Sommaire de la saison 2012 pour les pâturages

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

La saison de fourrage 2012 a commencé plus tôt que la normale pour la saison avec des températures chaudes et des conditions du sol relativement sèches en mars. Le gel et le temps froid qui ont inévitablement suivi ont ralenti la croissance. La grande poussée du printemps ne s'est pas matérialisée parce que les pluies printanières ne sont jamais arrivées. Après un début lent le manque d'humidité de l'été a réduit la croissance et créé des conditions moins qu'idéales pour les pâturages tout l'été.

Grâce à une bonne gestion comme des pâturages tournants, dans lesquels on a déplacé le bétail vers un nouvel enclos tous les un à trois jours, les éleveurs ont obtenu des avantages très positifs. Les pâturages où le bétail était fréquemment déplacé, mais dans lesquels on laissait une croissance résiduelle d'environ 7 à 10 cm et plus pour conserver un système racinaire valable, ont continué de croître et ils ont rapporté d'importants dividendes en 2012.

La noctuelle ponctuée a considérablement nui aux pâturages particulièrement sur la rive nord du lac Érié jusqu'aux comtés de Huron et de Bruce. Les dommages dus à la noctuelle ponctuée ajoutés au temps froid et sec ont constitué un stress additionnel et nui à la productivité des pâturages.

Les pâturages avec une forte teneur en légumineuses ont fourni une quantité valable de fourrages presque tout au long de l'été. Les éleveurs dont les pâturages n'ont pas été broutés en rotation ont dû fournir à leur bétail des aliments complémentaires pendant certaines parties de l'été, pour des durées variant de une à huit semaines. Ce fut surtout le cas dans les régions de la province où une très grande sécheresse a prévalu pendant tout l'été comme Renfrew, Niagara et sur la rive nord du lac Érié, vers le nord jusqu'à Waterloo et Grey-Bruce. De nombreux éleveurs ont eu recours à des sources de fourrages alternatives dont les céréales, les hybrides sorgho soudan, les crucifères, et le maïs a aussi fait l'objet d'un intérêt accru.

Les pâturages qui ont été stressés en 2012 par le manque de pluie, la pression exercée par les insectes (comme la noctuelle ponctuée) et le surpâturage, pourraient connaître des débuts plus lents en 2013. Les éleveurs voudront se rappeler de l'adage suivant « un jour au printemps en vaut trois à l'automne », et être patients au début de la saison de pâturage 2013 avant d'envoyer leur bétail au pâturage.

Même si la saison de culture est terminée certains animaux se nourrissent encore de fourrages vivaces mis en réserve, d'avoine ensemencée après la récolte du blé, de navet ou de maïs. Le pâturage pérenne coûte la moitié moins que le fourrage entreposé et les cultures annuelles utilisées en pâturage environ aux 2/3 du coût du fourrage entreposé.

Les tiges de maïs constituent une excellente source alimentaire pour les vaches qui ne sont pas en lactation. Le recours aux tiges de maïs pour nourrir le bétail pendant certains mois d'hiver permet de nourrir les animaux à faible coût et de prolonger les réserves de fourrages entreposés. Rappelons que chaque jour de mise au pâturage permet de diminuer le coût annuel d'alimentation du bétail.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 15 novembre 2012
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca