Mise à jour de recherche sur le ginseng : effets du type de paillis sur le rendement du ginseng

En 2011, nous avons mis en place une parcelle de recherche dans un champ commercial de ginseng près de Turkey Point, en vue de faire l'essai de différents traitements avec des paillis de paille (figure 1). Les paillis utilisés étaient soit de la paille de seigle, d'avoine ou de blé. Pour tous les traitements, on a laissé germer tous les grains contenus dans la paille pour croissance à l'automne 2011. Les céréales qui avaient survécu à l'hiver (seigle et blé) ont été détruites en avril 212 avec une application de glyphosate. Il n'y a pas eu beaucoup de blé qui a germé dans certaines parcelles recouvertes de paillis de blé. Dans un autre traitement avec de la paille de blé, du glyphosate a été appliqué peu après que le blé a germé à l'automne 2011 afin de prévenir la croissance de ce dernier. La paille a été épandue manuellement à une épaisseur approchant celle de la paille utilisée dans le champ commercial. La paille d'avoine a formé une couche plus dense que la paille de blé ou de seigle pour la même épaisseur; les graines ont donc eu plus de difficulté à traverser la couche de paille l'année suivante. Moins de différences ont été observées entre les paillis de seigle et de blé. À l'automne 2013, on a ajouté de la paille de blé à toutes les parcelles

Figure 1. Essai avec du paillis de paille en avril 2012. Les parcelles dénudées sont celles où du glyphosate a été appliqué sur de la paille d'avoine ou de blé à l'automne 2011. Les parcelles vertes avaient été recouvertes de paille de blé et de seigle.

Figure 1. Essai avec du paillis de paille en avril 2012. Les parcelles dénudées sont celles où du glyphosate a été appliqué sur de la paille d'avoine ou de blé à l'automne 2011. Les parcelles vertes avaient été recouvertes de paille de blé et de seigle.

Une évaluation complète de la récolte a été effectuée d'abord l'année de la levée des graines et une nouvelle fois après trois ans. Après une année de croissance, ce sont les parcelles avec paille de blé sans glyphosate qui ont donné les meilleurs rendements et qui présentaient le moins de dommages dus au nématode des racines (figure 2). La densité de peuplement des parcelles était également d'environ 10 % plus élevée initialement dans les deux traitements avec paille de blé comparativement aux traitements avec paille d'avoine ou de seigle. Cette différence pourrait être due en partie à la capacité des jeunes pousses à traverser la couche de paille.

Figure 2. Constrictions sur les racines de jeunes pousses, probablement causées par le nématode des racines. Ces symptômes étaient plus fréquents dans les parcelles avec paillis de seigle et d'avoine.

Figure 2. Constrictions sur les racines de jeunes pousses, probablement causées par le nématode des racines. Ces symptômes étaient plus fréquents dans les parcelles avec paillis de seigle et d'avoine.

Une évaluation finale des récoltes a été effectuée en septembre 2014. Les résultats allaient dans le même sens que ceux de l'année de la levée des graines, mais les différences entre les traitements étaient plus marquées (tableau 1). Les rendements totaux et commercialisables en racines sur la base du poids frais étaient supérieurs dans les parcelles recouvertes de paille de blé que dans celles avec de la paille d'avoine ou de seigle. Le rendement des parcelles avec paille de blé traitée au glyphosate à l'automne se situait entre ceux des autres traitements. Les densités de peuplement observées affichaient les mêmes tendances que durant l'année de levée, mais ces densités étaient beaucoup plus faibles dans les parcelles avec paille d'avoine que dans toutes les autres. Il est possible que la couche de paille plus épaisse dans ce traitement explique la plus grande faiblesse des pousses, lesquelles sont devenues plus vulnérables les années subséquentes.

La plupart des différences entre les traitements au cours de l'année de levée semblent dues à des dommages associés au nématode des racines. On ne connaît pas ce qui provoque ce problème, mais il se peut que l'avoine et le seigle qui ont levé à l'automne 2011 aient été plus sensibles au nématode des racines, ce qui a permis aux populations de ce dernier d'augmenter. Il est possible aussi qu'un autre agent pathogène terricole cause des symptômes semblables à ceux du nématode des racines et que cet agent ait été introduit dans la paille d'avoine ou de seigle. Bien qu'on ait constaté le même type de dommages au cours de l'évaluation finale de la récolte, on n'a pas observé de différences significatives entre les traitements. Certains types de paille peuvent aussi produire des composés chimiques qui inhibent la croissance d'autres cultures, et cela pourrait expliquer certaines des différences de rendement selon les traitements.

Tableau 1. Effet du paillis de paille sur la densit�, le poids total et le poids commercialisable par parcelle et le pourcentage de racines saines dans un champ de ginseng de trois ans pr�s de Turkey Point, Ontario.
Traitement Densité /parcelle Poids total (g) Poids commercialisable (g) % de plants sains
Blé (application automnale de glyphosate)
105 a
1530 ab
1310 ab
50 a
Blé
97 a
1610 a
1440 a
59 a
Seigle
91 ab
1200 bc
930 b
42 a
Avoine
64 b
1050 c
970 b
47 a

1 Les nombres d'une colonne qui sont suivis d'une lettre identique ne sont pas significativement différents à P=0,05, test de la plus petite différence significative protégée de Fisher.

Les résultats d'une seule étude ne suffisent pas à procurer une preuve suffisante pour nous permettre de conseiller aux producteurs de n'utiliser que de la paille de blé. Il se peut que les résultats dépendent de la source de la paille et du cultivar de la céréale ayant produit cette paille. Les résultats peuvent également varier selon les types de sol. Toutefois, étant donné l'augmentation de rendement associée à l'utilisation de paille de blé dans le cadre de cet essai, les producteurs pourraient être tentés de réaliser leurs propres essais comparatifs.

Cette recherche a été initialement financée par une subvention dans le cadre du Programme ontarien d'innovation agricole. L'étude a ensuite été poursuivie grâce au soutien du MAAARO, de l'OGGA et de C&R Atkinson Farms Ltd.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca