Manuel du jardinier
Chapitre 5: Fruit
Bleuets, cassissier et groseillier

Table des matières

  1. Introduction
  2. Bleuets
  3. Cassissier et groseillier
  4. Liens connexes

Introduction

Le présent chapitre contient une description de divers ravageurs des cultures de petits fruits ainsi que des conseils sur des méthodes de lutte excluant l'utilisation de pesticides. Les jardiniers amateurs peuvent encore se procurer certains biopesticides et certains pesticides à faible risque pour lutter contre les mauvaises herbes et les ravageurs des pelouses et des jardins. Pour avoir plus d'information, voir le Chapitre 2 de ce manuel et le site Web du ministère de l'Environnement. Pour obtenir des conseils sur la lutte contre certains ravageurs ou mauvaises herbes en particulier, s'adresser à un horticulteur, à un maître jardinier ou à un centre de jardinage de votre localité.

Bleuets

Pyrale des atocas

Ce ravageur pond dans les petits fruits verts et, après avoir éclos, les larves se nourrissent des fruits en développement. Une même larve endommage de nombreux fruits, dont elle relie plusieurs grappes avec des fils de soie. Les fruits endommagés présentent habituellement des points d'alimentation salis avec des excréments externes à l'aspect de sciure ainsi que des toiles. La chenille est verdâtre avec des teintes rouge brunâtre sur le dos; à maturité, elle atteint une longueur d'environ 9,5 mm. Les adultes ont la forme d'un V avec une tête pointue et ils sont brun grisâtre avec des taches blanches.

Méthodes de lutte

Ramasser les larves à la main et les éliminer. Maintenir les plants de bleuets exempts de débris. Le travail régulier du sol entre les plants permet de limiter la multiplication de ce ravageur.

Chancres de la tige à Phomopsis et à Fusicoccum

Plusieurs formes de chancre de la tige touchent les bleuets en corymbe. Fusicoccum forme des chancres elliptiques reconnaissables sur la partie inférieure de la tige. Les chancres à Phomopsis sont moins caractéristiques et apparaissent comme des zones aplaties et allongées sur la tige. Les deux formes de maladie peuvent provoquer un flétrissement rapide et la mort des tiges de bleuets de deux ou trois ans. Les feuilles prennent une teinte brun rougeâtre et restent fixées aux tiges.

Méthodes de lutte

Couper et brûler les tiges malades dès que la maladie apparaît. Les plants de bleuets sont plus susceptibles à Phomopsis s'ils ont reçu un excès d'engrais azotés, s'ils poussent dans des sols mal drainés, s'ils ont subi des lésions dues à l'hiver ou sont endommagés ou blessés.

Cassissier et groseillier

Pucerons

Les pucerons causent souvent des dommages graves aux groseilliers, surtout aux variétés rouges. Les feuilles attaquées froncent, s'enroulent et présentent des cloques rouges.

Pour plus d'information, voir la partie sur les pucerons au Chapitre 1.

Méthodes de lutte

Pour les méthodes de lutte, voir la partie sur les framboises.

Sésie du groseillier, cèphe du groseillier

Ces insectes foreurs et anneleurs, respectivement, ravagent parfois l'écorce des tiges ligneuses. Les tiges parasitées ont une apparence maladive, portent de petites feuilles jaunes et finissent par mourir.

Méthodes de lutte

Couper les tiges malades dès qu'on les remarque, quelle que soit la saison. Les tiges de plus de trois ans sont moins productives et devraient être taillées au printemps avant le débourrement des bourgeons à feuilles afin de minimiser les risques d'infestation. Épandre du fumier pour stimuler la croissance des nouvelles tiges.

Mouche du groseillier

Les « vers » qu’on trouve parfois dans les fruits sont des larves de la mouche du groseillier. Les groseilles infestées mûrissent prématurément et, très souvent, tombent au sol.

Méthodes de lutte

Ramasser et détruire les fruits infestés de manière à réduire les risques d’infection l’année suivante.

Tenthrède du groseillier

Les larves de la tenthrède du groseillier ont le corps vert tacheté de noir, de nombreuses pattes et mesurent 2,5 cm de longueur. Elles rongent les feuilles des groseilliers et des gadeliers blancs ou rouges (mais dédaignent les cassissiers) dès que ces arbustes ont déployé leurs feuilles. L'adulte est un petit insecte noir ressemblant à une guêpe.

Méthodes de lutte

Inspecter régulièrement les plants à partir du printemps et enlever toutes les larves à la main.

Tache foliaire

La maladie des taches foliaires entraîne souvent la chute prématurée des feuilles. Les taches sont d'abord brunes puis deviennent grises. Les feuilles jaunissent et tombent.

Méthodes de lutte

Ramasser et détruire les feuilles infectées après qu'elles sont tombées. Cette précaution est très efficace si elle est faite soigneusement. Si l'on utilise un paillis, il faut le renouveler après la chute des feuilles.

Oïdium

Le blanc (oïdium) affecte surtout les groseilliers et les gadeliers noirs (cassissiers). Le champignon ressemble d'abord à une moisissure blanche duveteuse puis se transforme en un feutrage brun sur les feuilles, les rameaux et les fruits. Le temps chaud et humide prédispose à la maladie.

Méthodes de lutte

Réduire l'ombe et améliorer la circulation d'air autour de la plantation. Éclaircir pour maintenir des rangées étroites (30 à 50 cm) et les plants espacés (15 cm).

Rouille vésiculeuse

Le champignon de la rouille vésiculeuse passe une partie de son cycle vital sur le pin blanc, mais a besoin d'un groseillier, d'un gadelier ou d'un cassissier pour le terminer. Le cassissier est cependant le seul à perdre ses feuilles. Des taches orangées viennent ponctuer la face inférieure des feuilles et se transforment plus tard en pustules.

Méthodes de lutte

La variété de cassis Consort résiste à la rouille vésiculeuse du pin blanc. Il ne faut pas planter de groseilliers à proximité de pins blancs.

Cochenilles

Les cochenilles, surtout les cochenilles de San José, parasitent souvent les nouvelles tiges. Elles ressemblent à de petites coques rondes d'au plus 4 mm de diamètre, au centre desquelles on remarque un mamelon grisâtre qui dissimule des insectes jaune citron en forme de pochette. Pour plus d'information, voir la partie sur les cochenilles au Chapitre 1.

Méthodes de lutte

Une infestation légère peut être tenue en échec par les oiseaux et les insectes utiles. Dans le commerce, on trouve des produits de lutte biologique qui permettent de réduire les populations de cochenilles.

Liens connexes


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 16 juin 2010
Dernière révision : 9 août 2010

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca