Producteurs de fines herbes : Gare au mildiou du basilic

Nous avons reçu de nombreux signalement du mildiou du basilic dans le Nord-Est des États-Unis, notamment le Rhode Island, le Maine, le New Jersey et l'État de New York. Même si aucun signalement n'a encore été confirmé en Ontario, les producteurs de fines herbes devraient soigneusement inspecter leurs champs pour dépister cette maladie, car, portés par le vent, les spores du mildiou du basilic peuvent se propager à grande distance. Le temps pluvieux récent favorise le développement de nombre de maladies, y compris le mildiou.

Le mildiou est une maladie relative récente en Amérique du Nord, dans les plantations de basilic en serre ou en champ, et la cause principale est le champignon aquatique Peronospora elbahrii. Parmi les symptômes initiaux, mentionnons une chlorose générale des feuilles (Figure 1) et un arrêt de croissance. Superficiellement, les symptômes peuvent laisser penser à un problème nutritionnel; toutefois, les plantes infectées par le mildiou du basilic ont une sporulation caractéristique du champignon sur la face inférieure de la feuille (Figure 2). De plus, la chlorose ou le jaunissement de la feuille infectée se borne au départ aux parties foliaires limitées par les veinules, tandis que le trouble nutritionnel affecterait habituellement la totalité de la feuille. Vérifiez sous les feuilles s'il y a production de spores gris pourpre qui peuvent, à première vue, semblent être des excroissances granulaires pelucheuses.

Figure 1 - Surface supérieure de la feuille de basilic affectée par le mildiou. À noter le jaunissement entre les veines de la feuille.

Figure 1 - Surface supérieure de la feuille de basilic affectée par le mildiou. À noter le jaunissement entre les veines de la feuille.

Figure 2 - Spores de mildiou gris pourpre sur la face intérieure de feuilles de basilic infectées.

Figure 2 - Spores de mildiou gris pourpre sur la face intérieure de feuilles de basilic infectées.

Le Ranman 400 SC ou le Torrent 400 SC, qui sont des cyazofamides, ainsi que les produits à base d'acide phosphorique Confine Extra et Winfield Phosphite Extra, sont maintenant homologués pour la répression du mildiou dans les systèmes classiques de gestion des ravageurs. Reportez-vous aux étiquettes des produits pour des précisions sur l'épandage et la gestion de la résistance. Il n'y a actuellement au Canada aucun produit antiparasitaire homologué acceptable en culture biologique pour la répression du mildiou du basilic et les recherches effectuées à l'Université de Guelph laissent penser que nombre de fongicides biologiques ne permettent pas de réduire de façon appréciable la gravité de cette maladie.

Il existe plusieurs stratégies de gestion culturale qui peuvent réduire ou retarder le développement du mildiou du basilic, notamment :

  • plantation en site ouvert, exposé aux grands prévalents, ce qui peut parfois retarder l'installation de la maladie;
  • plus grand espacement des plantes, pour favoriser la circulation de l'air autour des plantes, pourvu qu'il y ait contrôle des mauvaises herbes entre les plants;
  • évitez l'irrigation par le dessus, particulièrement après la mi-juillet;
  • évitez la collecte des graines dans les champs de basilic où il y a eu du mildiou;
  • toutes les variétés de basilic, d'après les constatations, sont vulnérables au mildiou du basilic mais, dans les essais menés à l'Université de Guelph, on a constaté des niveaux moindres d'infection sur certaines variétés. Sous une forte pression pathologique, la variété « Medinnette » a été moins touchée par l'infection que les autres variétés, tout comme la variété « Purple Ruffles ». Toutes les variétés de basilic de type genois mises à l'essai étaient très vulnérables à la maladie;
  • les basilics de type assaisonnement sont les seules variétés qui n'ont pas développé de symptômes dans les essais menés en Ontario, mais leurs propriétés culinaires sont très différentes des variétés de basilic romain et ne seront probablement des solutions de rechange acceptables pour la plupart des producteurs;
  • envisagez de récolter le basilic peu après l'observation de symptômes de mildiou, car il est probable qu'en moins de quelques semaines, la récolte ne sera plus commercialisable. Toutefois, n'oubliez pas qu'il peut falloir une semaine avant que les symptômes soient visibles, de sorte que des feuilles apparemment saines lors de la récolte peuvent développer des symptômes par la suite. Cela ne devrait pas poser problème dans le cas du basilic séché, tant que le séchage intervient le plus rapidement possible après la récolte.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca