Surveillance et répression des pucerons du fraisier : Ce que l'été nous a appris

On a récemment découvert que des virus du fraisier posent un grave problème en Ontario et dans le nord-est du continent nord-américain.

On sait que les pucerons du fraisier, Chaetosiphon fragaefolii, sont un vecteur important de plusieurs virus du fraisier : virus de la jaunisse du fraisier (SMYEV), virus du liséré des nervures du fraisier (SVBV), virus de la marbrure du fraisier (SMoV) et virus de la frisolée du fraisier ( SCV). Le puceron du fraisier peut se distinguer des autres pucerons que l'on retrouve sur les fraisiers par la présence sur tout le corps de petits poils aux extrémités ondulées, visibles sous grossissement (figure 1). Nous avons besoin de renseignements sur le puceron du fraisier, son cycle de vie, ses méthodes d'hivernage et l'époque de constitution et de dispersion des populations, afin de préparer des plans de lutte antiparasitaire contre le puceron et juguler la propagation des virus.

On a récemment constaté que l'aleurode des serres est un vecteur du virus de la pallidose du fraisier (SPaV). Nous ne savons presque rien sur ce ravageur dans les fraisières de l'Ontario.

De façon à combler ces lacunes d'information, un projet a été mis sur pied à l'aide de fonds du Programme d'apprentissage expérientiel des étudiants d'université, programme coopératif du MAAARO et de l'Université de Guelph.

Des étudiants du programme d'été ont prélevé des échantillons de feuilles et fait le dénombrement des pucerons dans 15 fraisières, tout au long de l'été. À Simcoe, on a fait l'essai de pièges collants et de pièges en forme de bols de façon à évaluer la période où les pucerons ailés prennent leur vol et à surveiller leur dispersion.

Ce que nous avons appris :

  • Au moins une partie des pucerons du fraisier hivernent sous forme d'œufs. Nous avons trouvé, à la fin d'avril, des œufs noirs et luisants (figure 2) sur les feuilles inférieures de fraisiers ayant passé l'hiver et, pour la plupart, ces œufs avaient éclos au début de mai.
  • Les pucerons du fraisier sont présents toute la saison, du début de mai à la fin d'août (figure 3).
  • Du début au milieu de juin, les ailes des pucerons sont apparues et les ravageurs ont pu voler d'un champ à un autre (figure 4).
  • Les pièges en forme de bols (figure 5) et les pièges collants (figure 6) se sont avérés efficaces, mais demeurent des outils peu pratiques en général pour la surveillance du vol des pucerons (figure 7). Il a été difficile de préciser les espèces de pucerons pris dans ces pièges. La surveillance du feuillage des fraisiers a offert un meilleur indice du moment où les premiers pucerons ailés se sont développés et où leur dispersion pouvait commencer.
  • La majorité des pucerons (80 % et plus) repérés sur les fraisiers sont de l'espèce dite puceron du fraisier, Chaetosiphon fragaefolii. Deux autres espèces de pucerons ont été repérées, en nombres moins importants, vers la fin de la saison. Les spécimens ont été envoyés à Agriculture et Agroalimentaire Canada pour identification des espèces.
  • Les nouvelles plantations courent un grand risque d'être infestées par le puceron du fraisier, quelle que soit la période de la saison. Nous pensions pouvoir observer les pucerons en mai et en juin, mais nous avons été étonnées de les voir en si grand nombre sur les nouvelles pousses dans ces fraisières, à la fin de l'été (figure 8).
  • L'aleurode n'a pas été observé dans les champs pendant le printemps et l'été, mais, depuis la fin de septembre, on en a observé dans plusieurs fraisières.

Figure 1. Puceron du fraisier sous grossissement, illustrant les poils ondulés, caractéristiques de cette espèce

Figure 1. Puceron du fraisier sous grossissement, illustrant les poils ondulés, caractéristiques de cette espèce.

Figure 2. œuf de puceron du fraisier sur une feuille inférieure, au début du printemps

Figure 2. œuf de puceron du fraisier sur une feuille inférieure, au début du printemps : Photo de D. Moreau, Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Figure 3. Moyenne des populations de pucerons des fraisiers des 15 exploitations.

Figure 3. Moyenne des populations de pucerons des fraisiers des 15 exploitations. (texte version)

Figure 4. Stade ailé du puceron du fraisier.

Figure 4. Stade ailé du puceron du fraisier. Photo : D. Moreau, Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Figure 5. Piège collant jaune pour la surveillance des pucerons ailés.

Figure 5. Piège collant jaune pour la surveillance des pucerons ailés.

Figure 6. Pièges jaunes en forme de bols, nappés d'une solution savon-eau pour noyer les insectes.

Figure 6. Pièges jaunes en forme de bols, nappés d'une solution savon-eau pour noyer les insectes.

Figure 7. Nombre de pucerons ailés relevés dans les pièges collants et en forme de bols dans une fraisière

Figure 7. Nombre de pucerons ailés relevés dans les pièges collants et en forme de bols dans une fraisière. (texte version)

Figure 8. Populations de pucerons du fraisier dans les cultures fructifères, comparativement aux champs nouvellement plantés en 2014. Utilisation des données de neuf champs et de 17 exploitations fruitières en 2014.

Figure 8. Populations de pucerons du fraisier dans les cultures fructifères, comparativement aux champs nouvellement plantés en 2014. Utilisation des données de neuf champs et de 17 exploitations fruitières en 2014. (texte version)


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca