Recherches en cours sur la lutte contre les nématodes dans les cultures de ginseng et de fraise

Ce printemps, nous avons lancé un projet financé par l'Ontario Ginseng Growers Association (OGGA) dans le cadre du Programme canadien d'adaptation agricole (PCAA), avec l'appui de l'Ontario Berry Growers Association (OBGA). Ce projet porte sur l'usage des fumigants classiques et de produits plus modernes dans la lutte contre les nématodes qui parasitent les plantes.

Deux exploitations commerciales de ginseng participent aux essais. La première tente de replanter du ginseng, alors que la seconde entreprend cette culture sur un sol neuf. Des échantillons de nématodes ont été prélevés avant le moindre traitement. Le site où il y a eu replantation ne présentait presque aucun nématode nuisible et les nématodes étaient peu nombreux au deuxième site. Le sol a été échantillonné de nouveau, mais cette fois, pour analyser la population totale de nématodes (ceux parasitant les plantes aussi bien que les autres). Ensuite, une partie des parcelles a été traitée avec de la chloropicrine, de la farine de moutarde, de l'isothiocyanate d'allyle ou du métham-sodium (et recouvertes ou pas d''une bâche). On surveillera la population de nématodes périodiquement tout au long de l'été. Sur la figure 1, on voit le nouveau champ de ginseng et les bâches tendues sur quelques parcelles.

Sur la figure 1, on voit le nouveau champ de ginseng et les bâches tendues sur quelques parcelles.

Figure 1

On a aussi aménagé une parcelle de fraisiers et prélevé des échantillons du sol pour déterminer la population de nématodes avant de procéder à un traitement quelconque. La figure 2 montre la répartition des nématodes causant des lésions aux racines dans la parcelle et comment leur population varie considérablement d'un lieu à l'autre. On en conclut qu'il est important de recueillir des échantillons à maints endroits pour évaluer correctement la population de nématodes dans le sol.

La figure 2 montre la répartition des nématodes causant des lésions aux racines dans la parcelle et comment leur population varie considérablement d'un lieu à l'autre.

Figure 2

Des parties de la fraiseraie ont été traitées avec du fluensulfone avant la plantation, avec de l'abamectine (une ou deux applications) après la plantation ou avec du spirotetramat après la plantation (une ou deux applications). Nous surveillerons la population de nématodes et la vigueur des plants durant l'été. D'autres résultats sur ces essais seront publiés dès qu'ils seront disponibles.

 


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca