Herbicides rémanents et cultures-abris

Tandis que l'on récolte certaines cultures légumières et que la récolte des fraises de juin est terminée, certains producteurs pourraient envisager de planter une culture-abri. Les cultures-abris offrent au sol de nombreux avantages, notamment l'augmentation de la matière organique, l'amélioration de l'aggrégation du sol ou la fixation ou la récupération de l'azote. L'un des points dont tenir compte pour la sélection d'une culture-abri est de savoir quels herbicides vous avez épandu tôt au cours de l'année et l'année précédente.

Certains herbicides rémanents, surtout ceux épandus sur le sol avant la prélevée (PRE), peuvent avoir des effets néfastes sur l'établissement de la culture et provoquer des blessures visibles. María Angélica Rojas, candidate au doctorat de l'Université de Guelph, sous la surveillance de Darren Robinson, a étudié les effets de trois herbicides de prélevée appliqués au printemps sur la fonctionnalité des cultures-abris subséquentes sous l'éclairage de l'avantage pour les sols. Voici les herbicides étudiés :

  • INTEGRITY (saflufénacil/diméthénamide-P) homologué en grande culture et maïs sucré
  • PRIMEXTRA II MAGNUM (s-métolachlore/benoxacor/atrazine) + CALLISTO (mésotrione) homologué en grande culture, semences et maïs sucré
  • Imazéthapyr (PURSUIT ou PHANTOM ou NU-IMAGE) homologué pour le soja, un certain nombre de haricots comestibles différents, maïs Clearfield, canola Clearfield, pois de transformation, pois mange-tout et luzerne.

Les cultures-abris étudiées, plantées pendant l'automne, étaient le seigle d'automne, la vesce velue, le radis oléagineux et l'avoine d'automne. Les cultures-abris plantées au printemps étaient le blé de printemps, le sarrasin, le sorgho et herbe du Soudan et le ray-grass annuel. Rojas a constaté qu'après un an, l'effet des trois herbicides présentait des blessures telles qu'observées au cours d'une épreuve biologique à l'aide de la betterave sucrière. Plus particulièrement, avec l'imazéthapyr (PURSUIT), on a observé sur toutes les cultures de couverture des blessures d'herbicide visibles, le radis oléagineux et le sarrasin manifestant les blessures les plus importantes. L'imazéthapyr a même affecté la capacité du seigle d'automne et du seigle annuel et de la vesce velue d'améliorer l'agrégation du sol. En ce qui a trait au blé de printemps, on n'a observé que peu ou pas de blessure visible, mais une baisse de l'agrégation du sol dans les traitements avec INTEGRITY et imazéthapyr. Des trois combinaisons d'herbicides étudiées, INTEGRITY est celui dont les effets étaient les moins nocifs sur les cultures-abris, le seigle d'automne et le seigle annuel présentant le moins de blessures. Ces herbicides pourraient ne pas être dans votre rotation habituelle d'herbicides, mais il est important de tenir compte du report d'herbicides provenant des autres herbicides rémanents.

En sélectionnant votre culture-abri, assurez-vous de vérifier les étiquettes des herbicides rémanents que vous avez épandu cette année et l'année précédente, pour contrôler les intervalles de rotation. Voici quelques exemples d'herbicides rémanents utilisés en horticulture : le CHÂTEAU (flumioxazine), le GOAL 2XL (oxyfluorfêne), le SENCOR (métribuzine), le TREFLAN (trifulrualine), le SANDEA (halosulfuron) et le SINBAR (terbacile). On peut trouver les étiquettes sur Internet, si vous ne les avez plus en votre possession. Certains intervalles de rotation pourraient ne pas être exacts dans les années où il a fait exceptionnellement froid ou sec. Malheureusement, il se peut que l'étiquette ne mentionne pas la culture-abri souhaitée et, dans ce cas, il est recommandé d'effectuer une épreuve biologique ou un essai en laboratoire.

On peut mener une épreuve biologique à l'aide de la culture que vous voulez planter, sur le terrain ou encore à l'intérieur. Sur le terrain, vous pouvez planter quelques bandes de la culture dans un champ. Si possible, plantez une bande dans un sol qui n'a pas subi de pulvérisation d'herbicide rémanent au cours des deux dernières années, pour servir de bande témoin. Pour effectuer une épreuve à l'intérieur, vous pouvez recueillir des échantillons de sol de 15 à 20 endroits différents dans le champ et les mélanger et mettre la terre en pots pour y planter la culture désirée. Assurez-vous également de recueillir le sol séparément des tournières où il pourrait y avoir davantage d'herbicides, ainsi que le sol non exposé aux herbicides rémanents. Pour l'échantillonnage en champ ou à l'intérieur, laissez les plantes croître suffisamment pour pouvoir observer des blessures éventuelles. Vous pourriez observer un rabougrissement, des feuilles déformées ou une décoloration des feuilles inférieures.

En sachant quelles sont les cultures-abris qu'il est sécuritaire de planter après l'épandage d'un herbicide rémanent sur la culture précédente, vous pourrez tirer le meilleur parti de votre sol. Si vous avez d'autres questions sur les recherches menées par María Angélica Rojas, n'hésitez pas à communiquer avec elle à marojas@uoguelph.ca.

Figure 1 . Blessure résiduelle d'imazéthapyr sur une culture de crucifères.

Figure 1. Blessure résiduelle d'imazéthapyr sur une culture de crucifères.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca