Sommaire de la saison 2012 pour le soya

Table des matières

  1. Résumé
  2. Semis
  3. Saison de croissance
  4. Ravageurs et maladies du soya
  5. Récolte
  6. Défis et possibilités de 2013

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Résumé

en 2012 le soya a été en tête des cultures en rangs de l'Ontario, atteignant une superficie record de 2,65 millions d'acres ensemencés. Ces superficies pourraient augmenter beaucoup à nouveau en 2013 si les prix du soya restent élevés. On a réussi des semis relativement précoces à cause de l'hiver doux, des conditions sèches du sol et de températures propices. La plus grande partie de la culture a été ensemencée durant les deux premières semaines de mai, et quelques acres avant en avril. De brefs épisodes de pluie en mai ont retardé les semis chez certains producteurs, mais ces délais n'ont pas été trop longs. Les teneurs en humidité du sol étaient faibles cependant dans certaines zones de la province, ce qui a entraîné une mauvaise germination des graines et nui à la levée dans les régions sèches. Les précipitations ont été sporadiques et dans certaines régions les pluies étaient de beaucoup sous la normale, résultant en une récolte prématurée et malheureusement en faibles rendements (moins de 20 boisseaux/acre dans les champs les plus affectés). Dans les secteurs privés d'averses en temps opportun on a constaté des rendements meilleurs que prévus, certains producteurs ont même rapportés des rendements élevés record. Dans certains cas on a signalé des rendements supérieurs à 80 boisseaux/acre. 2012 aura probablement été l'année avec les rendements de soya les plus élevés enregistrés dans la province. Avec 30 % d'acres rapportés à ce jour à Agricorp le rendement moyen pour toute la province est de 49 boisseaux/acre. Les semis précoces avec des conditions sèches et un été relativement long, combinés à des températures nocturnes tièdes et des averses en temps opportun à la fin de l'été, le tout a certes contribué à ces rendements exceptionnels. L'amélioration génétique du soya et un plus grand usage de cultivars résistants au nématode à kyste du soya qui continuent, sont deux éléments qui ont aussi compté dans l'atteinte de rendements exceptionnels. Voir à l'adresse www.gosoy.ca pour l'information sur les essais de rendement du soya en 2012. Les maladies foliaires étaient minimes cette année et la moisissure blanche n'a eu que peu d'incidence. On n'a pas signalé de grandes populations du puceron du soya, mais le tétranyque à deux points était répandu et ses populations ont réduit le potentiel de rendement dans les champs fortement infestés.

On se souviendra de la saison 2012 comme de la meilleure année de production du soya jamais vue dans la province. De plus larges superficies ensemencées et des rendements record, combinés à des prix exceptionnels, ont contribué à faire de cette saison la plus rentable pour le soya, que garderont en mémoire encore plus les producteurs qui ont pu profiter de quelques averses en temps opportun.

Semis

le début du printemps de 2012 a été sec, quelques champs ont été ensemencés avant la mi-avril, même si la majorité de la culture a été semée pendant la fenêtre plus habituelle du mois de mai. Les semis très précoces ainsi que les cultivars à cycle court ont réduit les rendements comparés aux variétés de jour long (héméropériodiques). Quelques repiquages ont été nécessaires dans des sols lourds ainsi que là où les semences partiellement germées ont séché. Comme la récolte du blé d'hiver s'est effectuée plus tôt que la normale, une quantité considérable de soya a produit deux récoltes successives en 2012. Les récoltes successives ont connu un succès variable, selon comme toujours les précipitations et les dates de semis; certains champs n'ont produit aucun soya et d'autres ont donné des rendements aussi élevés que 40 boisseaux/acre dans le sud-ouest.

Saison de croissance

la sécheresse a nui à la levée de la culture. Les semoirs de précision ont supplanté les semoirs à céréales à cet égard, surtout à cause du placement plus profond de la semence. Pendant la plus grande partie de juillet la province a connu des températures élevées presque record, combinées à des précipitations faibles. Le manque d'eau et les températures chaudes ont coïncidé avec la croissance végétative des plants et un développement reproducteur hâtif. Toutefois, d'importantes pertes de rendement ne surviennent généralement pas à moins que le stress dû au manque d'humidité ne se poursuive jusqu'au stade de croissance R4 (remplissage des gousses). La plus grande partie du rendement de soya est établie lors de la dernière semaine du mois de juillet et pendant le mois d'août en Ontario. Les conditions de croissance durant cette période ont plus d'incidence sur le rendement que celles qui avaient prévalu pendant les premiers stades de développement du plant. À la fin juillet de nombreux champs, surtout dans la région du Centre, ont semblé en mauvais état. Les mois d'août et de septembre ont connu de meilleures conditions climatiques. Comme cette période coïncidait avec les étapes de croissance végétative des plants, la plus grande partie de la culture de soya a été en mesure de récupérer. C'était en quelque sorte similaire à ce qui s'est produit en 2011. Cette période de croissance a de nouveau montré comment le type de croissance indéterminée du soya permet à la culture de tirer avantage de conditions météorologiques favorables tard en saison.

Ravageurs et maladies du soya

les ravageurs et les maladies ont eu moins d'incidence qu'à l'habitude dans toute la province, à l'exception des tétranyques. De graves symptômes de pointillés ont causé le jaunissement, l'enroulement et le bronzage des feuilles dans les régions touchées pendant l'été. Certains champs laissés sans traitement ont fait baisser les rendements. Les maladies des racines comme la flétrissure bactérienne, la pourriture brune de la tige et la pourriture noire ont été plus présentes qu'à l'habitude cette année, vu la sécheresse et les températures élevées.

Les pucerons n'ont exercé qu'une faible pression en 2012. Les populations de l'altise à tête rouge étaient importantes mais n'ont atteint des seuils d'intervention que dans peu de champs. Le scarabée japonais a causé certains dommages et de la défoliation et il a fallu intervenir dans quelques champs.

La pourriture à sclérotes n'a pas causé de problème important cet été. Le manque d'eau pendant le début de la floraison en a réduit l'incidence. On a confirmé pour la première fois la présence dans la plus grande partie du sud-ouest de l'Ontario du virus de la nécrose internervale du soya (Soybean Vein Necrosis Virus (SVNV)).

Le syndrome de la mort subite a été signalé dans des zones au sud, ainsi que dans des sols sablonneux, à cause de la sécheresse et des niveaux élevés du nématode à kyste du soya (NKS). Les populations de nouveaux types de NKS continuent d'augmenter mais à ce jour les sources de résistance « PI88788 » et « Peking » sont efficaces.

Récolte

la récolte a commencé tôt mais a été interrompue par environ trois semaines de temps pluvieux. On a signalé des rendements aussi faibles que 8 boisseaux/acre dans les régions sèches et aussi élevés que 80 boisseaux/acre dans les zones avec de bonnes conditions d'humidité et de croissance. Des graines restées vertes à maturité ont causé un problème dans les champs récoltés plus tôt, mais pour la plus grande partie de la récolte, on a noté une bonne qualité des fèves soya et peu de maladies.

Défis et possibilités de 2013

les prix relativement élevés et les bons rendements en 2012 devraient voir les superficies augmenter encore en 2013. Des rotations des cultures plus courtes signifient que les producteurs de soya devront rester vigilants et choisir des cultivars résistants aux maladies, faire du dépistage dans leurs cultures et effectuer des apports d'intrants au besoin. Des résultats d'analyse des sols qui indiquent de faibles teneurs en potasse continuent d'abaisser le potentiel de haut rendement. Un travail du sol excessif qui cause de l'érosion du sol, et le compactage lors du travail de printemps, sont aussi des éléments qui pourraient causer problème en 2013.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 14 décembre 2012
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca