Manuel du jardinier
Chapitre 4: Légumes
Maïs sucré

Table des matières

  1. Introduction
  2. Ver de l'épi du maïs
  3. Chrysomèle des racines du maïs
  4. Galles du charbon du maïs
  5. Pyrale du maïs
  6. Nitidule
  7. Mouche des légumineuses
  8. Liens connexes

Introduction

Ce chapitre contient une description de divers ravageurs des cultures de maïs ainsi que des conseils sur diverses méthodes de lutte excluant l'utilisation de pesticides. Les jardiniers amateurs peuvent encore se procurer certains biopesticides et certains pesticides à faible risque pour lutter contre les mauvaises herbes et les ravageurs des pelouses et des jardins. Pour avoir plus d'information, voir le Chapitre 2 de ce manuel et le site Web du ministère de l'Environnement. Pour obtenir des conseils sur la lutte contre certains ravageurs ou mauvaises herbes en particulier, s'adresser à un horticulteur, à un maître jardinier ou à un centre de jardinage de votre localité.

Ver de l'épi du maïs

Il arrive, certaines années, que les bouts d'épis soient infestés de chenilles robustes, au corps strié de brun, de vert et de jaune. Il est très difficile de prévoir les années d'infestation. Les adultes arrivent généralement du Sud et atteignent le Sud Ouest de l'Ontario entre le milieu et la fin de juillet, et les régions de l'Est du du Nord entre le milieu et la fin d'août, de sorte que le maïs sucré hâtif n'est pas touché.

Méthodes de lutte

Choisir la date des semis d façon à éviter les dommages de fin de saison. Les variétés de maïs qui ont de longues enveloppes denses pourraient être moins susceptibles. Couper la pointe des épis avant la cuisson. Cet insecte est sensible aux maladies bactériennes et virales ainsi qu'aux parasitoïdes.

Chrysomèle des racines du maïs

Il y a deux espèces de chrysomèles : l'une est vert pâle et l'autre, jaune à bandes noires; toutes deux font 6 mm de longueur et se nourrissent des soies et du pollen du maïs. Il n'y a qu'une génération par année. Les chrysomèles font leur apparition durant la première semaine d'août et les femelles pondent des grappes d'œufs sous terre à une profondeur maximale de 5 cm à la base des plants de maïs. La larve creuse une galerie dans les racines du plant de maïs et s'en nourrit abondamment. Le plant, affaibli, se brise lorsque l'épi mûrit. Ensuite, les larves émergent et entrent dans la couronne des tiges et demeurent dans les résidus jusqu'au printemps suivant. Si elles mangent les soies avant la pollinisation, l'épi ne se remplira pas complètement. Le problème touche particulièrement le maïs tardif.

Méthodes de lutte

Semer le maïs dans un autre coin du jardin pour éviter les ravages des larves de l'année précédente. Il est difficile de combattre les coléoptères adultes dans les soies du maïs, à moins de recouvrir les soies de moustiquaire.

Galles du charbon du maïs

Les symptômes du charbon du maïs sont de grosses galles de forme irrégulière qui peuvent apparaître sur toute partie visible du plant de maïs. On ne voit d'abord qu'une mince membrane gris argenté, puis la galle s'ouvre pour laisser échapper des spores noires; celles ci sont disséminées par le vent et peuvent survivre plusieurs années dans le sol ou les résidus de maïs où elles se reproduisent. Elles peuvent ainsi propager l'infection à partir des champs de maïs des environs.

Méthodes de lutte

Planter des variétés résistantes. Détruire les galles avant qu'elles s'ouvrent. Arracher les plants très infestés et les brûler ou les détruire avant l'éclosion des galles et la libération des spores qui peuvent toucher les récoltes à venir. Ne pas enfouir les plants dans le sol, et enlever les vieilles tiges à la fin de la saison. Là où la maladie a été présente, ne pas cultiver de maïs.

Pyrale du maïs

Les larves de la pyrale du maïs, d'une longueur maximale de 2,5 cm à maturité, sont blanc maculé ou rosées et ponctuées de brun. Les oeufs, semblables à des écailles de poisson, sont pondus en grappes au revers des feuilles, près de la nervure médiane. Les larves se nourrissent d'abord des feuilles, y perçant de petits trous, puis pénètrent dans la tige, causant de la verse, et ravagent ensuite les épis et les grains. Cette espèce compte deux souches en Ontario, l'une à deux générations par année, l'autre à une seule.

La souche à deux générations se retrouve au sud d'une ligne tracée de Simcoe à London et Sarnia. Elle pond ses oeufs sur le maïs du début juin au début juillet, puis de la fin juillet au début septembre. La souche à une seule génération se trouve partout en Ontario et pond de la fin juin à la mi août. Les deux souches de pyrales peuvent envahir un champ au même moment.

Méthodes de lutte

On peut tolérer que certains épis soient endommagés. Avant la consommation, enlever les parties des épis qui sont infestées. Choisir des variétés tolérant la maladie. On peut fendre les tiges au niveau du trou d'entrée et enlever les larves pour les détruire. L'insecte est également susceptible à des maladies bactériennes ainsi qu'à plusieurs parasites et prédateurs.

Nitidule

Ce petit coléoptère noir portant quatre marques de couleur crème infeste parfois les épis de maïs, surtout ceux qui ont déjà été la proie d'insectes ou d'oiseaux ou dont l'enveloppe est desserrée au bout ou a été ouverte.

Méthodes de lutte

Éviter d'endommager les épis en croissance. Construire des pièges appâts faits de moitiés de melon d'eau très mûrs et les placer dans le jardin. Maîtriser les populations de pyrale du maïs afin de réduire les populations de nitidules.

Mouche des légumineuses

Les larves de mouche des légumineuses sont des asticots d'un blanc jaunâtre sale de 8 à 10 mm de longueur avec une longue tête très pointue. Elles s'enfoncent dans la graine où elles se logent sous le tégument, ce qui empêche la germination ou la levée ou peut entraîner une croissance végétative faible et étiolée. Les mouches adultes pondent leurs œufs en mai, dans les sols fraîchement enrichis de fumier et dans la végétation en décomposition; les sols humides et les printemps frais leur sont propices. Les larves attaquent le maïs, les courges, le concombre, le radis, les haricots, les pois et la betterave. Pour plus d'information sur les asticots, voir le Chapitre 1.

Méthodes de lutte

Étendre le fumier et travailler le sol en automne. Éviter d'étendre trop de fumier. Ensemencer à faible profondeur afin d'accélérer la germination. Semer après le 1er juin dans le Sud de l'Ontario et après le 10 dans le Nord. Dans les régions où ce parasite a déjà été présent, si possible, cultiver les plants à l'intérieur dans des contenants, ou dans un châssis recouvert de moustiquaire ou de coton à fromage. Les repiquer lorsque les conditions s'y prêtent. Comme l'insecte ne cause pas de dommages partout, tenir compte de l'expérience des années précédentes dans la localité.

Liens connexes


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 16 juin 2010
Dernière révision : 9 août 2010

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca