Fertilisation des nouveaux vergers de pommiers

On devrait encourager une croissance vigoureuse des jeunes pommiers au cours de leurs premières années afin qu'ils atteignent rapidement la taille souhaitée, soit habituellement 10 pieds ou 3,5 mètres. Deux buts sont recherchés : établir la dominance de la pousse apicale (qui contrôle la croissance à travers tout l'arbre) et favoriser la croissance de branches latérales fructifères ou de branches maîtresses courtes qui produiront de grandes quantités de fruits. Il y a trois moments pour fournir la fertilité nécessaire aux jeunes pommiers : l'année de la pré-plantation, le moment de la plantation et éventuellement celui de l'alimentation foliaire.

Année de la pré-plantation :

C'est le meilleur moment pour bien incorporer au sol matière organique, phosphore, potassium et chaux, des matières nécessaires pour optimiser la productivité des vergers, qui ne se déplacent pas rapidement dans le sol.

  • pH du sol : faire analyser le sol une année avant la plantation des pommiers, ou deux ans avant si l'on pense devoir corriger le pH. Le pH d'un sol est une mesure de son acidité. Il influence l'absorption des éléments nutritifs et le rendement des cultures. Si le rapport d'analyse du sol recommande un apport de chaux dans le but d'élever le pH du sol, faire cet apport à la dose recommandée, avant les plantations. Pour des précisions sur les doses et les types de chaux à utiliser, se reporter à Acidité du sol et chaulage, de la publication 360.
  • Fumier : il est préférable d'épandre le fumier et de l'incorporer au sol l'année avant la plantation; il fournira des matières organiques et une source nutritive. Ne pas oublier de réduire les épandages de N, P et K (voir le tableau 3 11, Valeurs de remplacement moyennes en fertilisant de différents types de fumier de la publication 360). Ne pas appliquer le fumier directement dans le trou ou la tranchée de plantation.
  • P, K, Mg et Ca : les concentrations adéquates d'éléments nutritifs dans le sol indiquées par les analyses sont de 12 à 20 ppm pour le phosphore, de 120 à 150 ppm pour le potassium, de 100 à 250 ppm pour le magnésium et de 1 000 à 5 000 ppm pour le calcium. Voir le tableau 4 2, Besoins du sol en phosphore et en potassium avant la plantation de pommiers, pour connaître les doses d'engrais à incorporer avant la plantation. Pour les corrections à long terme des carences en magnésium, on doit faire des épandages de magnésium au sol, mais la réaction est rarement immédiate. Sur certains types de sol, un épandage unique de magnésium au sol réalisé au printemps n'est pas suffisant; un deuxième ou un troisième épandage le printemps suivant peut être nécessaire. Utiliser de la chaux dolomitique pour fournir du magnésium et élever le pH des sols acides. Dans les endroits qui ne requièrent pas de la chaux, épandre du sulfate de potasse et de magnésie (p. ex. Sul-po-mag, qui contient 21 % de potasse et 11 % de magnésium) selon la dose nécessaire pour vos besoins en potasse. Le meilleur endroit où l'épandre est sur une bande à l'aplomb des branches les plus longues. La plupart des sols contiennent des niveaux élevés de calcium, mais les arbres ont parfois des difficultés à y accéder, et il peut être nécessaire d'effectuer des pulvérisations foliaires de calcium lorsque l'arbre donne une récolte.
Tiré du tableau 4 2. Besoins du sol en phosphore et en potassium avant la plantation de pommiers (Nouvelles plantations*)
Phosphore du sol Potassium du sol
Analyse du sol
(ppm de P)
Besoins en phosphate (P2O5)
(kg/ha)
Analyse du sol
(ppm de K)
Besoins en potasse (K2O)
(kg/ha)
0-3
80 EÉ
0-15
180 EÉ
4-5
60 EÉ
16-30
170 EÉ
6-7
50 EÉ
31-45
160 EÉ
8-9
40 EM
46-60
140 EÉ
10-12
20 EM
61-80
110 EÉ
13-15
0 EF
81-100
70 EM
16-20
0 EF
101-120
40 EM
21-25
0 ETF
121-150
20 EM
26-30
0 ETF
151-180
0 EF
31-40
0 ETF
181-210
0 EF
41-50
0 ETF
211-250
0 ETF
51-60
0 ETF
250 +
0 EN
61-80
0 EN
80 +
0 EN

* Pour les plantations établies de pommiers, se fier à l'analyse foliaire pour estimer les besoins en azote, en phosphore et en potassium.

Les cotes d'efficacité EÉ (efficacité élevée), EM (efficacité moyenne), EF (efficacité faible), ETF (efficacité très faible) et EN (efficacité nulle) indiquent la probabilité que l'apport de l'élément nutritif présente un avantage économique.

Moment de la plantation :

Se rappeler que votre but est d'encourager le plus possible la croissance d'à la fois les racines et la pousse apicale pour établir rapidement l'arbre et l'aire fructifère.

  • Engrais de démarrage : les arbres venant d'être plantés doivent être bien trempés immédiatement après la plantation afin qu'il y ait un bon contact entre les racines et le sol. Utiliser de l'eau seulement au moment de la plantation pour éviter que les racines soient brûlées. Lors de chacun des arrosages suivants, il peut être utile d'ajouter une faible dose d'un engrais de démarrage soluble dans l'eau, telle que 1 kg par 1 000 L de 10 52 10 ou de 20 20 20.
  • Azote (N) : avant que les jeunes arbres produisent leurs premiers fruits, un épandage annuel au début du printemps d'azote est habituellement nécessaire. On utilise souvent de l'azote d'ammonium (qui contient 34 % d'azote élémentaire). Lors de la troisième année, vous devriez faire des analyses foliaires pour déterminer la dose d'azote à appliquer, et la nouvelle croissance devrait être d'au moins 8 à 12 pouces par an. Voici quelques doses suggérées pour les vergers dans lesquels du gazon est planté entre les rangs :
    Année 1 - 30 g d'azote élémentaire par arbre
    Année 2 - 60 g d'azote élémentaire par arbre
    Année 3 - 90 g d'azote élémentaire par arbre
    Année 4 - 120 g d'azote élémentaire par arbre
    Année 5 - 150 g d'azote élémentaire par arbre
    Ne pas dépasser 200 kg d'azote élémentaire par ha par saison quel que soit le nombre d'arbres par ha. Réduire ces quantités de moitié si le gazon du verger n'a pas encore été planté.
    Des concentrations trop élevées d'azote peuvent causer une croissance excessive et un aoûtement incomplet des arbres. On recommande fortement de semer des plantes couvre-sol entre les arbres pour ralentir la croissance en fin de saison dans les vergers sarclés, en particulier s'ils sont jeunes. Les plantes couvre-sol comme le raygrass d'Italie, semées vers le 1er juillet, puisent dans le sol une bonne partie de l'azote assimilable et, de ce fait, présentent l'avantage de freiner la croissance des arbres.
    L'établissement de gazon entre les rangées évitera aussi une croissance excessive et favorisera l'aoûtement des arbres. Le début du printemps ou la fin de l'été sont les meilleurs moments pour planter de l'herbe, et un mélange d'espèces de gazon telles que la fétuque rouge traçante, l'ivraie vivace et la fétuque élevée est recommandé.
  • Potassium (K) : un épandage annuel de potassium au début du printemps est aussi habituellement nécessaire. Du chlorure de potassium (contenant 60 % de K20) est souvent utilisé. En règle générale, 80 g de chlorure de potassium par 2,5 cm de diamètre de tronc est recommandé. Éviter tout épandage excessif de potassium car cela peut entraîner des carences en calcium et en magnésium. Lors de l'année 3, vous devriez être capable d'utiliser les résultats d'une analyse foliaire pour déterminer la dose de potassium à appliquer. Voici des doses suggérées avec lesquelles vous pouvez commencer :
    Diamètre de tronc de 2,5 cm - 80 g de chlorure de potassium par arbre
    Diamètre de tronc de 5,0 cm - 160 g de chlorure de potassium par arbre
    Diamètre de tronc de 7,5 cm - 240 g de chlorure de potassium par arbre
    Diamètre de tronc de 10,0 cm - 320 g de chlorure de potassium par arbre
    Ne pas dépasser 800 kg de 0 0 60 par ha par saison quel que soit le nombre d'arbre par ha.
  • Localisation : Dans le cas des jeunes arbres, épandre le fertilisant à la volée sous la couronne des arbres, mais pas à moins de 15 cm du tronc, sous peine d'endommager l'arbre. Ne pas épandre du fumier autour des arbres venant d'être plantés sous peine de les endommager durant l'hiver.

Pulvérisation foliaire :

Des pulvérisations foliaires d'urée (46 % d'azote) ont été utilisées avec succès sur des pommiers lorsque ceux-ci ont un besoin accru d'azote à un moment critique à cause des conditions des cultures ou de la météo.

Sur les pommiers, ne pas utiliser plus de 2,7 kg de N/1 000 L d'eau (6 kg d'urée) et pulvériser au moins 2 000 L/ha, en commençant 7 à 10 jours après la chute des pétales. Ne pas faire plus de trois traitements, espacés d'environ 10 jours. Ne pas faire de traitement foliaire après la fin de juillet, car la survie hivernale pourrait en souffrir.

Oligo-éléments :

Les carences en oligo-éléments (éléments indispensables en quantités infimes) ne sont pas très fréquentes dans les vergers de pommiers de l'Ontario. La carence la plus commune est sans doute celle du bore, bien que certaines carences en zinc, en manganèse et en fer puissent aussi se manifester à l'occasion, surtout dans les sols alcalins (sols à pH élevé).

La variation acceptable des concentrations en oligo-éléments n'est pas très grande. Les excès sont plus dommageables que les carences. C'est pourquoi il ne faut pas donner d'oligo-éléments aux pommiers tant que la carence n'a pas été confirmée par une analyse foliaire ou que les symptômes ne sont pas flagrants. En d'autres mots, il faut se borner à corriger la carence confirmée en apportant la dose recommandée. Pour plus d'information sur les oligo-éléments pour les pommiers, voir Oligo-éléments, à la Publication 360.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca