Manuel du jardinier
Chapitre 5: Fruit
Framboisiers

Table des matières

  1. Introduction
  2. Anthracnose
  3. Pucerons
  4. Anneleur du framboisier
  5. Rhizophage du framboisier
  6. Byture des framboises
  7. Pourriture des fruits
  8. Oïdium
  9. Rouilles
  10. Tenthrède du framboisier
  11. Nitidule
  12. Brûlure des dards
  13. Virus
  14. Liens connexes

Introduction

Ce chapitre contient une description de divers ravageurs des framboisiers ainsi que des conseils sur diverses méthodes de lutte excluant l'utilisation de pesticides. Les jardiniers amateurs peuvent encore se procurer certains biopesticides et certains pesticides à faible risque pour lutter contre les mauvaises herbes et les ravageurs des pelouses et des jardins. Pour avoir plus d'information, voir le Chapitre 2 de ce manuel et le site Web du ministère de l'Environnement. Pour obtenir des conseils sur la lutte contre certains ravageurs ou mauvaises herbes en particulier, s'adresser à un horticulteur, à un maître jardinier ou à un centre de jardinage de votre localité.

Anthracnose

L'anthracnose touche surtout les tiges du framboisier, produisant de nombreuses taches grises à bordures violacées. L'écorce peut craquer pendant l'hiver de sorte que, lors de la fructification, les cannes se dessécheront et casseront facilement. Dans les cas graves, l'anthracnose peut s'étendre aux rameaux, aux pédoncules des fruits et aux feuilles. Les framboises encore vertes peuvent virer au brun et se dessécher, tandis que celles qui parviennent à mûrir ramollissent et se déforment.

Méthodes de lutte

Favoriser la circulation d'air. Couper les vieilles cannes et les jeunes tiges très infestées au ras du sol dès après la récolte des framboises. Éclaircir les tiges restantes afin de les espacer de 15 cm et d'avoir une rangée de 30 à 50 cm. Détruire toutes les tiges coupées. Désherber soigneusement les rangs.

Pucerons

Les pucerons sont des insectes à corps mou, en forme de poire, de couleur verdâtre à brun et d'une longueur de 5 mm. Ils s'attaquent parfois aux framboisiers. Pour plus d'information, voir la partie sur les pucerons au Chapitre 1.

Méthodes de lutte

Si les pucerons sont en petit nombre, enlever ou écraser à la main ceux qu'on trouve. Couper les feuilles ou les tiges qui portent de petites populations localisées, puis les jeter dans un seau d'eau savonneuse. Inspecter les plants fréquemment parce que les pucerons isolés passent facilement inaperçus et que les populations peuvent s'accroître rapidement. Dans le cas de plantes plus robustes, on peut diriger un fort jet d'eau sur les pousses infectées pour en déloger les pucerons. Procéder au début de la journée pour permettre aux plants de sécher et de ne pas être exposés à la maladie. Ne pas ajouter trop d'engrais parce que les invasions de pucerons sont généralement pires lorsque les teneurs en azote sont élevées. Dans votre jardin et autour de celui ci, enlever toutes les mauvaises herbes qui peuvent abriter des pucerons. Ceux ci sont très susceptibles à plusieurs prédateurs, parasites et maladies fongiques. Dans un jardin, on reconnaît l'action des parasites par la présence, sur les plantes, de pucerons enflés, brun doré à la consistance de papier; ce sont des momies qui contiennent le parasite à l'état de pupe. Les pucerons infectés par des maladies fongiques peuvent changer de couleur et avoir une apparence diffuse ou fripée, ou bien être couverts de filaments blanchâtres. Pour encourager l'activité de ces ennemis naturels des ravageurs, réduire l'utilisation de pesticides dans le jardin et autour de celui ci, et semer des fleurs productrices de nectar à proximité.

Anneleur du framboisier

En juin et juillet, l'anneleur du framboisier quitte les rosiers et les framboisiers sauvages ou abandonnés pour venir parasiter les framboisiers cultivés. La femelle, noire et jaune, est pourvue de longues antennes et porte deux points noirs sur son thorax jaune. Elle ceinture l'extrémité de la tige de deux rangées de perforations espacées d'environ 1,25 cm et pond ses oeufs entre ces anneaux. Le sommet de la tige dépérit et la larve s'y enfonce d'environ 5 cm pour hiverner. À la saison suivante, elle continue à descendre dans la tige et se transforme en nymphe. La tige meurt.

Méthodes de lutte

Couper et détruire les extrémités flétries des tiges dès qu'on les remarque. Couper à environ 15 cm au dessous des anneaux. Supprimer toutes les tiges à fruits flétries ou mortes. Détruire les framboisiers sauvages ou abandonnés dans le voisinage immédiat.

Rhizophage du framboisier

Les larves du rhizophage du framboisier, d'une longueur de 2,5 cm, sont de couleur crème, à tête brune. Elles percent des galeries à la base des tiges, dans les plus grosses racines et dans le collet. Ou bien les tiges parasitées flétrissent et meurent ou bien leur croissance est réduite et leurs fruits restent petits. Le sujet adulte est une sésie de 2,5 cm à 3 cm d'envergure. Les bandes jaunes qui traversent son abdomen noir la font ressembler à une guêpe jaune.

Méthodes de lutte

Dès l'apparition de galeries dans les tiges, y enfoncer un couteau bien coupant pour tuer les larves. En cas d'infestations plus graves, il faut arracher les plants à la fin de septembre ou au début d'octobre, lorsque les adultes ont fini de pondre, et les brûler avec les grosses racines, puis labourer le sol. Supprimer tous les framboisiers sauvages des environs.

Byture des framboises

Ce coléoptère d'une longueur de 4 mm squelettise les jeunes feuilles, détruit les bouquets floraux et perfore les boutons. Les larves mesurent 6 mm et rongent l'intérieur des boutons et des fruits naissants.

Méthodes de lutte

À la fin de l'été ou au début de l'automne, travailler le sol pour exposer les pupes à leurs ennemis naturels. Ramasser les adultes à la main et les jeter dans un seau d'eau savonneuse.

Pourriture des fruits

La pourriture des fruits peut se déclarer si le temps pluvieux persiste entre la floraison et la récolte. Des moisissures gris foncé, noires ou vert olive apparaissent, plus particulièrement sur les framboises mûres.

Méthodes de lutte

Ne pas placer les plants trop près les uns des autres pour permettre une ventilation suffisante. Éviter l'arrosage par aspersion en hauteur, et arroser le matin pour permettre aux plantes de s'assécher complètement. Récolter les fruits dès qu'ils sont mûrs. Enlever et détruire tous ceux qui sont moisis.

Oïdium

L'oïdium peut apparaître par temps chaud et humide, sous la forme d'une moisissure blanche et poudreuse sur les feuilles situées à l'extrémité des nouvelles pousses et sur les fruits. Il provoque un rabougrissement des tiges et une déformation des feuilles.

Méthodes de lutte

Réduire l'ombrage et améliorer la circulation d'air autour des plants. Tailler de façon à ce que les rangées demeurent étroites (30 à 50 cm) et les cannes, espacées de 15 cm.

Rouilles

Trois types de rouilles attaquent ordinairement le framboisier et la ronce (mûrier) : la rouille jaune et la rouille jaune tardive sur le framboisier rouge, la rouille jaune tardive sur le framboisier pourpre et la rouille orangée sur la ronce.

La rouille jaune et la rouille jaune tardive ont des symptômes variés. Des pustules de spores jaune orangé se développent au revers des feuilles et parfois sur les fruits. Les feuilles jaunissent puis brunissent et peuvent tomber prématurément. Une importante chute prématurée du feuillage rendra les tiges plus sensibles aux dégâts hivernaux. La rouille jaune peut également s'attaquer aux tiges et les lésions qui passent l'hiver sur les tiges deviennent alors chancreuses, ce qui peut entraîner la rupture ou le dessèchement des tiges à fruits l'été suivant. Les champignons causant les rouilles jaune et jaune tardive hivernent dans les tissus infectés.

Les ronces infectées par la rouille orangée donnent naissance à des rameaux dressés et étiolés. Au printemps, un feutrage jaune recouvre le revers des feuilles en croissance, les feuilles infectées sont déformées et rabougries. Le feutrage finit par éclater et libère des spores d'un orangé brillant qui disséminent la maladie.

Méthodes de lutte

La rouille orangée hiberne dans les tiges, les racines et les collets des plants infectés. Les plants malades ne se rétablissent pas et doivent donc être déterrés et détruits dès que possible. La rouille jaune et la rouille jaune tardive sont peu fréquentes en Ontario, ne causant de problèmes qu'au cours des années anormalement froides et humides, à pluies printanières tardives. Enlever et jeter à l'automne ou tôt au printemps les tiges et les feuilles infectées afin de limiter la propagation de la maladie.

Tenthrède du framboisier

Les larves de la tenthrède du framboisier sont vert pâle et atteignent au maximum 1 cm de longueur. Les dégâts qu'elles provoquent sont visibles à la fin de mai ou au début de juin. Elles découpent de grands trous irréguliers dans les feuilles qu'elles peuvent dévorer en entier, ne laissant que les grosses nervures. En général, les dommages sont sans conséquence.

Méthodes de lutte

Lorsqu'ils sont en bonne santé, les plants peuvent tolérer les effets des tenthrèdes à moins que celles ci soient extrêmement nombreuses. Il n'est habituellement pas nécessaire d'entreprendre des mesures de lutte.

Nitidule

La nitidule est noire avec des taches crème et mesure environ 6 mm de longueur. Elle attaque les framboises, les tomates et le maïs sucré. Elle s'introduit dans les framboises presque mûres et peut même envahir les framboises cueillies. Vu leur grand nombre, il est très difficile de les ramasser à la main.

Méthodes de lutte

Éloigner rapidement des champs les fruits cueillis. Placer des appâts à base de bananes écrasées, de melons mûrs ou de grains de maïs sucré non mûrs dans des contenants ouverts placés en divers endroits de la plantation de framboisiers. Renouveler souvent les appâts et tuer les nitidules capturées. Le vinaigre de cidre ou un mélange de levure, de sucre et d'eau additionné de quelques gouttes de savon à vaisselle attirera les nitidules, qui s'y noieront.

Brûlure des dards

La brûlure des dards atteint surtout la partie inférieure des tiges d'un an; des taches brun violacé se développent autour des nœuds des pétioles et des tiges. Sur les cannes de deux ans, les taches sont grises et ponctuées de petites pustules noires. Affaiblies, les cannes peuvent mourir pendant l'hiver. Dans les parties atteintes, les boutons donnent naissance à des branches chétives dont les feuilles virent au jaune et au brun quand les framboises mûrissent.

Méthodes de lutte

Faciliter la circulation de l'air. Couper au ras du sol les vieilles cannes et les jeunes tiges présentant des symptômes graves dès la fin de la récolte. De plus, éclaircir les tiges restantes afin de les espacer de 15 cm et d'obtenir une rangée d'une largeur de 30 à 50 cm. Détruire toutes les cannes coupées. Désherber soigneusement les rangées.

Virus

Les viroses entraînent une diminution du rendement, de la vigueur et de la longévité des plants ainsi que l'effritement des framboises. Les feuilles peuvent devenir marbrées, gaufrées et enroulées. Les symptômes sont plus évidents en juin. La plupart des viroses du framboisier sont propagées par les pucerons.

Méthodes de lutte

Un fort jet d'eau délogera les pucerons et freinera leur croissance. Ôter et détruire tous les plants infectés, les remplacer par des cultures certifiées exemptes de virose.

Liens connexes


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 16 juin 2010
Dernière révision : 9 août 2010

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca