Adam Hayes et moi-même avons fait une sorte de recensement des vers de terre l'an dernier sur nos parcelles plantées en cultures-abris établies après la récolte du blé. Il s'agit de parcelles portant de simples mélanges de cultures-abris comme l'orge, le radis et le trèfle incarnat. Nous avons comparé le nombre de vers de terre entre parcelles en cultures abris et les autres parcelles. Le résultat variait d'une parcelle à l'autre, mais il y avait toujours plus de vers de terre dans les parcelles mises en cultures-abris.

Retour a Les lombrics peuvent sauver le monde