Du lait pour lutter contre les maladies virales

Il n'existe pas de produits chimiques disponibles pour lutter contre les maladies virales qui s'attaquent aux plantes. On a souvent recommandé par contre de pulvériser les jeunes pousses avec du lait ou de les immerger dans du lait pour réduire les infections virales. Plusieurs études qui remontent à quelques décennies (années 1940 et 1950) avaient démontré que le lait était efficace pour réduire les infections attribuables au virus de la mosaïque du tabac (VMT) dans les poivrons, les tomates et le tabac. Des recherches effectuées sur des tomates de champ au Mississippi vers la fin des années 1950 suggèrent que le fait de se tremper les doigts dans du lait avant de manipuler les jeunes pousses infectées réduisait la fréquence du VMT de plus de 50 % à 0 % dans le poivron et de 90 % à 15 % dans la tomate. Bien que la majorité de ces études portaient sur le VMT, il est possible de réduire, à des degrés divers, les infections causées par d'autres virus, dont le virus de la mosaïque du poivron (PMMV), le virus de la mosaïque du concombre (CMV), le virus de la mosaïque du haricot (BMV) et le virus de la tache annulaire du tabac (TRSV).

Mode d'action

Des travaux antérieurs ont soulevé plusieurs hypothèses sur le mode d'action du lait à cet égard. Dans les années 1930, un chercheur avait suggéré que le lait limitait les infections des plantes en réduisant leur vulnérabilité aux virus. D'autres recherches menées dans les années 1940 suggéraient que le lait rendait le virus " inactif " en formant un " lien moléculaire " flexible qui, une fois brisé, réactivait le virus; l'effet inhibiteur du lait serait donc réversible et ciblerait le virus et non la plante. Par ailleurs, des travaux réalisés par un scientifique australien dans les années 1950 sont venus confirmer l'hypothèse que le lait contient une substance qui inhibe les infections en agissant sur la plante, c'est-à-dire en lui fournissant une sorte de résistance. Le chercheur a également observé que le lait exerçait une action inhibitrice uniquement sur les parties de la plante avec lesquelles il avait été en contact. D'autre part, ses recherches en laboratoire ont suggéré que la matière active en jeu était la protéine du lait. La conclusion à l'effet que la protéine du lait ou un complexe protéinique était la matière active a été confirmée récemment par des recherches du Département américain de l'Agriculture (USDA). On ne connaît toujours pas cependant le mécanisme par lequel le lait prévient ou réduit les infections virales.

Formulations efficaces

Les produits laitiers ne sont pas tous aussi efficaces à cet égard. Plusieurs personnes signalent que le lait écrémé et le lactosérum sont aussi efficaces que le lait entier. Selon un témoignage toutefois, le lait évaporé et le lait de beurre ne sont pas aussi efficaces que les autres produits laitiers. On a également observé que la pasteurisation, la stérilisation ou l'ébullition n'ont pas vraiment éliminé les propriétés inhibitrices des produits laitiers reconnus comme efficaces. Les formulations de lait écrémé devraient contenir au moins 3,5 % de protéines, et peuvent être utilisées soit à l'état frais ou reconstituées dans l'eau à partir de poudre de lait écrémé. La seule contre-indication à l'application de lait sur les plantes est le risque d'apparition de fumagine sur le feuillage traité.

Conséquences pratiques

Les mains et les outils horticoles utilisés doivent généralement être trempés dans le lait entre chaque manipulation afin d'éviter la propagation du virus. À noter que l'utilisation de lait ne combattra pas une infection déjà présente et n'offrira pas de protection à long terme contre la propagation par contact ou par les insectes. Cela ne fera que réduire la propagation à court terme par contact. Les désinfectants chimiques recommandés pour éliminer les virus à des concentrations précises constituent probablement la méthode la plus fiable de désinfection, surtout dans le cas des outils, pour réduire la propagation des maladies virales. Mais le lait demeure une solution de rechange intéressante, puisqu'il s'agit d'un produit naturel qui n'est pas reconnu pour être phytotoxique, et qui est facile à utiliser et réduit l'incidence des infections virales.

 


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca