Pourquoi les herbicides échouent-ils?

Plusieurs facteurs peuvent contribuer à la présence de mauvaises herbes après une application d'herbicides. Parmi ces facteurs généraux mentionnons :

  • les antécédents du champ;
  • la biologie des mauvaises herbes;
  • l'environnement;
  • les problèmes d'épandage;
  • les pratiques culturales;
  • la résistance aux herbicides.

Les antécédents du champ

Il est primordial d'examiner tous les autres facteurs qui peuvent affecter le rendement des herbicides avant de soupçonner de la résistance. Par le passé les pratiques de lutte culturale, chimique et mécanique contre les mauvaises herbes ont toutes influé sur les populations de mauvaises herbes actuelles. Ces pratiques peuvent aussi fournir des pistes sur la possibilité que certaines populations de mauvaises herbes seraient devenues résistantes. Parmi les éléments importants à considérer, notons :

  • certains mécanismes d'action des herbicides utilisés dans une rotation;
  • le nombre et le type de cultures dans la rotation;
  • l'usage de pratiques de lutte mécaniques et culturales;
  • la présence d'espèces de mauvaises herbes, y compris leur densité et leur distribution, avec le temps.

La probabilité que des populations de mauvaises herbes résistantes aux herbicides évoluent augmente en présence d'une diversité réduite des pratiques de lutte. C'est ce qui peut se produire si on réduit le nombre de mécanismes d'action des herbicides, avec ou sans des réductions concurrentes dans l'usage d'options de lutte culturale et mécanique. En tenant des dossiers sur les populations de mauvaises herbes, y compris leur densité et leur distribution, vous serez en mesure d'observer les changements importants qui peuvent être en cours au champ, puis de modifier en conséquence les stratégies de lutte dans l'avenir.

Biologie des mauvaises herbes

La biologie des mauvaises herbes peut aussi influer sur leur présence. Quand vous effectuez le dépistage, demandez-vous si les mauvaises herbes ont pu pousser avant l'application d'un produit radiculaire ou après l'application d'un produit foliaire de post levée. Ces deux scénarios signifient que les mauvaises herbes ont échappé à l'application de l'herbicide. Les mauvaises herbes provenant de semences plus grosses et leurs semences qui étaient plus profondément enfouies dans le sol n'ont peut-être pas été exposées à l'herbicide, parce qu'elles étaient placées sous la couche traitée. Si les plants sont trop gros ou qu'ils sont plus vieux ou endurcis, peut-être que l'herbicide n'aura pas de prise sur eux.

Environnement

L'environnement peut influer sur le rendement des herbicides, ainsi que sur la croissance et le développement des mauvaises herbes. Quand vous évaluez la présence de mauvaises herbes après l'épandage d'herbicides, considérez la présence des facteurs suivants :

  • la présence ou l'absence d'humidité du sol avant et après l'épandage d'herbicides peut influer à la fois sur les herbicides radiculaires et les herbicides foliaires de post levée;
  • les résidus de plants à la surface du sol peuvent interagir avec un herbicide radiculaire;
  • la pluie peu après l'application d'un herbicide foliaire de post levée peut limiter le passage de l'herbicide au travers de la cuticule de la feuille et sa pénétration dans le plant;
  • les caractéristiques du sol (pH, texture, ou matière organique) peuvent influer sur le rendement des herbicides radiculaires.

Tous ces facteurs peuvent limiter l'efficacité des herbicides.

Les mauvaises herbes sont aussi influencées par l'environnement. Le traitement avec un herbicide foliaire de post levée peut ne pas avoir l'effet désiré sur les mauvaises herbes qui ont subi un stress environnemental avant ou après l'épandage de l'herbicide.

Problèmes lors de l'épandage

Les problèmes lors de l'épandage de l'herbicide peuvent en réduire le rendement et au contraire favoriser la présence des mauvaises herbes. Il est donc très important de noter les incidents lors de l'application d'un herbicide, car ces problèmes peuvent être liés à des symptômes comme la résistance des mauvaises herbes aux herbicides, ou encore être confondus avec certains de ces symptômes, surtout dans le cas des mauvaises herbes qui ont une faible résistance aux herbicides.

Ces problèmes peuvent être reliés au matériel, au choix des herbicides et des produits, aux doses d'herbicides ou à l'incorporation des herbicides et aux conditions du sol.

L'usage de doses plus faibles que celles recommandées a été associé à des changements dans les populations de mauvaises herbes qui sont plus difficiles à combattre, y compris dans celles qui sont résistantes aux herbicides.

Les feuilles des plants qui sont recouvertes de poussières ou de terre lors de l'application d'un herbicide foliaire de post levée, et une mauvaise couverture de pulvérisation, entraînent dans chaque cas des problèmes de maîtrise en empêchant un assez bon contact des mauvaises herbes avec l'herbicide pour qu'elles soient éradiquées.

Pratiques de lutte culturale

Les pratiques de lutte culturale sont un important facteur à considérer comme cause principale de la présence des mauvaises après une application d'herbicide. La culture choisie pour un champ donné et les pratiques utilisées pour cultiver peuvent grandement influer sur l'efficacité des programmes de lutte culturale contre les mauvaises herbes.

La durée de l'activité résiduelle des pesticides radiculaires est généralement adéquate dans une culture plantée en rangs étroits mais pourrait ne pas suffire pour la culture en rangs plus écartés. Un espacement plus grand des rangs donne un couvert qui se referme plus lentement comparé à des rangs moins espacés. Les mauvaises herbes peuvent en mi saison germer entre des rangs plus espacés et pousser après que l'herbicide radiculaire ait perdu de son efficacité.

Voici ce que vous pourriez constater au champ et qui ne serait vraisemblablement pas relié à la résistance aux herbicides :

  • la présence d'espèces multiples de mauvaises herbes;
  • une réaction uniforme de plants individuels au sein d'une population;
  • un profil spatial des plants qui restent au champ pouvant être corrélé avec l'épandage de l'herbicide, comme des sauts du pulvérisateur.

En général, quand on observe ces conditions, la conclusion initiale est que l'échec de rendement de l'herbicide n'est pas lié à la résistance aux herbicides. Il existe cependant des exceptions.

Des changements dans les populations de mauvaises herbes sont une autre situation au champ où vous pourriez constater la présence de mauvaises herbes, mais cette présence ne serait pas liée à la résistance. Ces changements dans les populations de mauvaises herbes ont surtout été constatés lors de l'usage répété d'un herbicide, et où une certaine espèce devient dominante à cause d'un choix de produit pour lutter contre des espèces qui sont tolérantes à cet herbicide. Ces populations ne sont pas résistantes.

Les herbicides peuvent causer des changements dans les populations de mauvaises herbes quand on utilise un herbicide auquel l'espèce devient tolérante, que l'on utilise des doses plus faibles que celles recommandées, ou que l'on fait usage d'herbicides de post levée quand les mauvaises herbes sont trop grosses pour une maîtrise uniforme et efficace. Un faible rendement à cause de changements dans les populations de mauvaises herbes peut être corrigé en utilisant l'herbicide approprié à la dose recommandée sur l'étiquette, au moment optimal.

Lors de l'observation des mauvaises herbes au champ, certaines tendances peuvent indiquer la présence de mauvaises herbes résistantes aux herbicides et nécessiter plus de recherches :

  • on note la présence d'une seule espèce de mauvaise herbe pour laquelle l'herbicide est homologué; toutes les autres espèces indiquées sur l'étiquette du produit ont été éradiquées. Cette observation s'applique tant pour les herbicides radiculaires que pour les produits foliaires de post levée;
  • la réaction des mauvaises herbes individuelles qui ont survécu varie de peu à pas de blessure jusqu'à la mort;
  • le profil spatial des mauvaises herbes survivantes est clairsemé ou comprend des plants multiples dans une zone.

La réaction des plants individuels au sein d'une population de mauvaises herbes est d'ordinaire différente s'il s'agit d'un niveau élevé ou d'un faible niveau de résistance à l'herbicide, surtout si l'observation est effectuée tôt au début de l'évolution de la population. Dans le cas d'une résistance à un niveau élevé, les plants sont morts (sensibles) ou non touchés (résistants) et quelques-uns ont eu des réactions intermédiaires. Des plants sensibles peuvent être présents dans la population. Dans le cas d'une faible résistance, on a le spectre complet de réactions des plants, de légèrement blessés à presque morts, avec la majorité des plants montrant une réaction intermédiaire à l'herbicide. Des plants sensibles seront présents dans la population, surtout quand la résistance est déterminée tôt. La figure 1 montre un plant cerclé de blanc qui est mort, un plant en jaune qui semble normal, mais il est rabougri comparé à un plant non traité, et les plants en bleu qui ont une réaction intermédiaire. Les plants qui ne sont pas morts vont survivre et peuvent se reproduire avant la fin de la saison de culture.

Dans les premières années d'évolution de la résistance à l'herbicide, les mauvaises herbes résistantes peuvent être clairsemées individuellement dans le champ, ou présentes en de petites zones de mauvaises herbes, ou des plants parsemés ou des plants plus nombreux. Les années suivantes, après que la population de mauvaises herbes résistantes ait augmenté, il y a présence de zones de mauvaises herbes petites, moyennes et plus vastes et plus denses.

Quand seuls quelques plants de mauvaises herbes survivent à un épandage d'herbicide, et pendant les premières années de la résistance à l'herbicide, vous pouvez les enlever à la main et modifier vos stratégies de lutte en conséquence pour l'avenir. Il n'est jamais avantageux d'attendre la présence de plusieurs zones plus denses de mauvaises herbes évoluer les années suivantes, car elles sont responsables de pertes de profit en réduisant les rendements et en augmentant les coûts des intrants.

Références

http://wssa.net/weed/resistance/

Cette information est tirée en grande partie directement du module 4 de formation du WSSA intitulé Scouting after a Herbicide Application and Confirming Herbicide Resistance.

Le plant cerclé de blanc est mort, ceux en bleu ont une réaction intermédiaire et celui en jaune semble réagir normalement mais est un peu rabougri.

Figure 1. Le plant cerclé de blanc est mort, ceux en bleu ont une réaction intermédiaire et celui en jaune semble réagir normalement mais est un peu rabougri.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca