Gestion de la résistance des pathogènes aux fongicides dans les cultures de petits fruits

Gérer la résistance des pathogènes est un volet important dans les programmes de lutte intégrée. Les chercheurs constatent que les ravageurs résistent à un nombre grandissant de fongicides employés dans les cultures fruitières. C'est pourquoi il est plus important que jamais de comprendre les bonnes pratiques de gestion de la résistance et de les adopter. Partout en Amérique du Nord, des scientifiques se penchent sur le développement de la résistance à plusieurs familles de fongicides récents, notamment les inhibiteurs de la synthèse des stérols (groupe 3) et les strobilurines (groupe 11). Ainsi, des chercheurs de Floride et de Caroline du Sud rapportent que la moisissure grise causée par Botrytis résiste désormais à plusieurs fongicides utilisés avec le fraisier. D'autres, du Québec, du Michigan et de l'Ontario, étudient aussi le problème, observé dans les cultures de petits fruits.

Plusieurs facteurs accentuent les risques qu'un pathogène finisse par résister à un fongicide. Parmi eux, mentionnons la biologie du pathogène, les propriétés du fongicide et les modalités d'utilisation du fongicide.

  • Biologie du pathogène : les cryptogames qui produisent des spores en abondance ou d'une très grande spécificité ont tendance à développer une résistance plus rapidement que ceux à croissance plus lente ou les champignons qui s'attaquent à une plus grande variété d'hôtes. Ainsi, Botrytis et le blanc résisteront plus vite aux fongicides, en partie parce que le cryptogame libère une multitude de spores.
  • Propriétés du fongicide : les fongicides qui agissent sur un site précis seront plus enclins à perdre leur efficacité que ceux qui s'attaquent au pathogène de multiples façons. Les fongicides du groupe 3, par exemple, librement appelés " inhibiteurs de la synthèse des stérols ", visent un aspect précis du métabolisme cellulaire. Les pathogènes auront donc plus tendance à leur résister qu'à ceux du groupe M, dont la toxicité passe par diverses voies.
  • Modalités d'utilisation du fongicide : les fongicides employés à répétition, ceux dont les résidus persistent longtemps dans le sol ou ceux qu'on applique à un taux excessif ou insuffisant peuvent exposer de nombreuses générations de spores au produit, donc favoriser la sélection de souches qui résisteront au fongicide en question.

Pour maîtriser une telle résistance, il convient de recourir à des stratégies incluant l'usage de produits de différents groupes en alternance et la restriction du nombre d'applications des fongicides d'un même groupe durant la période végétative. Pour gérer efficacement une telle résistance, les cultivateurs ont besoin de connaissances précises.

  • Connaissez les familles de fongicides. Choisissez des produits d'un groupe différent chaque fois que la chose est possible. (Tableau 1. Fongicides, groupes de fongicides et stratégies de lutte contre la résistance de la moisissure grise causée par Botrytis dans les fraiseraies)
  • Limitez le nombre d'applications des fongicides d'une famille donnée durant la saison. Des stratégies spécifiques pour contrer la résistance sont proposées sur l'étiquette des fongicides plus récents. Rappelez-vous que certaines étiquettes, surtout les plus anciennes, peuvent indiquer un nombre maximal d'applications saisonnières reposant sur d'autres paramètres que la gestion de la résistance.
  • Sachez à quelle maladie s'attaque tel ou tel groupe de fongicides.
  • Lorsqu'il y a combinaison de produits, sachez quel fongicide combat quelle maladie. Pristine WDG, par exemple, combine du boscalide (groupe 7) et de la pyraclostrobine (groupe 11). Le boscalide agit bien contre la moisissure grise causée par Botrytis tandis que la pyraclostrobine est efficace contre le blanc et l'anthracnose. Alterner le Pristine avec d'autres fongicides du groupe 7 n'est pas une bonne stratégie pour empêcher Botrytis d'acquérir une résistance.

Voici d'autres moyens pour mieux gérer le problème.

  • Faites en sorte que chaque application de fongicide compte. Étalonnez le pulvérisateur, utilisez le bon taux d'application et assurez-vous que la couverture de la pulvérisation soit complète.
  • Appliquez les fongicides avant qu'apparaissent les symptômes de la maladie. Une application tardive augmentera les risques de voir la résistance au fongicide se développer.

Questions souvent posées

Qu'est-ce que le Fungicide Resistance Action Committee?

Ce comité, aussi connu sous l'acronyme FRAC, est un groupe de travail technique de CropLife International. Sa mission consiste notamment à élaborer des lignes directrices et à dispenser des conseils sur l'usage des fongicides en vue d'atténuer le risque que les parasites y deviennent résistants et de combattre cette résistance, le cas échéant. spécialiste de la culture des petits fruits. L'information que contient le tableau 1 s'inspire des lignes directrices du FRAC.

Comment puis-je savoir à quel groupe appartient un fongicide?

Le groupe auquel un fongicide appartient apparaît dans le coin supérieur droit de l'étiquette. On trouvera aussi plus de renseignements sur les familles de fongicides dans la publication n° 360 du MAAO intitulée " Guide de la production fruitière ".

Comment les pesticides biologiques affectent-ils la gestion de la résistance?

Tout dépend du mode d'action du produit et de son efficacité. En général, les biopesticides n'agissent pas de la même manière que les antiparasitaires synthétiques, et leur efficacité résulte du fait qu'ils ne s'attaquent pas à un seul site. Bien employés, les pesticides biologiques pourraient prolonger l'efficacité de tous les produits au champ, en freinant l'apparition de populations résistantes. Néanmoins, si le biopesticide supprime la maladie au lieu de la combattre, on évitera de s'y fier dans les situations très difficiles.

Tableau 1 : Fongicides, groupes de fongicides et stratégies de lutte contre la résistance de la moisissure grise causée par Botrytis dans les fraiseraies.
Groupe Produits Modalités d'utilisation préconisées pour le groupe
Groupe M Captan, Folpan, Maestro, Bravo, Echo Les produits de ce groupe peuvent être appliqués de façon répétitive de la manière indiquée sur l'étiquette. Ces fongicides agissent contre le cryptogame par contact à de nombreux sites. On estime généralement que le développement d'une résistance est peu probable. Les utiliser en alternance avec les fongicides d'autres groupes afin de prévenir l'apparition de résistance.
Groupe 2 Rovral Pas plus d'une application. Ensuite passer à un fongicide d'un autre groupe. La résistance de Botrytis au Rovral a été illustrée dans plusieurs cultures.
Groupe 7 Cantus, Lance, Pristine, Fontelis Pas plus de deux applications consécutives de Lance, Cantus ou Fontelis. Ensuite passer à un autre groupe de fongicides. Pas plus d'une application de Pristine. Les fongicides de ce groupe ne devraient pas représenter plus de 30 % des applications saisonnières de fongicides.
Groupe 9 Scala, Switch Utiliser une fois puis passer à un autre groupe. Les fongicides de ce groupe ne devraient pas représenter plus de 30 % des applications saisonnières de fongicides.
Groupe 11 Pristine, Flint Pas plus d'une application avant de passer à un autre groupe. Les fongicides de ce groupe ne devraient pas représenter plus de 30 % des applications saisonnières de fongicides. (D'après les lignes directrices du FRAC pour la culture du fraisier en Amérique du Nord)
Groupe 17 Elevate Maximum de deux applications consécutives. Ensuite passer à un autre groupe. Maximum de quatre applications durant la saison.
Biopesticides Actinovate, Serenade Ces produits suppriment Botrytis au lieu de lutter contre le parasite. Ils pourraient concourir à la gestion de la résistance.

Pour en savoir plus sur la gestion de la résistance dans les cultures fruitières, on consultera la publication n° 360, Guide de la culture fruitière, chapitre 12, Gestion de la résistance des ravageurs.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca