Solutions de rechange au Telone: Résultats de la recherche sur le ginseng

La perte du fumigant type de l'industrie, le Telone C-17 (PDC+Chloro) en 2011 a laissé les producteurs dans l'incertitude à savoir quelle serait l'efficacité des solutions de rechange pour la répression des nématodes du sol et des champignons dans la culture du ginseng. En 2010, un essai a été tenté dans un champ de culture commerciale de ginseng afin de comparer les fumigants de remplacement du PDC+Chloro, à savoir le métam-sodium (comme le Busan 1236) et la chloropicrine (comme le Pic-Plus). Les fumigants ont été appliqués dans des conditions idéales selon l'étiquette. Notamment, on a procédé à une irrigation d'avance pour garantir une bonne humidité du sol, pour ensuite faire un roulage ou compactage immédiatement derrière le fumigateur, et une légère irrigation par la suite pour garantir un bon scellement de la surface de sol. Cet essai a eu lieu avant qu'on exige le bâchage pour la chloropicrine, ce qui est désormais obligatoire pour tous les épandages à la volée.

L'évaluation des semis menée à la fin de la saison de croissance 2011 a permis de constater des dommages considérables dus aux nématodes des racines (Pratylenchus penetrans). Les nématodes ont provoqué des constrictions le long de la racine pivotante comportant des lignes verticales de couleur rouille (Figure 1). Les parcelles traitées au métam-sodium étaient à l'époque celles qui avaient subi le moins de dommages dus aux nématodes des racines, tandis que la chloropicrine et le PDC+Chloro ont permis une répression intermédiaire, considérablement plus élevée que sur les parcelles non fumigées, mais moins que dans celles traitées au métam-sodium. Par conséquent, le rendement total des racines des semis a été également maximisé par le métam-sodium.

Figure 1. Étranglements d'une racine de semis de ginseng causés par un nématode des racines.

Figure 1. Étranglements d'une racine de semis de ginseng causés par un nématode des racines.

Nous donnons au Tableau 1 les résultats finaux de rendement pour les fruits et les racines à la fin de la saison de croissance 2013. En raison d'une forte variabilité dans la parcelle, nous n'avons relevé que peu de différences statistiquement significatives entre les traitements. Le rendement commercialisable était constant peu importe le fumigant utilisé. Malgré des rendements numériquement plus élevés que dans la parcelle témoin non fumigée, aucune différence statistiquement significative n'a été relevée. Les résultats ont été analogues concernant le rendement total des racines, le rendement en fruits et le poids par racine. Nous avons constaté qu'une proportion plus élevée de racines était en forme de crayon dans les parcelles traitées au métam-sodium (Tableau 1), probablement parce que les nématodes ont causé moins de dommages dans l'année d'ensemencement.

Tableau 1. Effet de la fumigation sur le rendement total en fruits et en fruits rouges (mûrs), le rendement racinaire total et commercialisable, le poids par racine et le pourcentage de racines en forme de crayon à la récolte finale en août 2013.
Fumigant Rendement total en fruits (kg/ha) Rendement en fruits rouges (mûrs) (kg/ha) Rendement racinaire total (kg/ha) Rendement en racines commercialisables (kg/ha) Poids par racine (g) Pourcentage en forme de crayon
aucun 570NSy 430NS 5590NS 4770NS 6.8NS 12 ay
PDC+Chloroz 660 470 9730 7520 8.7 21 ab
métam-sodium 890 710 8580 7410 8.6 29 b
chloropicrine 1120 870 8460 7440 9.0 18 a

z 1,3 dichloropropène + chloropicrine.
y Les nombres d'une colonne suivis de la même lettre ne sont pas significativement différents. NS = non significatif.

Les dommages dus au nématode des racines identifiés au cours de l'année d'ensemencement sont encore présents sur les racines. Par contre, il ne semblait pas y avoir eu d'autres dommages subséquents, ce qui laisse penser que le nématode des racines n'endommage peut-être les racines que dans l'année d'ensemencement, lorsqu'il n'a pas d'autre hôte dans le champ. La croissance des racines s'est faite à l'extérieur des étranglements, ne laissant que des lignes verticales de couleur rouille s'allongeant au fil de la croissance des racines (Figure 2). D'autres symptômes de rousselure étaient également présents sur la racine, probablement dus à des champignons pathogènes. Le Fusarium a été le principal champignon isolé sur les racines portant des symptômes de rousselure et les recherches antérieures ont permis de lui attribuer l'origine de ces rousselures. Ce dommage était plus marqué dans un secteur du champ où les dommages causés par le nématode des racines dans l'année d'ensemencement étaient moins graves. D'après les observations faites à divers endroits de la parcelle d'essai, le métam-sodium permettait un meilleur rendement dans les secteurs où les dommages du nématode des racines étaient plus marqués, tandis que la chloropicrine et le PDC+Chloro donnaient un meilleur rendement dans les zones où l'atteinte fongique était plus prononcée. Cela laisse conclure que les deux fumigants de remplacement ont des effets différents sur les deux principaux types de pathogènes, mais il faut pousser davantage la recherche.

Figure 2. La troisième année, les étranglements constatés antérieurement ne sont plus présents, mais il reste des lignes verticales de couleur rouille juste sous la couronne ou sur les fourches des racines (partie inférieure).

Figure 2. La troisième année, les étranglements constatés antérieurement ne sont plus présents, mais il reste des lignes verticales de couleur rouille juste sous la couronne ou sur les fourches des racines (partie inférieure).

D'après les résultats de l'étude, les fumigants de remplacement peuvent permettre une répression des pathogènes du sol et des nématodes comparable à celle du PDC+Chloro, moyennant un épandage approprié avec une bonne humidité du sol et un bon scellement de la surface. Par contre, le choix du produit de remplacement peut dépendre des pathogènes présents dans le sol au moment de la fumigation. Nous poursuivons d'autres recherches sur les biofumigants et les effets du bâchage sur l'efficacité des fumigants.

Le financement du projet vient d'une subvention du Programme d'innovation agricole accordé à l'Association des producteurs de ginseng de l'Ontario. Il s'agit d'un effort de collaboration entre Sean Westerveld et Melanie Filotas, du MAAO et MAR, de Carl Atkinson, de C&R Atkinson Farms Ltd., et de Catarina Saude, de l'Université de Guelph.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca