Conifères : Dessiccation hivernale ou infestation de ravageurs?

On m'a demandé de rédiger un article sur la façon de faire la distinction entre la dessiccation hivernale d'un conifère et une infestation de ravageurs ou une maladie. Diagnostiquer une maladie de conifère par opposition à un dérèglement physiologique ou abiotique n'est pas chose facile, mais voici comment je procède. Je dirais que c'est un peu comme procéder par élimination…

Quelles sont les espèces de conifères qui ont des symptômes?

Il faut toujours commencer par identifier la plante pour déterminer quelle est l'atteinte. Le plus souvent, quand il y a plusieurs espèces de touchées, il y a de fortes chances qu'il s'agisse d'un problème associé à l'environnement, à des produits chimiques ou à la culture (soit une cause humaine).

Figure 1 : Conifères montrant des signes de dessiccation hivernale

Figure 1 : Conifères montrant des signes de dessiccation hivernale

Quelles sont les parties de l'arbre où on observe des signes et y a-t il des tendances constantes?

Beaucoup de problèmes abiotiques et environnementaux présentent des constantes, que ce soit le nombre d'années de la plante, des branches en particulier, comme celles du bas plutôt que du haut, le côté de l'arbre exposé à l'ouest, etc. Souvent, la dessiccation est plus apparente du côté sud-ouest ou nord-ouest.

Figure 2 : Conifères montrant des signes de dessiccation hivernale

Figure 2 : Conifères montrant des signes de dessiccation hivernale

Figure 3 : En cas de dessiccation, les bourgeons survivent la plupart du temps et finissent par remplir l'espace des aiguilles perdues

Figure 3 : En cas de dessiccation, les bourgeons survivent la plupart du temps et finissent par remplir l'espace des aiguilles perdues

Quel pourcentage de conifères du même secteur affichent des symptômes?

Dans bien des cas, lorsqu'on observe des symptômes sur près de 100 % des espèces végétales, il est probable qu'il s'agit d'un problème environnemental ou physiologique, avec ou sans cause humaine. Lorsque seulement un groupe de plantes ou des plantes individuelles dispersées ont des symptômes, il peut s'agir d'une infestation ou d'une maladie. La gravité de l'atteinte peut varier d'une plante à l'autre, d'après la génétique, la vigueur, le système racinaire, etc.

Figure 4 : Les épinettes à gauche se portent bien, tandis que ceux à droite souffrent d'une dessiccation hivernale sévère. Pourquoi cette différence? La source des semences.

Figure 4 : Les épinettes à gauche se portent bien, tandis que ceux à droite souffrent d'une dessiccation hivernale sévère. Pourquoi cette différence? La source des semences.

Y a-t il des signes de maladie, comme des fructifications qui traversent des stomates ou percent d'autres parties des aiguilles ou encore des chancres suitants?

Examinez de près les aiguilles symptomatiques décolorées à l'aide d'une loupe simple pour voir s'il y a des fructifications ou d'autres signes de pathogènes. Remontez une branche symptomatique jusqu'à la tige principale. Si c'est possible, arrachez-la pour vérifier s'il y a des chancres ou de la sève qui suinte. Si vous le pouvez, enlevez l'écorce à l'aide d'un couteau tout le long de la tige pour vérifier s'il y a des traces de tissu brun sous l'écorce… C'est sérieux.

Figure 5 : Haut : Aiguilles malades comportant des fructifications de Rhizosphaera qui sortent des stomates et sont à l'origine de la chute des aiguilles. Bas : Aiguilles saines, vertes avec des stomates blancs sur une autre branche (Photo de Tom Hsiang, Université de Guelph).

Figure 5 : Haut : Aiguilles malades comportant des fructifications de Rhizosphaera qui sortent des stomates et sont à l'origine de la chute des aiguilles. Bas : Aiguilles saines, vertes avec des stomates blancs sur une autre branche (Photo de Tom Hsiang, Université de Guelph).

Figure 6 : Champignons Setomelanomma holmii (points noirs) sur une branche d'épinette. Les fructifications de ce champignon sur la branche sont souvent associées à une dégradation de l'épinette (brunissement et chute des aiguilles) Il entraîne forcément la chute des aiguilles. La pathogénicité de ce champignon est encore à l'étude, mais on a observé qu'il causait la décoloration des aiguilles ainsi que la chute des anciennes aiguilles de l'épinette blanche (P. pungens) (Source : Université de l'Illinois).

Figure 6 : Champignons Setomelanomma holmii (points noirs) sur une branche d'épinette. Les fructifications de ce champignon sur la branche sont souvent associées à une dégradation de l'épinette (brunissement et chute des aiguilles) Il entraîne forcément la chute des aiguilles. La pathogénicité de ce champignon est encore à l'étude, mais on a observé qu'il causait la décoloration des aiguilles ainsi que la chute des anciennes aiguilles de l'épinette blanche (P. pungens) (Source : Université de l'Illinois).

Figure 7 : En haut à gauche : Petite zone de suintement de sève sur une branche d'épinette du Colorado montrant des signes de dégradation. À droite : En coupant la partie qui suinte, on découvre du tissu vasculaire mort (brun rougeâtre) bordé de tissu sain (vert et blanc). Une analyse en laboratoire est nécessaire pour identifier le pathogène potentiel (p. ex.Cytospora, Phomopsis).

Figure 7 : En haut à gauche : Petite zone de suintement de sève sur une branche d'épinette du Colorado montrant des signes de dégradation. À droite : En coupant la partie qui suinte, on découvre du tissu vasculaire mort (brun rougeâtre) bordé de tissu sain (vert et blanc). Une analyse en laboratoire est nécessaire pour identifier le pathogène potentiel (p. ex.Cytospora, Phomopsis).

Y a-t il des signes comme la présence d'œufs, de grappes d'œufs ou des aiguilles mâchées sur les pousses de l'année d'avant?

Figure 8 : Épinette du Colorado portant des aiguilles à demi-mâchées. La cause probable est une infestation de tenthrède à tête jaune de l'épinette en 2014.

Figure 8 : Épinette du Colorado portant des aiguilles à demi-mâchées. La cause probable est une infestation de tenthrède à tête jaune de l'épinette en 2014.

En cas de doute, vous pouvez vous adresser à la clinique de diagnostic des ravageurs de l'Université de Guelph (site en anglais seulement).


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca