Sommaire de la saison 2010 pour le soya en Ontario

Table des matières

  1. Sommaire
  2. Semis de printemps
  3. Période de croissance
  4. Ravageurs et maladies du soja
  5. Récolte
  6. Défis et possibilités de 2011

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Sommaire pour le soja

En 2010, dans la province, le soja était encore la culture en rangs la plus importante avec environ 2,4 millions d'acres. Dans l'ensemble, cette saison de croissance a été l'une des meilleures de ces dernières années. Cependant certaines régions ont reçu trop d'eau, d'autres pas assez. La plus grande partie de la province a été frappée par la sécheresse en août, ce qui s'est répercuté sur les rendements. Dans de nombreuses régions ontariennes, les cultures de soja sont arrivées à maturité deux semaines avant la date normale, ce qui a permis de commencer les récoltes en septembre, notamment là où on avait pu semer tôt. Les rendements ont été plus élevés que la moyenne, et dans certains cas ils étaient excellents. Lorsque tous les résultats seront connus, il est probable que 2010 apparaîtra comme une année de rendements record pour l'Ontario.

Semis de printemps

Le printemps 2010 a été propice à une mise en terre suffisamment précoce; certains champs ont été ensemencés pendant la dernière semaine d'avril et les deux premières de mai, cependant la majorité des semis se sont déroulés pendant la deuxième moitié de mai. Toujours en mai, dans certaines régions, de courtes périodes de pluie ont obligé à retarder la mise en terre, mais dans la plupart des cas ce délai ne s'est pas beaucoup prolongé. Le degré d'humidité du sol est resté bon pendant toute la saison des semis, et il n'était pas rare de mettre en terre à un pouce de profondeur.

Période de croissance

Dans une bonne partie de la province, la saison de croissance a été excellente. La levée s'est bien déroulée parce que le sol était chaud et humide de sorte que les pousses perçaient facilement la surface. Une importante gelée est survenue le 10 mai, mais la plupart des cultures qui avaient été ensemencées n'avaient pas encore levé, et par conséquent le réensemencement n'a été nécessaire que dans très peu de cas. Les pluies sont arrivées au moment opportun, et les mois de juin et juillet ont été chauds, ce qui répondait précisément aux besoins du soja dont les rendements sont maximaux dans ces conditions. Cette année, les fleurs étaient extrêmement nombreuses. Dans certains cas, on comptait plus de dix fleurs ouvertes sur un même nœud. Ces bonnes conditions de croissance ont mené à la formation de grands plants, ce qui a provoqué la verse par endroits. Les cultures ont atteint jusqu'à deux semaines d'avance sur leur développement normal. Certaines régions comme le comté de Bruce ont reçu trop de pluie, avec la formation de flaques d'eau stagnante. Par ailleurs, dans d'autres régions plus au sud comme le comté de Lambton, l'humidité est restée insuffisante pendant les périodes critiques de la saison de croissance, de sorte que les rendements ont été moins bons. Dans la plus grande partie de l'Ontario, le temps a été chaud et sec pendant le mois d'août, une période critique pour la formation des gousses et des graines. Il en a résulté des pertes de rendement par rapport au potentiel qui avait été calculé en juin et juillet. À la récolte, on a observé le symptôme de la « tige verte », dû en grande partie à cet assèchement rapide et à la taille excessive des plants par rapport au nombre de graines.

Ravageurs du soya

L'incidence des ravageurs et maladies du soja a été inférieure à la normale. On a signalé quelques pucerons dans l'Est ontarien, mais leurs nombres n'ont jamais atteint le seuil économique. Dans le reste de la province, on n'a pas observé de nombres significatifs de pucerons. Même par ce temps chaud et humide, sur des plants à un stade avancé de développement et dans des couverts végétaux denses, les pertes dues aux maladies ont été inférieures à ce qu'on aurait pu craindre. La moisissure blanche était présente, mais son incidence n'était pas élevée. La tache brune (Septoria) était encore présente cette année, mais on ne considère pas cette maladie comme étant susceptible de causer d'importantes pertes de rendement. Dans les régions situées plus au sud, on observait le syndrome de la mort subite qui était dû à la sécheresse, et qui était également lié à l'incidence plus élevée du nématode à kyste du soja dans le passé. Dans les cultures de soja à identité préservée, il faut encore lutter efficacement contre les mauvaises herbes au début de la saison pour assurer la qualité à la récolte. Les baies de morelle noire de l'Est causent des difficultés à certains producteurs de soja à identité préservée.

Récolte

La récolte s'est bien déroulée, notamment à la fin de septembre et au début d'octobre. Comme les semis avaient été précoces, que la saison de croissance avait été bonne et que le développement des plants était avancé, la récolte a pu commencer avant la date habituelle. Les deux semaines de temps humide de la fin octobre ont obligé à repousser la fin de la récolte jusqu'en novembre. Les rendements déclarés allaient de 28 boisseaux dans les régions sèches à 70 boisseaux dans les régions bien arrosées. Dans la plupart des secteurs, ils ont été supérieurs à la moyenne malgré la sécheresse qui est survenue en août, au moment de la formation des gousses et des graines.

Défis et possibilités de 2011

Bien que les producteurs de soja de la province aient été épargnés par les maladies et les insectes pendant cette saison de croissance, ils devront tout de même maintenir les mesures de prévention à l'avenir. L'une des meilleures stratégies de prévention consiste à effectuer une bonne rotation des cultures. Dans la mesure du possible, on ne devrait cultiver le soja qu'une année sur trois. Lors de la prochaine saison, au besoin, on devrait être prêt à mettre en œuvre des programmes de gestion des résidus, de rotation des cultures et de pulvérisation.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 03 novembre 2010
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca