir le sol en place.

Figure 1 : Un excellent exemple d'avoine comme culture-abri sur les tournières de ce champ de carottes.

Figure 1 : Un excellent exemple d'avoine comme culture-abri sur les tournières de ce champ de carottes.

Figure 2 : De petits plants de radis dans le cadre d'un essai d'ensemencement croisé étudiant diverses options de cultures-abris entre les rangées de fraises en plasticulture.

Figure 2 : De petits plants de radis dans le cadre d'un essai d'ensemencement croisé étudiant diverses options de cultures-abris entre les rangées de fraises en plasticulture.

Figure 3 : Graminées en culture-abri, aidant à stabiliser le sol entre les rangs de vignes à l'automne.

Figure 3 : Graminées en culture-abri, aidant à stabiliser le sol entre les rangs de vignes à l'automne.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca