Manuel du jardinier
Chapitre 3: Le sol - Quelques mots sur la terre que nous cultivons
Engrais

Table des matières

  1. Introduction
  2. Engrais organiques
  3. Engrais chimiques
  4. Engrais chimiques c. organiques
  5. Liens connexes

Introduction

Il faut considérer les engrais comme la nourriture des plantes. Selon cette définition, toute matière ajoutée au sol pour enrichir l'alimentation des plantes constitue un engrais. Elle englobe donc les engrais du commerce et les matières organiques comme le fumier, le compost de champignons et les farines de poisson, de sang et d'os.

Engrais organiques

Les engrais organiques comprennent le fumier et le compost. Trop souvent, on sous-estime leur utilité dans les jardins et les pelouses. Le fumier et le compost regorgent d'oligo-éléments et de matières organiques qui contribuent à établir et à maintenir la structure du sol. Ils contiennent aussi tous les nutriments nécessaires à la croissance des végétaux, mais pas nécessairement dans les proportions requises par tous les types de plantes ou de sols.

Fumier de vache et mouton

La plupart des centres de jardinage vendent du fumier de vache et de mouton bien décomposé, qu'il faut appliquer à raison de 120-250 kg par 1 000 m? de sol. Retourner le fumier avec 9,75 kg d'engrais 0 20 0 (épandre le fumier au sol, y jeter de l'engrais à la volée puis incorporer le tout dans le sol au moyen d'une bêche ou d'une fourche). Comme le fumier de volaille, de lapin et de mouton frais est plus riche en nutriments et en sels solubles, il faut réduire d'un tiers le taux d'épandage, composter le fumier d'abord ou l'appliquer à l'automne.

Feuilles, débris de tonte, tourbe, sciure de bois

Les micro-organismes du sol décomposent ce type de paillis organique. Malheureusement, le processus de décomposition utilise d'importantes réserves d'azote nécessaires à la croissance des plantes. Pour contrer cette perte, il faut ajouter au paillis 12,5 kg d'engrais 15 15 15 par 100 m2 de sol.

Compost

On peut se procurer un bac à compostage dans la plupart des quincailleries et des centres de jardinage ou en construire un en clôture grillagée soutenue par des poteaux, des planches ou de la maçonnerie. Placer le bac dans un endroit semi-ombragé et bien drainé, à l'abri des vents froids. Ne pas le placer sous les arbres, car les racines sortiraient de terre et entreraient dans le compost. Recouvrir de paille le fond du bac afin d'absorber tout liquide qui pourrait s'en écouler.

Mettre de la terre entre les couches de matière organique. À chaque tranche de 15 cm d'épaisseur de matière organique bien tassée, ajouter 3 cm de terre afin d'enrichir le compost en micro-organismes.

Si le compost se compose surtout de paille, de sciure de bois ou de feuilles tombées, y ajouter un engrais azoté, par exemple du 10 6 4, afin d'accélérer la décomposition et d'améliorer ainsi la valeur nutritive du compost. Il est recommandé d'employer 360 g d'engrais pour 35 L à 40 L de matières organiques. On peut utiliser du fumier au lieu d'engrais et ajouter du calcaire dolomitique (60 g pour 40 L de compost) pour contrer l'acidité et accélérer la décomposition.

Un compost constitué principalement de déchets de table d'origine végétale et de débris de jardinage comme du gazon coupé et des fleurs fanées est riche en nutriments. Il est rarement nécessaire d'y ajouter un engrais et, le cas échéant, pas plus de 40 g à 50 g d'engrais par 35 L à 40 L de matières organiques.

Le tas de compost peut atteindre une hauteur de 1,0-1,5 mètre. Il peut être utile de posséder plus d'un bac pour produire du compost toute l'année. Le compost doit être humide mais non détrempé. Il faut le retourner deux ou trois fois toutes les quinzaines afin d'accélérer la décomposition et de minimiser les odeurs. Le compost démarré à l'automne peut être utilisé dès le mois de juin.

Engrais chimiques

Dans les nouveaux lotissements, la plupart des terres à jardin et à pelouse manquent de plusieurs nutriments essentiels aux plantes, en particulier de phosphore et de potassium, surtout lorsque la couche arable a été dérangée et replacée après des travaux de construction domiciliaire. L'utilisation du bon engrais chimique peut redonner au sol ces nutriments en quantités optimales et améliorer ainsi la croissance des végétaux. Pour savoir exactement quels nutriments ajouter et en quelle quantité, l'idéal est de faire analyser le sol.

Les sols de jardin et de pelouse établis peuvent aussi profiter de l'épandage d'une petite quantité d'un engrais chimique équilibré. L'engrais contribue alors à remplacer les nutriments absorbés par la culture précédente ou durant la saison de croissance précédente. Une fois que le sol est bien fertile, il ne reste ensuite qu'à appliquer assez d'engrais pour maintenir un niveau de fertilité élevé.

Teneur des engrais et rapport

Tous les engrais vendus au Canada sont désignés par leur teneur, c'est à-dire le pourcentage de nutriments contenus dans le produit au poids. Cette teneur est désignée par une formule de trois nombres : la quantité totale d'azote (N), la quantité de phosphate (P2O5) et la quantité de potasse (K2O) soluble. Un engrais 10 6 4 contient donc 10 % de N, 6 % de P2O5 et 4 % de K2O.

La teneur est l'un des critères les plus importants à prendre en considération lors de l'achat d'un engrais. Elle est indéniablement plus importante que l'appellation commerciale. Un engrais appelé « Nutriplante » ayant une teneur de 30-10-10 peut s'utiliser partout o un engrais 30-10-10 est prescrit.
Le rapport désigne la proportion des nutriments dans l'engrais. Ainsi, un engrais 7 7 7 a un rapport 1:1:l tandis qu'un engrais 21-7-7 a un rapport 3:1:1 et un 4-8-12, un rapport 1:2:3.

Substitution d'engrais

Si l'on ne parvient pas à se procurer l'engrais ayant la teneur souhaitée, il est possible de le remplacer par un autre engrais ayant un rapport semblable, mais il faut d'abord calculer la quantité de nutriments requise. Pour ce, il faut multiplier la quantité d'engrais épandue par la teneur de chaque nutriment et diviser par 100.

Par exemple: 10 kilogrammes de 10-6-4 fournissent:

  • Azote : (10 kg x 10 %) /100 = 1,0 kg d'azote
  • Phosphate : (10 kg x 6 %) /100 = 0,6 kg de phosphate
  • Potasse : (10 kg x 4 %)/100 = 0,4 kg de potasse

Supposons qu'il faille appliquer 5 kg d'engrais 7-7-7 sur une superficie de 100 m mais que l'on ne dispose que d'un engrais 10-10-10. Ce dernier pourra faire l'affaire, car son rapport est le même (1:1:1). On ne pourra toutefois pas épandre la même quantité d'engrais. En vertu du présent exemple, l'engrais recommandé (7-7-7) fournira 0,35 kg d'azote (5 kg d'engrais x 7 % d'azote), 0,35 kg de phosphate et 0,35 kg de potasse. Si on lui substitue un engrais 10-10-10, il suffira d'en épandre 3,5 kg par 100 m pour obtenir la même quantité de nutriments.

On peut effectuer les mêmes calculs aux fins de la substitution d'engrais ayant différentes teneurs. Dans la mesure du possible, substituer par un engrais ayant un rapport identique ou semblable. Certaines substitutions communes figurent habituellement au verso du formulaire de rapport de l'analyse du sol.

Toxicité des engrais

Tous les engrais sont toxiques si on en applique des quantités excessives ou trop concentrées. De même, certains nutriments, en particulier les oligo-éléments, sont toxiques même en petites quantités. La solubilité influe aussi sur la toxicité d'un engrais à l'égard des plantes. Par exemple, le nitrate d'ammonium et le nitrate de calcium sont tous deux employés comme source d'azote dans les engrais chimiques. Cependant, le nitrate d'ammonium se dissout beaucoup plus rapidement lorsqu'il entre en contact avec un sol humide que le nitrate de calcium. Si l'on échappe de l'engrais sur une pelouse ou un jardin, il est donc beaucoup plus risqué d'endommager les plantes avec du nitrate d'ammonium.

Engrais chimiques c. organiques

Les engrais chimiques coûtent habituellement moins cher le kilo de nutriments que le fumier ou le compost. De même, ils fournissent une teneur en nutriments équilibrée et permettent de choisir la teneur et le rapport requis pour le jardin.

Le fumier coûte généralement plus cher et il faut en incorporer beaucoup au sol pour répondre aux besoins des cultures. Cependant, le fumier a l'avantage de fournir une bonne source de matière organique qui améliore la structure du sol et stimule l'activité des vers de terre et des microbes. En outre, lorsqu'on l'achète en quantités ensachées dans les centres de jardinage, sa teneur en substances nutritives est habituellement équilibrée. Si l'on souhaite éviter les formes d'azote fabriqué chimiquement, le fumier constitue donc une option intéressante.

Le compost maison employé comme seule source d'engrais pour le jardin constitue une option moins intéressante, car il est extrêmement difficile de connaïtre sa composition nutritionnelle. Sa teneur en substances nutritives varie aussi en fonction des ingrédients dont il est fait. Le compost maison constitue cependant une excellente source de matière organique.

Liens connexes


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 21 juillet 2005
Dernière révision : 01 juin 2010

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca