Manuel du jardinier
Chapitre 4: Légumes
Tomate

Table des matières

  1. Introduction
  2. Anthracnose
  3. Moucheture bactérienne
  4. Pourriture apicale
  5. Brûlure alternarienne et mildiou
  6. Enroulement de la tomate
  7. Sphinx de la tomate
  8. Nitidule
  9. Brûlure septorienne (tache septorienne)
  10. Aleurode des serres
  11. Liens connexes

Introduction

Le présent chapitre contient une description de divers ravageurs des tomates ainsi que des conseils sur des méthodes de lutte excluant l'utilisation de pesticides. Les jardiniers amateurs peuvent encore se procurer certains biopesticides et certains pesticides à faible risque pour lutter contre les mauvaises herbes et les ravageurs des pelouses et des jardins. Pour avoir plus d'information, voir le Chapitre 2 de ce manuel et le site Web du ministère de l'Environnement. Pour obtenir des conseils sur la lutte contre certains ravageurs ou mauvaises herbes en particulier, s'adresser à un horticulteur, à un maître jardinier ou à un centre de jardinage de votre localité.

Anthracnose

L'anthracnose est une maladie fongique des fruits. Elle survit dans le sol et les résidus de culture et forme des taches enfoncées circulaires qui peuvent s'étendre à l'ensemble du fruit. Ces taches apparaissent habituellement en fin de saison, par temps pluvieux et froid, sur des fruits mûrs qui touchent le sol.

Méthodes de lutte

Tuteurer les plants pour empêcher les tomates de toucher le sol, ce que le paillis permet également. Éviter l'arrosage par aspersion en hauteur, surtout vers la fin de la saison. Enlever et détruire les matières végétales infectées. Effectuer une rotation en excluant les solanacées aussi longtemps que possible.

Moucheture bactérienne

De petites mouchetures noires tachent les feuilles et les fruits. Les tomates sont infectées lorsqu'elles sont encore vertes, mais les lésions noires demeurent jusqu'à la récolte. Quoique inesthétique, le fruit sera comestible.

Méthodes de lutte

Acheter des semences ou des plants exempts de maladie. Avant le repiquage, vérifier que les plants ne présentent aucun symptôme. Adopter de bonnes pratiques d'arrosage et éviter de travailler dans le jardin lorsque les plantes sont humides. Placer les cultures dans un endroit ensoleillé du jardin.

Pourriture apicale

La pourriture apicale est une maladie très fréquente, surtout dans les fruits à développement précoce. Ces dommages sont dus à une déficience localisée en calcium dans les fruits qui se développent par temps chaud et sec alternant avec des périodes de pluie battante. La principale cause est la sécheresse et non le manque de calcium dans le sol. La pourriture apicale apparaît à l'extrémité apicale du fruit, elle est brune ou noire, devient dure et prend l'apparence du cuir. Par la suite, des champignons ou des bactéries peuvent y pénétrer et causer la pourriture molle de tout le fruit. La surfertilisation, surtout en azote, peut aggraver le problème.

Méthodes de lutte

Pailler et arroser soigneusement pour que l'humidité du sol soit uniforme. Ne pas appliquer trop d'engrais car un excès d'azote entrave l'apport de calcium au fruit en croissance.

Brûlure alternarienne et mildiou

La brûlure alternarienne revient chaque année dans les cultures de tomates, vers le milieu de l'été, dans la plupart des régions de l'Ontario. Le champignon du mildiou apparaît occasionnellement sur les tomates, où il peut avoir des répercussions très importantes. Pour plus d'information, et pour connaître les méthodes de lutte, voir la partie sur les pommes de terre.

Méthodes de lutte

Pour connaître d'autres méthodes de lutte, voir la partie sur les pommes de terre.

Enroulement de la tomate

Le symptôme est l'enroulement de la bordure des feuilles alors que celles ci gardent une belle couleur verte. Il ne s'agit pas d'une maladie fongique, bactérienne ou virale, mais d'un trouble interne de la plante résultant probablement de l'irrégularité des apports d'eau ou d'une taille trop sévère des racines. Il n'en résulte aucun effet sur la croissance du plant.

Méthodes de lutte

Cette maladie peut être liée au stress des plantes. Veiller à maintenir la fertilité et la teneur en humidité du sol.

Sphinx de la tomate

Le sphinx de la tomate est une grosse chenille robuste verte et striée de bandes diagonales blanches sur les flancs. Elle porte une corne noire sur son extrémité postérieure et mesure jusqu'à 10 cm de longueur. Elle dévore les feuilles de la tomate, ne laissant que la nervure centrale. Elle fait aussi des trous dans les fruits verts. Ses excréments sont souvent visibles près des dommages. Les larves se développent en été, atteignant le stade de nymphe dans le sol en fin de saison.

Méthodes de lutte

Chercher les larves près des lésions, les ramasser à la main et les tuer. Après la récolte, on peut travailler le sol au rotoculteur pour détruire les populations de sphinx à l'état de pupes. Il existe plusieurs parasites de cet insecte.

Nitidule

Les nitidules envahissent les tomates endommagées en grand nombre. Ce sont de petits coléoptères noirs portant quatre marques de couleur crème.

Méthodes de lutte

Ramasser et jeter les fruits endommagés. Construire des pièges appâts faits de moitiés de melons d'eau très mûrs ou de bananes. Changer d'appât souvent et tuer les coléoptères en jetant l'appât à remplacer.

Brûlure septorienne (tache septorienne)

La brûlure septorienne (tache septorienne) est devenue un problème courant ces dernières années. Les taches sont d'abord rougeâtres, mais leur centre tourne au gris ponctué de noir. Les petits points apparaissent sur les tiges et les branches.

Méthodes de lutte

Acheter des semences traitées à l'eau chaude. Appliquer des mesures d'hygiène rigoureuses au jardin.

Aleurode des serres

Les adultes sont de petites mouches blanches qui causent peu de dégâts en se nourrissant, mais qui pondent une multitude d'œufs. Les jeunes nymphes, semblables à des écailles, sucent la sève des feuilles et entraînent leur flétrissement. En outre, elles rejettent une substance collante et sucrée, le miellat, sur laquelle se développe en général une moisissure qui rappelle la suie.

L'insecte se multiplie rapidement et est donc difficile à éliminer. Lorsque les plantes sont dérangées, les aleurodes s'envolent en nuées. Les nymphes sont nombreuses elles aussi, mais se trouvent seulement sous les feuilles.

Méthodes de lutte

Lorsque les populations d'aleurodes sont peu nombreuses, les enlever soigneusement en coupant les feuilles infestées, en passant l'aspirateur sur le feuillage ou en l'aspergeant d'un jet d'eau. Les plaquettes collantes peuvent servir à faire le suivi du nombre d'aleurodes et à réduire leur nombre dans une certaine mesure. Il semble que les feuilles d'aluminium et les paillis de plastique réfléchissant permettent d'éloigner les aleurodes des petits plants.

Liens connexes


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 16 juin 2010
Dernière révision : 9 août 2010

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca