Aider les sols à surmonter la tempête

Cette saison, comme de nombreuses saisons, nous a causé de nombreux défis. Il semble que la météo soit plus variable qu'elle ne l'était. Le printemps était au départ sec dans certaines régions et maintenant, il y a trop d'humidité dans nombre de régions. Nous avons connu un certain nombre de pluies extrêmes, ce printemps même. Habituellement, jusqu'à juillet et août, on connaît des périodes où il n'y a pas suffisamment de précipitations. Que peut-on faire pour améliorer la capacité du sol de gérer ces extrêmes?

Voyons d'abord ce qui se produit lorsque la pluie tombe sur un champ à nu. Précisons que 66 % de l'eau s'évapore et retourne dans l'atmosphère, 25 % part en ruissellement dans les étangs, les cours d'eau et les lacs et 9 % seulement infiltre vraiment le sol ou l'eau est stockée, absorbée par les plantes, ruisselle et recharge la nappe d'eau souterraine. Comment faire absorber plus d'eau dans le sol? L'eau aura de la difficulté à passer dans le sol si la structure de celui-ci est inadéquate. Un sol à structure inadéquate peut former des croûtes et n'aura que peu de pores pour laisser circuler l'air et l'eau. De plus, les couches compactées peuvent restreindre le déplacement de l'eau dans le sol.

L'augmentation des proportions de matières organiques et l'utilisation d'un bon régime de gestion des résidus réduira la formation de croûtes et améliorera la structure du sol. Les pratiques aratoires dérangent la structure du sol; il faut donc réduire le travail du sol au minimum. L'absence de travail du sol et la présence de vers dans le sol peut aider à créer une série de macropores qui amélioreront le drainage. Dans une étude récente, on a constaté qu'un champ bénéficiant de bonnes pratiques de gestion du sol affichait un taux d'infiltration trois fois supérieur à un celui d'un sol très travaillé et où la rotation des cultures était inadéquate. Laisser les résidus culturaux à la surface peut aider à ralentir le ruissellement et donne à l'eau plus de temps pour s'infiltrer dans le sol. Les résidus culturaux laissés sur le sol aident à maintenir l'eau plus froide par les journées chaudes, réduisant la perte d'humidité du sol. Les arbres coupe-vent aident également à ralentir le dessèchement par le vent au cours des chaudes journées d'été, réduisant la perte d'humidité par évaporation.

Mentionnons d'autres pratiques, par exemple inclure des cultures-abris dans la rotation, ajouter du fumier, du compost et d'autres matières organiques aidera à augmenter la teneur du sol en matière organique, ce qui accroîtra sa capacité de rétention d'eau. En protégeant le sol de l'érosion, on empêchera la perte de terre végétale, dont la teneur en matières organiques est élevée.

Il est possible d'empêcher l'érosion du sol en le maintenant couvert le plus longtemps possible pendant la saison de croissance. Les résidus de culture, les cultures-abris et la culture elle-même peuvent aider à offrir une protection et maintenir le sol en place. Il peut falloir prendre des mesures de lutte contre l'érosion du sol si le ruissellement est intense et emporte le sol.

Mettre votre sol à l'abri des tempêtes suppose de recourir à des pratiques qui augmenteront la teneur en matières organiques. Cela augmentera la résistance au vent et à l'érosion due à l'eau et relèvera la capacité de rétention d'humidité. De plus, utilisez une couverture de résidus pour aider à maintenir le sol plus froid et réduire la perte d'humidité. Enfin, ayez recours à diverses pratiques pour éviter l'érosion du sol, et réduisez le travail du sol pour aider à lui conserver une bonne structure et utilisez les bonnes pratiques de gestion du compactage du sol pour empêcher le compactage.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca