Manuel du jardinier
Chapitre 3: Le sol - Quelques mots sur la terre que nous cultivons
Nature du sol

Table des matières

  1. Minéraux et texture du sol
  2. Structure du sol
  3. Matière organique
  4. Argile colloïdale
  5. Fertilité du sol
  6. pH du sol
  7. Sels solubles
  8. Liens connexes

Minéraux et texture du sol

La partie minérale du sol se compose de particules d'argile, de limon et de sable, souvent qualifiées de fines, moyennes ou grossières, respectivement. Ce sont les proportions de chacune de ces particules qui déterminent la texture d'un sol.

  • Un sol argileux contient plus de particules (fines) d'argile.
  • Un sol limoneux renferme du sable, du limon et de l'argile en proportions à peu près égales.
  • Un sol sablonneux contient surtout des particules (grossières) de sable.

La texture d'un sol est difficile à modifier. C'est l'une des propriétés fondamentales du sol. Néanmoins, il est possible d'amender progressivement une terre argileuse lourde en y ajoutant à chaque saison du sable et de la matière organique, entre autres du compost, du fumier ou de la mousse de tourbe.

Structure du sol

La structure du sol désigne la façon dont les particules du sol s'agglutinent les unes aux autres. Un sol bien structuré contient de petits agrégats et se travaille facilement. Chaque agrégat contient de l'eau et des nutriments, et l'air qui sépare les agrégats permet le drainage du surplus d'eau.

Une mauvaise structure limite la croissance des racines des jeunes plants, ce qui les rend plus vulnérables à la sécheresse. Un sol mal structuré se tasse après la pluie ou lorsqu'on le piétine, ce qui nuit à la pénétration de l'eau et de l'oxygène. Les plantes cultivées dans pareil sol sont plus petites, moins vigoureuses, plus vulnérables à la sécheresse et moins productives que celles qui poussent dans des sols plus sains.

Une bonne terre s'effrite lorsqu'on la travaille à la fourche ou à la bêche. Si le sol se sépare en mottes polyédriques à surfaces plates et à arêtes nettes, alors sa structure est pauvre. On peut l'amender en y ajoutant de la matière organique comme de la mousse de tourbe, du fumier ou du compost. Une autre solution consiste à semer du gazon sur un jardin que l'on cultive depuis plusieurs années et dont le sol forme des mottes. Le gazon possède un système radiculaire important qui s'enfonce 15 cm dans le sol et défait les mottes. Ses racines libèrent aussi des substances qui favorisent la formation d'agrégats plus petits. En outre, les racines, les pousses et les débris de la tonte du gazon fournissent quantité de matières organiques améliorant la structure du sol. Pour des résultats optimaux, le jardin doit demeurer gazonné pendant deux ou trois ans.

Matière organique

La matière organique du sol est constituée principalement de débris végétaux décomposés. Dans la plupart des sols, elle est présente dans une proportion maximale de 10 %. Les sols contenant en poids 17 % ou plus de matière organique sont qualifiés de sols organiques. En général, plus le sol est foncé, plus il est riche en matière organique.

La matière organique influe beaucoup sur la structure du sol. Elle est le ciment qui lie les particules de sol. Elle est aussi le composant le plus actif au point de vue chimique et fournit des nutriments aux végétaux.

La matière organique est couverte de sites d'échange qui attirent et retiennent les nutriments utilisés par les végétaux. À mesure que les racines des plantes extraient des nutriments du sol, ces sites d'échange les remplacent. L'épandage d'un engrais sature les sites d'échange, qui se transforment donc en réservoirs de nutriments pour usage ultérieur.

Un jardin que l'on cultive à chaque année sans y ajouter de compost ou de fumier à intervalles réguliers a tôt fait de se vider de sa matière organique. Au fil des ans, le sol devient serré et se compacte très facilement. La qualité de la croissance végétative diminue.

Argile colloïdale

À l'instar de la matière organique, les colloïdes d'argile servent de garde-manger pour les végétaux. Semblables à de la colle (colloïdal signifie « ayant l'apparence de la colle »), ces minéraux emmagasinent des nutriments et les libèrent dans le sol à mesure que les racines des végétaux y puisent l'eau et les substances nutritives dont elles ont besoin. Un sol productif doit donc contenir des proportions équilibrées de matières organiques et d'argile.

Fertilité du sol

La fertilité du sol exerce une influence considérable sur la qualité de la pelouse et la tenue du jardin. Une bonne fertilité stimule la croissance des végétaux, accrot la résistance des plantes aux ravages des insectes et des maladies, améliore la tolérance à la sécheresse et réduit les populations de mauvaises herbes dans les pelouses. D'habitude, les problèmes de fertilité se corrigent facilement. Néanmoins, pour s'assurer d'avoir un jardin vraiment réussi, il importe aussi de:

  1. choisir les variétés de végétaux les mieux adaptées aux conditions ambiantes;
  2. lutter contre les insectes, les maladies et les mauvaises herbes;
  3. fournir l'eau et l'éclairage nécessaires aux plantes.

pH du sol

Le pH du sol est une mesure de l'acidité ou de l'alcalinité d'un sol. Un pH de 7,0 est neutre. Un pH inférieur à 7,0 est acide et un pH de plus de 7,0 est alcalin. Le pH du sol influe notablement sur la disponibilité de nombreux nutriments. Dans un sol plus basique (pH élevé), la disponibilité de nutriments comme le fer et le manganèse diminue. La plupart des végétaux poussent bien dans des sols ayant un pH de 6,0 à 7,5. Cependant, des plantes comme le rhododendron, l'azalée, la bruyère, le bleuet et le chêne palustre ont besoin de sols acides et ne poussent bien que si le pH est inférieur à 5,5. La plupart des sols du sud de l'Ontario sont neutres à alcalins, mais, dans certaines régions, les sols sont trop acides pour permettre une croissance optimale de la plupart des végétaux. Le sol du Bouclier canadien a souvent un pH faible.

Pour avoir une idée générale du pH du sol, on peut employer des bandes de papier indicateur de pH dont la couleur change en fonction du pH du sol. Un pH trop bas peut être corrigé par l'ajout de pierre à chaux agricole. Toutefois, en raison de la nature chimique des sols très alcalins, il est très difficile de faire le contraire et d'abaisser un pH élevé. On peut y parvenir dans les sols de texture moyenne ou grossière par l'ajout de soufre. Si le sol dans lequel on souhaite planter des éricacées et des bleuets a un pH élevé, il est préférable de construire des planches de culture surélevées ou d'excaver le sol pour le remplacer par un mélange de mousse de tourbe, de feuilles de chêne ou d'écorces compostées et de terre arable sablonneuse. Il faut incorporer du soufre au mélange de sol et en ajouter tous les ans pour garder le sol acide.

Sels solubles

Les sels solubles sont des ions minéraux dissous dans le sol. Certains sont présents à l'état naturel, d'autres viennent des engrais et certains résultent de la décomposition du fumier, du compost de champignons ou de matières organiques analogues. En Ontario, les sols contiennent naturellement peu de sels solubles. Les concentrations élevées de sels solubles résultent habituellement d'épandages excessifs d'engrais, de fumier ou de compost de champignons.

En concentrations élevées, les sels solubles peuvent nuire à la germination et à la croissance des végétaux. Les racines des plantes ont plus de difficulté à puiser l'eau dans le sol car les sels solubles l'y retiennent avec plus de force. Des concentrations élevées de sels provoquent la sécheresse physiologique des végétaux.

Des plants qui se flétrissent aux heures les plus ensoleillées et les plus chaudes de la journée même si le sol est humide constituent habituellement le premier symptôme d'une teneur élevée en sel. La croissance des plantes sera aussi réduite et les feuilles paratront souvent petites et vert foncé. Si les concentrations de sels continuent d'augmenter, les pointes et le bord des feuilles brûlent, et le système radiculaire subit des dommages. La croissance des plantes est affectée surtout pendant les périodes chaudes et sèches. Il faut faire une distinction entre les dommages causés par les sels solubles et les dommages causés aux arbres et aux arbustes par l'épandage de sel sur les routes.

Certaines plantes, notamment les bégonias, les impatiens, le concombre et la laitue, sont plus sensibles que d'autres aux sels solubles. Les plantules, moins résistantes que les plants plus vieux, meurent lorsqu'il y a trop de sels solubles.

Il est possible de déterminer la teneur en sels solubles d'un sol en mesurant la conductivité électrique d'une boue liquide du sol. Le tableau 7 fournit une interprétation de mesures de la conductivité du sol effectuées sur une boue constituée de deux parties d'eau pour une partie de sol, conformément aux recommandations en vertu du programme accrédité d'analyse du sol du MAAARO.

Tableau 7. Conductivité du sol (sels solubles)

ConductivitéConcentrationRéaction des végétaux
0 - 0,25FaibleConvenable pour la plupart des plantes moyennant l'emploi des engrais recommandés
0,26 - 0,45MoyenneComme ci dessus
0,46 - 0,70ÉlevéePeut réduire la levée et causer des dommages bénins à sévères aux plants sensibles au sel
0,71 - 1,0ExcessivePeut empêcher la levée et causer des dommages bénins à sévères à la plupart des plantes

Liens connexes


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 21 juillet 2005
Dernière révision : 01 juin 2010

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca