Le graphique 1 illustre la distance éventuelle qu'une gouttelette peut physiquement parcourir sous l'effet du vent. Pour tous les scénarios analysés, l'humidité relative est de 40 %, la température de 20 degrés Celsius et la pression de pulvérisation de quarante livres par pouce carré. Dans le premier scénario, une gouttelette de 200 µm de diamètre pulvérisée à 0,5 m du sol ne parcourt pas plus d'un quart de mètre, même lorsque le vent souffle à une vitesse de 15 km/h. Dans le deuxième scénario, une gouttelette du même calibre pulvérisée à un mètre du sol peut parcourir jusqu'à trois mètres, lorsque le vent souffle à une vitesse de 15 km/h. Dans le troisième scénario, une gouttelette de 100 µm de diamètre pulvérisée à 0,5 m du sol parcourt une distance considérablement plus élevée : près de six mètres, lorsque le vent souffle à une vitesse de 15 km/h. Dans le quatrième scénario, une gouttelette du même calibre pulvérisée à un mètre du sol peut parcourir jusqu'à seize mètres, lorsque le vent souffle à une vitesse de 15 km/h. Dans chacun des scénarios, nous constatons une relation directe entre la distance parcourue par la gouttelette et la vitesse du vent apparente.


Retour à Quels facteurs réduisent la dérive des pesticides?