Sommaire de la saison 2014 pour le soya

Table des matières

  1. Résumé
  2. Semis
  3. Saison de croissance
  4. Ravageurs et maladies du soya
  5. Récolte
  6. Défis et possibilités pour 2015

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Résumé

En 2014, la saison de croissance du soya a été difficile en Ontario, en raison des conditions du temps. Le temps frais et humide du printemps qui a retardé l'ensemencement, les averses fréquentes qui ont rendu le travail de pulvérisation difficile ainsi que la récolte tardive ne sont que quelques-uns des problèmes rencontrés en 2014. Malgré ces difficultés, le rendement global à l'échelle provinciale sera l'un des plus élevés qui aient été enregistrés. Les pluies en juillet et surtout en août ont compensé pour de nombreux autres problèmes de production, et ont mené à des rendements surprenants. Les rendements déclarés à AgriCorp à ce jour indiquent que la moyenne provinciale pour cette année sera autour de 46 boisseaux/acre. C'est en 1984 que l'Ontario a produit pour la première fois 1 million d'acres de soya. À cette époque, la moyenne sur cinq ans était de 34 boisseaux/acre. En 1997, les superficies cultivées ont atteint 2 millions d'acres, avec une moyenne sur 5 ans de 39 boisseaux/acre. En 2014, l'Ontario a cultivé pour la première fois 3 millions d'acres, avec une moyenne sur 5 ans prévue de plus de 46 boisseaux/acre après cette saison. Cela représente une augmentation impressionnante tant dans les superficies que les rendements. Cette augmentation observée au cours des 30 dernières années est due en large part à l'amélioration du potentiel de rendement génétique rendue possible par la sélection des végétaux. Mais il convient aussi de souligner les efforts déployés par les producteurs pour tirer le meilleur du potentiel de rendement des semences. La gestion des cultures de soya s'est constamment améliorée durant cette période. Le facteur clé du rendement du soya demeure les conditions du temps et les dernières années ont été favorables à cette culture, malgré les inquiétudes manifestées à cet égard durant la saison.

Semis

Il a fallu attendre à la dernière semaine de mai pour que les semis de soya battent leur plein, et ils se sont poursuivis durant un bon moment en juin dans la région du sud-ouest. Selon les estimations, moins de 10 % des cultures avaient été ensemencées au 24 mai dans cette région. L'est de l'Ontario a mieux fait, avec plus de 50 % des cultures ensemencées à la même date. Au 5 juin, moins de 30 % des cultures avaient été ensemencées dans les régions d'Essex et de Kent et aussi peu que 20 % l'avaient été dans les sols argileux de la région de Niagara. La majorité des cultures au niveau provincial avaient été semées en date du 10 juin. Les conditions de lit de semence ont été difficiles, car les sols ont séché rapidement et sont devenus très durs. Dans certains comtés, les champs ont séché à tel point qu'il était difficile de semer de manière à placer les semences en contact avec de la terre humide et le manque d'humidité a causé des problèmes de peuplement. Une pression descendante inadéquate du semoir à grains et de certains semoirs de précision a résulté en un ensemencement superficiel dans des conditions sèches. Cependant, un nouveau semis n'a été nécessaire que sur des superficies restreintes.

Saison de croissance

Les dommages par les herbicides appliqués au sol ont posé problème cette année. En général, les bourgeons axillaires ont permis une nouvelle croissance chez les plants touchés, mais les plants sont morts dans les zones où les pulvérisations se sont chevauchées. Il arrive rarement que les brûlures causées par les herbicides appliqués au sol causent une réduction du rendement et cette année n'a pas fait exception. D'ailleurs, en raison des conditions de croissance luxuriante qui ont prévalu en juillet et en août, les champs où les peuplements étaient plus bas ou qui ont subi d'autres formes de stress ont produit de meilleurs rendements que les champs à couvert très épais. Une croissance luxuriante et un couvert épais ont occasionné des problèmes importants de verse et de moisissure blanche et produit de faibles rendements à la fin de la saison.

De mémoire récente, la saison de croissance 2014 a été la pire en ce qui a trait à la nodulation des racines et à la fixation de l'azote (N). Le problème s'est manifesté tout particulièrement dans les champs cultivés en soya pour la première fois, mais a aussi été observé dans des champs ayant déjà produit du soya. Le soya est une espèce végétale subtropicale. Pour une activité symbiotique optimale entre les racines et le rhizobium, la température du sol devrait se situer entre 25 et 30 °C. Lorsque le printemps est frais, les nodules peuvent être extrêmement lents à s'établir sur les racines et peuvent ne pas se produire du tout dans des champs cultivés en soya pour la première fois. L'inoculant déposé sur les racines peut mourir dans le sol avant que la plante ne permette aux bactéries d'envahir les racines. Lorsque les conditions deviennent sèches et fraîches immédiatement après le semis dans un champ cultivé en soya pour la première fois, comme ce fut le cas en 2014, les bactéries n'ont jamais pu s'établir sur les racines avant de mourir dans le sol. Ce problème est apparu auparavant lors de saisons fraîches. La recommandation générale est d'appliquer deux produits inoculants afin d'accroître les chances d'une bonne nodulation dans les champs cultivés pour la première fois. Cette pratique réduit grandement les risques d'un échec de la nodulation. Les problèmes associés à une mauvaise nodulation se sont produits dans une vaste région, avec différents produits inoculants, ce qui indique qu'il ne s'agit pas d'une défaillance de produit.

Les comtés du nord et de l'est de l'Ontario ont subi une gelée meurtrière les 18 et 19 septembre. Des superficies importantes qui n'étaient pas arrivées à maturité à cette date ont subi des pertes de rendement et de qualité. Les semences étaient de taille grandement réduite et certaines ont conservé une teinte verte. Les rendements dans les régions le plus au nord ont été faibles en raison de la mauvaise saison de croissance.

Ravageurs et maladies du soya

La moisissure blanche a posé un problème aigu cette saison, observée dans toute la province. Des champs gravement atteints ont subi des pertes de rendement de plus 50 %. L'est de l'Ontario a été plus touché que le sud-ouest. Les champs sans labour ont été moins touchés que les champs labourés. Heureusement, la majorité des champs de la province n'ont subi que de faibles infestations, qui n'ont pas causé de pertes importantes. L'application hâtive de fongicides foliaires a permis d'augmenter considérablement les rendements. Certains essais de recherche ont révélé des gains de rendement de plus de 8 boisseaux/acre avec deux applications de fongicide. Notez quels sont les champs présentant de la moisissure blanche pour vos prochaines décisions de gestion. Les champs affectés par la moisissure blanche ne devraient pas être cultivés en soya au cours de la prochaine année. Ne conservez pas de semences provenant de champs gravement infectés, car le sclérote (organisme hivernant) de la moisissure est d'à peu près la même taille que les semences de soya et peut infecter la culture de l'année suivante.

La plupart des régions de la province n'ont pas signalé de fortes concentrations de pucerons, sauf l'est de l'Ontario, où certaines superficies ont été pulvérisées. Les mauvaises herbes résistantes au glyphosate deviennent un problème important pour la production dans les comtés touchés. Ce problème exercera une nouvelle pression à la baisse sur le nombre de champs sans travail du sol dans la province.

Récolte

La récolte a posé problème. Les champs ont généralement atteint le stade de maturité tardivement en raison de saison de croissance fraîche et des semis tardifs. Les averses fréquentes ont grandement réduit le nombre de jours durant lesquels les semences ont eu le temps de sécher en deçà du taux d'humidité de 14 %. Pour la première fois depuis nombre d'années, une part importante de la culture de soya a dû être séchée au silo-élévateur. Les producteurs des comtés du nord n'ont pu terminer la récolte du soya avant décembre. Heureusement, les rendements ont été généralement plus élevés que prévu et la moyenne globale sera l'une des meilleures qui aient été enregistrées.

Défis et possibilités pour 2015

Les superficies cultivées en soya augmentent chaque année en Ontario. Le soya représente la plus importante culture en rangs de la province et il est prévu que les superficies dépasseront largement les 3 millions d'acres en 2015. Bon nombre des champs en seront à la seconde année de culture en soya. La culture du soya est ardue pour la structure du sol et absorbe une quantité massive de potassium. Les champs qui ont été cultivés en soya à de nombreuses reprises sont plus vulnérables aux maladies. Un cycle de rotation des cultures plus court signifie que les producteurs de soya doivent être encore plus vigilants dans la sélection de leurs variétés résistantes aux maladies, le dépistage et l'application d'intrants au besoin. Les champs humides ont présenté des problèmes d'orniérage considérables, qui devront être réglés cet automne ou tôt le printemps prochain, quelle que soit la culture prévue.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 13 janvier 2015
Dernière révision : 11 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca