Résistance des insecticides au lessivage par la pluie sur les cultures fruitières

Adaptation de Rainfast characteristics of insecticides on fruit for 2014, John Wise, Michigan State University Extension

Ce qui suit est une adaptation d'un article affiché le 10 juin 2014 par John Wise, Michigan State University Extension. Pour lire l'article au complet, voir Rainfastness characteristics of insecticides on fruit (en anglais seulement). Certains des produits cités dans le présent article peuvent ne pas être homologués au Canada. Pour trouver la liste complète des produits homologués, consulter votre fournisseur local ou la publication 360F, Guide de la culture fruitière 2014-2015.

Selon J. Wise, l'effet de la pluie sur le rendement d'un insecticide peut dépendre des facteurs suivants :

  1. La pénétration du produit dans les tissus végétaux améliore généralement sa résistance au lessivage par la pluie.
    • Les organophosphates ont un potentiel de pénétration limité, et on les considère donc principalement comme des produits de surface.
    • Les carbamates et les pyréthrinoïdes pénètrent dans la cuticule, ce qui les protège du lessivage.
    • Les spinosynes, les diamides, les avermectines et certains régulateurs de croissance des insectes (RCI) traversent facilement la cuticule et ont un mouvement translaminaire (du haut vers le bas) dans le tissu foliaire.
    • Les néonicotinoïdes sont des produits systémiques ou systémiques locaux qui ont un mouvement translaminaire et suivent le système vasculaire jusqu'au point végétatif des feuilles (mouvement acropète).
    • Pour ce qui est des produits systémiques ou à mouvement translaminaire, une partie de leur matière active pénètre et se propage dans le tissu végétal, mais il en reste toujours une partie qui se trouve à la surface ou liée à la cuticule cireuse et qui est ainsi exposée au lessivage.
  2. La persistance dans l'environnement et la toxicité inhérente à l'égard du ravageur visé peuvent compenser l'effet de lessivage, de sorte qu'il n'est pas nécessaire d'effectuer un nouveau traitement dans l'immédiat.
    • Les organophosphates sont très sensibles au lessivage, mais ils sont hautement toxiques pour la plupart des ravageurs visés, de sorte qu'on peut retarder le nouveau traitement.
    • Les carbamates et les RCI sont modérément sensibles au lessivage et ont une toxicité très variable pour les ravageurs visés.
    • Les néonicotinoïdes sont modérément sensibles à la pluie; les résidus qui ont pénétré à l'intérieur des tissus sont très résistants au lessivage et les résidus de surface moins.
    • Les spinosynes, les diamides, les avermectines et les pyréthrinoïdes sont modérément ou hautement résistants au lessivage.
  3. Le temps de séchage peut avoir une influence significative sur la résistance au lessivage, tout particulièrement lorsque la pénétration dans les tissus végétaux est importante. Par exemple, les néonicotinoïdes ont besoin d'un délai de 24 heures pour bien pénétrer dans la plante avant la prochaine pluie.
  4. Les adjuvants pour bouillie qui facilitent la rétention, la pénétration ou la dispersion de l'insecticide améliorent son rendement.

Les tableaux qui suivent ont été adaptés à partir des études de J. Wise; ils peuvent donner une indication générale de la résistance au lessivage et être utiles au processus global de prise de décision en matière de lutte contre les ravageurs.

À la lumière d'études de simulation de pluie combinant la résistance au lessivage et le rendement résiduel des insecticides après une présence prolongée sur les cultures, y compris des organophosphates (Imidan), des néonicotinoïdes (Calypso, Assail, Actara, Admire), des RCI (Rimon, Intrepid), des spinosynes (Delegate) et des diamides (Altacor), J. Wise recommande les prises de décision suivantes pour la répétition du traitement des pommiers, des vignes et des bleuets. Selon les cultures, un même insecticide aura une résistance variable au lessivage parce que les caractéristiques propres aux fruits et aux feuilles de chaque espèce végétale ont un effet sur son affinité de liaison et son potentiel de pénétration.

  • Un demi-pouce de pluie : À l'exception d'Imidan sur les bleuets, tous les résidus de produits après un jour peuvent résister à un demi-pouce de pluie. Cependant si les résidus sont présents depuis sept jours, il faudra effectuer un nouveau traitement immédiat dans le cas de l'Imidan (pommes, raisins, bleuets) et des néonicotinoïdes (raisins, bleuets), mais pas avec Calypso, Assail, Rimon, Delegate ou Altacor sur les pommes.
  • Un pouce de pluie : De façon générale, dans le cas de l'Imidan, des néonicotinoïdes et des RCI, on devra effectuer un nouveau traitement après un pouce de pluie alors que sur des pommes, Delegate et Altacor peuvent résister à un tel événement et ne doivent pas être appliqués de nouveau dans l'immédiat.
  • Deux pouces de pluie : Pour tous les insecticides, deux pouces de pluie suffiront à lessiver assez de produit pour qu'un nouveau traitement immédiat soit nécessaire.

À noter que l'étude en question ne couvrait pas tous les produits homologués pour les ravageurs choisis. Voir la publication 360F qui contient la liste complète des options en matière de lutte.

Tableau 1. Caract�ristiques g�n�rales des diverses classes chimiques d'insecticides
Classe d'insecticides Résistance à la pluie
≤ 0.5 pouce
Fruits
Résistance à la pluie
≤ 0.5 pouce
Feuilles
Résistance à la pluie
≤ 1 pouce
Fruits
Résistance à la pluie
≤ 1 pouce
Feuilles
Résistance à la pluie
≤ 2 pouces
Fruits
Résistance à la pluie
≤ 2 pouces
Feuilles
Carbamates (1A)
M
M/H
M
M
F
F
Organophosphates (1B)
F
M
F
M
F
F
Pyréthrinoïdes (3A)
M/H
M.H
M
M
F
F
Néonicotinoïdes (4A)
F,S
H,S
F,S
F,S
F,S
F,S
Spinosynes (5)
H
H
H
M
M
F
Avermectines (6)
F,S
H,S
F,S
F,S
F
F
RCI (15 et 18)
M
M/H
M
M
Diamides (28)
H
H
H
M
M
F

H - Hautement résistant au lessivage (lessivage de ≤ 30 % du résidu), M - modérément résistant (lessivage de ≤ 50 % du résidu), F - faiblement résistant (lessivage de ≤ 70 % du résidu), S - produit systémique, les résidus restent dans le tissu végétal.

Tableau 2. Persistance, p�n�tration dans les tissus v�g�taux et cote de r�sistance au lessivage
Classe d'insecticides Persistence Pénétration Cote de résistance au lessivage
Carbamates (1A)
Courte
Cuticule
Modérée
Organophosphates (1B)
Moyenne-longue
Surface
Faible
Pyréthrinoïdes (3A)
Courte
Cuticule
Modérée-élevée
Néonicotinoïdes (4A)
Moyenne
Translaminaire, acropète
Modérée
Spinosynes (5)
Courte-moyenne
Translaminaire
Modérée-élevée
Avermectines (6)
Moyenne
Translaminaire
Modérée
RCI (15 et 18)
Moyenne-longue
Translaminaire
Modérée
Diamides (28)
Moyenne-longue
Translaminaire
Modérée-élevée

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424 1300
Courriel :ag.info.omafra@ontario.ca