Les espèces de nerprun sont des hôtes indigènes de la drosophile à aile tachetée

L'équipe du MAAARO qui travaille sur la drosophile à aile tachetée (DAT) a beaucoup appris sur ce ravageur en 2012. Non seulement la DAT s'est-elle rapidement propagée partout en Ontario, mais on l'a aussi trouvée sur un nouvel hôte indigène, le nerprun commun (aussi appelé European buckthorn) qui est considéré comme une plante envahissante.

Comment identifier le nerprun commun

  • Le nerprun est généralement le premier arbuste à sortir ses feuilles au printemps et le dernier à les perdre à la fin de l'automne.
  • Il atteint souvent de 2 à 3 mètres de hauteur. Certains poussent même parfois jusqu'à 6 mètres de hauteur, avec le tronc d'un diamètre qui va jusqu'à 25 centimètres.
  • Il est caractérisé par ses rameaux qui se terminent par une épine acérée, contrairement aux aubépines qui portent des épines simples ou composées le long des branches.
  • Il a des feuilles lisses, vert foncé, en général découpées de fines dents, d'une longueur de 2,5 à 6 centimètres de longueur, qui portent des nervures secondaires évidentes ou arquées vers le sommet de la feuille; elles sont opposées par deux de chaque côté de la tige.
  • Il produit des grappes de baies noires violacées issues des aisselles des feuilles ou sur de courts rameaux, et chaque baie porte ordinairement 4 graines dures.

Impacts du nerprun commun

  • Cet arbuste est un hôte intermédiaire de la drosophile à aile tachetée, une mouche des fruits qui est devenue un ravageur répandu des fruits à peau tendre en Ontario.
  • Cet arbuste peut être l'hôte intermédiaire du champignon responsable de la rouille de l'avoine, qui cause la rouille de la couronne et de la feuille et nuit au rendement et à la qualité de l'avoine.
  • Le puceron du soya, un insecte qui endommage les cultures de soya, peut utiliser le nerprun comme hôte intermédiaire pour survivre à l'hiver.
  • Comme il peut nuire aux cultures agricoles, le nerprun commun est désigné comme mauvaise herbe nuisible selon la Loi sur le contrôle des mauvaises herbes de l'Ontario.

Comment éradiquer le nerprun commun

  • Diverses pratiques de lutte mécanique peuvent éradiquer le nerprun ou l'éliminer, ainsi que d'autres plantes non indigènes.
    • La fauche des arbustes de nerprun est peu efficace parce que la plante produit des rejets.
    • L'annélation consiste à couper le phloème (écorce interne) mais à laisser intact le xylème (aubier ou bois de sève). Les racines nourrissent la partie aérienne de la plante, mais cette partie ne retourne aucun élément nutritif aux racines, qui meurent. L'annélation produit les meilleurs résultats à la fin du printemps et au début de l'été (DNR WI). L'arbuste prend de un à deux ans pour mourir (Packard 1997).
    • Les arbrisseaux ou les petits plants peuvent être arrachés à la main ou enlevés à la binette ou au sarcloir, et ne produiront pas de rejets. Les plants plus gros (diamètre de 1 à 6 cm) peuvent être arrachés avec de l'équipement lourd. Le sol qui a été remanié ou perturbé par ces techniques doit être aplani pour ne pas exposer de nouvelles graines de nerprun (DNR WI). Cette technique est la plus efficace quand les densités de populations sont faibles.
    • Des gestionnaires de terres ont obtenus des résultats discutables avec l'usage de feu ou de brûlage dirigé pour éradiquer le nerprun. Le feu ne se propage pas d'emblée dans les taillis de nerprun et ce dernier produit des rejets après cette intervention, surtout en présence d'humidité.
  • Les pratiques de lutte chimique sont très efficaces pendant l'automne ou l'hiver quand la plus grande partie des plantes indigènes sont en dormance mais que le nerprun est encore en croissance.
    • L'épandage d'herbicides aux petits plants de nerprun s'est révélé efficace. Le meilleur moment pour la pulvérisation foliaire est au tout début du printemps, avant que les feuilles des plantes indigènes ne soient sorties, ou à la fin de l'automne, quand les feuilles des plantes indigènes sont tombées. Le nerprun commun est le premier arbuste dont les feuilles sortent au printemps et le dernier à les perdre l'automne.
    • L'application de produits chimiques (p. ex. Garlon 4, glyphosate) à une souche fraîchement coupée est en général assez efficace pour éradiquer le nerprun et minimiser la quantité de produit nécessaire. Les arbustes peuvent être coupés avec des outils à main, des scies à chaîne ou des débroussailleuses, assez près du sol. Il faut appliquer les produits aux souches fraîchement coupées pour favoriser leur efficacité. Les produits peuvent être appliqués avec un pinceau ou un flacon pulvérisateur. Certains de ces produits doivent aussi être appliqués à l'écorce qui reste. Le traitement des souches peut être effectué pendant les saisons de croissance ou de dormance. On peut ajouter de la teinture afin de marquer les souches traitées.
    • Dans le traitement arboricide cortical on applique le produit chimique sur l'écorce d'un arbre ou d'un arbuste debout. Le produit et son agent liant sont absorbés par l'écorce du plant, où ils tuent le cambium vivant.
    • L'annélation en encoches est une méthode pour tuer un arbre debout en appliquant de l'herbicide à des incisions dans l'écorce. Des entailles sont pratiquées à la hache ou à la scie à chaîne et l'herbicide est appliqué directement dans les incisions, tuant immédiatement l'arbre. Bien que cette technique exige un peu plus de temps que le traitement arboricide cortical, elle est en général plus efficace puisque le produit chimique est appliqué directement dans les parties en croissance du tronc debout. Cette technique est probablement la plus efficace pour tuer de gros arbres de nerprun.
       

Tableau 1. Exemples d'essais de produits chimiques qui ont éradiqué le nerprun avec succès

Tiré de la fiche technique de l'Upper Grand River Conservation Authority (voir références)

Méthode Produit chimique Moment d'application
Application à une souche coupée 20 - 25 % glyphosate (dilué dans l'eau) Mois d'août ou septembre
10 % glyphosate Août
12,5 % triclopyr (forme pour dilution dans l'huile) Été ou automne
Garlon 4 (1:3 Garlon 4:huile/diluant)  
4 % d'ester avec diesel  
AMS, concentré aqueux Toute l'année
25 % Picloram + 75 % 2,4-D Été
Annélation en encoches 25 % Picloram + 75 % 2,4-D Saison de culture
Garlon 4  
Traitement arboricide cortical 2-4 % ester 2,4-D dans carburant diesel Début de l'été
  12,5 % 2,4-D  
  2,5-3 % glyphosate De mai à juin
  10-20 % Garlon dans carburant diesel Automne
Pulvérisation foliaire 4 % fosamine Croissance active
  Glyphosate (p. ex. Roundup) Croissance active

Note : certaines marques de produits chimiques ne sont pas disponibles au Canada.

Références

Autres ressources

Figure 1. Caractéristiques de la feuille de nerprun commun

Figure 1. Caractéristiques de la feuille de nerprun commun

Figure 2. Épine distinctive du nerprun commun à l'extrémité de la branche

Figure 2. Épine distinctive du nerprun commun à l'extrémité de la branche

Figure 3. Baies de nerprun commun

Figure 3. Baies de nerprun commun

Figure 4. Nerprun commun dans un sous-bois en bordure d'un champ

Figure 4. Nerprun commun dans un sous-bois en bordure d'un champ


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca